578 views 6 comments

6 shôjo gourmands que nous souhaiterions voir licencés

by on30 novembre 2015
 

La gourmandise est certainement un vilain défaut, mais au Club nous croquons les shôjo à pleines dents. Ainsi, dans le cadre de l’événement Des livres en cuisine, Shirubi et Nico Robin te dévoilent une carte spéciale. Celle-ci est composée de 6 mangas succulents que nous souhaiterions voir exportés en France.

« S’ouvrir l’appétit » : formules petit-déjeuner

Avant 11 h, Club Shôjo conseille deux formules petit-déjeuner à 3, 10 ou 12 tomes. Elles sont idéales pour prendre des forces et démarrer la journée du bon pied.

Bread & Butter : 3 tomes

bread butter tome 1

Contient :
Un récit touchant
Un duo de personnages intéressant
De bonnes viennoiseries

Ce josei est l’une des toutes dernières œuvres de Hinako Ashiara, l’auteur du Sablier et de Piece. Si je retrouve avec plaisir le style graphique de cet auteur, j’apprécie particulièrement le récit que celle-ci nous offre. Les personnages sont très touchants : ils possèdent leurs blessures mais ont le désir d’aller de l’avant.

J’aime beaucoup l’héroïne, Yuzuki. Enthousiaste dès qu’il s’agit de la cuisine, elle a également son côté taciturne. C’est ce mélange qui la rend plutôt vraisemblable et attachante. Nous connaissons tous un moment de passage à vide où nous nous posons de nombreuses questions, qui ne débouchent sur aucune réponse. Ainsi, la façon qu’elle a de remonter la pente est encourageante.

Il ne faut pas non plus négliger la thématique de la boulangerie qui tient une place importante. Elle permet de faire des rencontres, de se remémorer un moment précis, etc. J’apprécie également le fait que les viennoiseries présentées aient des influences japonaises et françaises.

Kitchen princess : 10 tomes

tome 1 kitchen princess

Contient :
Une ambiance chaleureuse
Une héroïne talentueuse
Une explication des recettes à la fin de chaque tome

Ce shôjo est un peu enfantin, mais j’apprécie beaucoup l’ambiance qui s’en dégage. Il met de bonne humeur rien qu’en le lisant. Son héroïne, Najika est un brin naïve mais reste très amusante à suivre. À la base, elle arrive à l’école Seika juste pour retrouver son prince charmant, mais au final, nous remarquons qu’elle a un véritable don pour cuisiner. Elle peut refaire n’importe quel plat à la perfection en l’ayant goûté une seule fois. C’est remarquable et ça fait rêver. Je veux le même talent ! Et puis, elle est accompagnée par deux frères, tous deux très élégants et gentlemen. Je suis déjà sous leur charme.

J’avoue avoir pas mal bavé devant quelques plats, surtout les pâtisseries. En plus, les recettes sont toutes expliquées à la fin de chaque tome, avec de précieux conseils. De quoi donner envie de les tester !

En résumé, cette série est un parfait mélange entre Kilari et Yumeiro Pâtissière. Petite information supplémentaire, Andou Natsumi (dessinatrice) est l’auteur du shôjo Arisa, encore non licencié en France mais une pure merveille à découvrir.

Yumeiro pâtissière : 12 tomes

manga Yumeiro Pâtissière

Contient :
De savoureuses pâtisseries
Des personnages attachants
Un récit mignon comme tout

Ce shôjo est absolument adorable ! Il convient plutôt à un public jeune. Seulement, en tant qu’amatrice de dessins mignons, je suis ravie. J’ai eu un coup de cœur pour les petites fées qui aident nos pâtissiers en herbe.

L’héroïne présente le portrait typique de la débutant qui a un don pour manger et souhaite l’utiliser. Au départ, notre Ichigo paraît peu dégourdie mais elle va progressivement évoluer pour devenir plus mature. Comme nous, elle découvre l’univers compétitif de la pâtisserie du côté de ceux qui la font. Les desserts présentés sont très gourmands et me donnent envie de les goûter ou de les tenter. Elle est également accompagnée d’autres personnages, amis ou adversaires, tout autant charmants.

