119 views 0 comments

10 couvertures de shôjo récents que je préfère

by on9 juin 2017
 

On dit souvent qu’il ne faut pas juger un livre sur sa couverture, mais dans un univers aussi visuel que le manga,
une belle jaquette éveille forcément les sens et l’intérêt. Qui plus est, les éditeurs français rivalisent d’imagination pour nous en proposer de sublimes.

Ainsi dans cet article, j’ai choisi de faire un classement des 10 couvertures de shôjo, yaoi et josei que je préfère en m’inspirant du sujet proposé par le blog anglophone The Broke and the Bookish pour le Top Ten Tuesday du 2 mai.

Je me suis concentrée sur des séries plutôt récentes – datant de ces dernières années – en me laissant porter par celles dont les couvertures m’ont le plus séduite, sans nécessairement avoir lu le titre en question ou son tome. Mes critères ont donc été principalement esthétiques et symboliques (comme celle de Perfect world), pour le message qu’elles transmettent.

10. Hidamari ga kikoeru tome 2

Hidamari ga Kikoeru tome 2

Hidamari ga Kikoeru tome 2

Je ne lis pas du tout ce titre pour être honnête mais sa couverture m’a interpellée. Elle me donnerait presque envie de me laisser tenter. La douceur de la palette de couleurs utilisée (principalement des tons clairs et chauds avec peu de contraste) apaise mes yeux. Je trouve la police du titre principal assez jolie et plutôt adaptée à l’ambiance. Je suis néanmoins moins adepte de celles utilisées pour les sous-titres et le nom de l’auteur ; mais ce n’est qu’un détail 😉

9. Chihayafuru tome 12

Chihayafuru tome 12

Aperçu du volume 12 de Chihayafuru

Dans cette couverture, ce qui m’a tout de suite attirée c’est sa composition. Absolument magnifique, elle est constituée de branches d’un prunier en fleurs au premier plan. Et derrière celles-ci, nous entrapercevons une jeune femme vêtue très élégamment. C’est un peu comme si nous étions un oiseau posé sur l’une de ces branches en train d’admirer notre protagoniste. Le fond noir permet de jouer avec le contraste et fait davantage ressortir notre personnage.

8. Please love me ! tome 6

Please love me ! tome 6

Please love me ! tome 6

Cette couverture est assez simple mais efficace à mon sens. Son titre à la police arrondie et féminine possède des couleurs acidulées, ce qui lui permet de bien ressortir sans pour autant faire de l’ombre au sujet principal : le visage surpris de notre héroïne. D’ailleurs, c’est sur sa coiffure ornée d’un bandeau floral que j’ai craqué (eh oui cela tient parfois à peu de choses). C’est frais et ça sent le printemps, donc j’adhère !

7. Mon histoire tome 11

Mon histoire tome 11

Le volume 11 de Mon histoire

Cette couverture flashy aux airs parodiques m’a beaucoup amusée. On dirait un remake de la Belle et la Bête façon Rinko Tamako et Takeo Gôda. Les couleurs sont criardes (vive la saturation poussée au maximum) et franches. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’ont pas lésiné sur le bleu et le rose princesse. Le fond aux inspirations de ciel nocturne étoilé donne l’impression d’assister à une scène de baiser au clair de lune. Cette jaquette est complètement dingue et c’est en ce sens qu’elle remplit son contrat : nous donner envie de lire le tome 11 de Mon histoire.

6. Six half tome 2

Six half tome 2

Le volume 2 du manga Six half

Dans la même veine que Please love me !, cette jaquette du second tome de Six Half se veut résolument épurée. Le personnage (Shiori) semble assis à même le sol dans une position plutôt décontractée. Les tons coordonnés créent un sentiment d’unité. L’utilisation du jaune sur certains points de détails donne plus de vie à l’ensemble, en le sortant de sa monotonie apparente. On peut citer les motifs floraux de son top ainsi que les marguerites de son chapeau – eh oui toujours des fleurs – ou encore les brides de ses sandales compensées. Avec le titre écrit en majuscules et en noir, c’est ce qui attire le plus mon œil.

5. Divine Nanami tome 5

divine nanami tome 5

Le tome 5 de Divine Nanami

Je ne saurais dire objectivement la raison pour laquelle j’aime cette couverture. Très harmonieuses, les couleurs se marient bien entre elles et reflètent bien l’ambiance mystérieuse de la série. La dualité de Tomoe apparaît clairement ici : son côté humain représenté par ses vêtements de ville et son aspect yokai que l’on retrouve à travers sa veste de kimono ainsi que le masque qui cache l’autre moitié de son visage. D’un point de vue purement visuel, je suis conquise par les motifs floraux en arrière plan ainsi que les textures délicates du kimono de notre renard favori.

4. Perfect world tome 1

Perfect World tome 1

Premier volume du josei Perfect World

La couverture de ce premier tome est elle aussi très sobre et sa palette douce un véritable régal pour mes yeux. Les touches de rose sont délicates. On les retrouve dans le décor très discrètement (un peu de la même manière que pour Love, be loved Leave, be left) et sur la robe de l’héroïne.

De plus, je trouve le parallèle entre les deux personnages très intéressant. D’un côté, nous avons une jeune femme, valide, installée sur une chaise. Elle semble intimidée. De l’autre, nous avons notre protagoniste masculin, paraplégique, se trouvant en fauteuil roulant. Étrangement, il paraît relativement serein ou tout du moins à l’aise. Nous savons tout de suite quel est le thème principal de cette série : le handicap.

3. Love, be loved Leave, be left tome 1

Love, Be loved leave, be left manga

Le premier tome de Love, Be loved leave, be left

J’aime la douceur et l’optimisme qui se dégagent de cette couverture, notamment grâce à ses tons délicats et plutôt clairs (à l’exception des jupes de nos deux héroïnes). Je suis également sous le charme de la sobriété de l’ensemble. En effet, à part quelques effets graphiques décoratifs (comme ces ronds plus ou moins grands), nous voyons que l’accent est véritablement mis sur les personnages, puisqu’ils se détachent clairement du fond blanc.

2. Les enfants de la baleine tome 5

Les enfants de la baleine tome 5

Les enfants de la baleine tome 5

En voyant cette couverture, je suis simplement époustouflée. Celle-ci est tellement détaillée que les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens. Cette richesse dans les détails se fait à la fois du point vue visuel mais aussi symbolique. Il n’y a aucun blanc, si ce n’est celui créé par le titre, le nom de l’auteur et l’éditeur. Tout le reste est rempli voire même surchargé. Si d’habitude je préfère la sobriété à l’exagération, dans ce cas présent, ça ne me dérange pas. Je plébiscite même !

Les couleurs fusent de partout, formant ainsi un champ de fleurs tout en bas, et la texture sablonneuse n’est pas sans rappeler la Baleine de glaise et l’océan de dunes dans lequel le vaisseau navigue. Le corps de cet enfant se confond avec la nature, ce qui m’a fortement fait penser aux peintures symbolistes de Gustav Klimt.

Le symbolisme est un mouvement artistique né en France à la fin du XIXe siècle. Il a touché divers domaines tels que la littérature et la peinture.

gustav-klimt-le-baiser

Le baiser de Gustav Klimt

D’ailleurs, il est intéressant de constater que l’enfant porte son index devant sa bouche comme pour signifier de ne pas ébruiter un certain secret. Notons également son regard presque malicieux…

1. Moving forward tome 1

Moving Forward tome 1

Le premier volume du shôjo Moving Forward

Pour ma part, il s’agit de l’une des couvertures les plus réussies de ces derniers temps. En effet, le titre Moving forward qui signifie progresser, avancer en anglais, est en parfaite adéquation avec l’illustration. Notre héroïne se déplace et va de l’avant d’un pas décidé, en pointant du doigt la voie qu’elle compte suivre. La présence du mur me donne presque l’impression que le chemin qu’elle emprunte est le seul qu’elle doit utiliser. Le chat, bien que confortablement installé (et donc statique) indique également la même direction.

On peut aussi noter les différents éléments qui indiquent le mouvement, comme les chevrons à droite du nom de l’auteur, ou celui du numéro de tome dans un sens opposé. Il ne faut pas oublier ceux du titre, pour représenter le V et A.

Le dernier aspect sur lequel cette couverture m’a fait réfléchir est la direction prise par notre héroïne. En théorie et dans une vision plutôt occidentale, le passé est représenté à gauche et le futur à droite sur une frise chronologique. Or notre protagoniste semble se mouvoir de la droite vers la gauche. Ainsi, je me pose la question : pour aller de l’avant, ne faut-il pas regarder en arrière ? Ou au contraire pour avancer, mieux vaut-il pas ne pas se retourner ? Ce n’est par contre pas une conception cyclique de l’histoire puisque dans ce cas, cela voudrait dire que le point de départ est aussi celui d’arrivée, ce qui contredit totalement l’idée d’avancer.

 

Au final, je me rends compte que pour qu’une couverture me plaise, il lui faut :

  • être sobre mais elle peut parfois être surchargée (tout est une question de mesure)
  • avoir des motifs floraux ou des fleurs
  • proposer un message derrière l’illustration et le simple côté purement esthétique

 

Et toi quelles couvertures de shôjo apprécies-tu le plus parmi les titres sortis ces dernières années ? Raconte-nous tout en commentaire !

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response