 

Le plat du jour

Sur les coups de midi, tu seras peut-être intéressé par le succulent plat du jour. Celui-ci coûte la modique somme de 4 tomes.

Honey sweet kitchen : 4 tomes

tome 1 honey sweet kitchen

Contient :
Le point de vue de l’équipe pédagogique d’une école de cuisine
Des plats succulents
Bonus : Des beaux gosses

Au début, quand j’ai vu la couverture du volume 1, j’ai cru à un boy’s love sur la cuisine. Il y avait de quoi penser ça puisque la dessinatrice n’est autre que Yamamoto Kotetsuko. Si tu ne la connais pas, plusieurs de ses yaoi sont publiés par IDP, comme Like the beast ou Let’s pray with the priest.

Dès la première page, je me suis rendue compte de mon erreur puisque le personnage principal est bel et bien une fille ! Cela ne retire pas pour autant le charme de ce manga. Si je l’ai cité dans ce top, c’est que pour une fois, au lieu de nous intéresser aux élèves d’une école de cuisine, nous sommes du côté des professeurs et de sa directrice (notre héroïne). Nous pouvons constater que s’occuper d’un tel établissement demande du temps et beaucoup de recherche. En plus, les intervenants ne sont que des beaux gosses tous très doués dans leur domaine.

Entre les plats et les garçons, ce manga nous offre de quoi nous faire saliver pendant de longues heures !

 

« Savourer un bon repas » : formules midi et soir

Autrement, si tu es sensible aux charmes de la cuisine italienne ou française, les deux menus suivants devraient te plaire. Au prix de respectivement 3 et 10 tomes, ils sont servis chaque midi et soir.

Kitchen palette : 3 tomes

tome 1 kitchen palette

Contient :
Une intrigue se déroulant côté salle et fourneaux
Des dessins expressifs
Un duo de héros explosif

En apercevant ce josei, j’ai eu un coup de cœur pour la couverture du tome 1. Elle est très élégante et reflète assez bien l’atmosphère du restaurant du manga, L’aurora. Cette série se dégage des autres car l’histoire se passe dans un restaurant italien. Nous en apprenons beaucoup en le lisant : la mangaka montre aussi bien les difficultés en salle que dans les fourneaux. C’est passionnant !

Comme nous pouvons nous y attendre, il n’y a que des garçons dans cet établissement. Tous très beaux au passage, il y en a pour tous les goûts ! Cependant, j’ai surtout été captivée par le duo formé entre les deux héros : Komugi et Tetsuri (le chef du restaurant). Leurs échanges sont explosifs et amusants. J’adore surtout les têtes que tire l’héroïne devant Tetsuri. Par exemple, lorsque Komugi voit un plat appétissant, l’auteur n’hésite pas à la montrer avec de la bave qui coule. C’est marrant, et en tant que gourmande, j’ai l’impression de me voir à travers elle. C’est peut-être aussi ce détail qui fait que je m’y suis plus facilement attachée.

Pour finir, j’avais bien aimé H3 School. Donc, j’étais aux anges de lire une nouvelle série de Takada Rie. J’y ai retrouvé tout ce que j’avais aimé avec sa précédente œuvre. Ce serait formidable de revoir un de ses mangas dans nos rayons.

Oishii kankei : 10 tomes

tome 1 oishii kankei

Contient :
Une héroïne déterminée
L’hommage à la cuisine française
Les coulisses d’un restaurant

Un peu plus ancien que les autres, Oishii kankei est un josei qui ne manque pas de charme. Même si de prime abord l’héroïne possède toutes les caractéristiques de la fille qui n’a jamais eu à se salir les mains, j’admire sa volonté. Elle n’hésite pas à aller au bout de ce qu’elle entreprend même si elle n’y parvient pas du premier coup. Elle a aussi un caractère bien trempé et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Par ailleurs, le manga porte sur la gastronomie française via le restaurant « Le petit lapin ». À ce titre, nous retrouvons ou découvrons différents plats qui paraissent appétissants. Nous voyons l’envers du décor, du côté de la cuisine de ce petit établissement familial. J’ai été très émue en suivant cette histoire, car en 10 tomes, l’auteur prend bien le temps de développer ses protagonistes.

 

À présent que nous avons listé les menus de notre carte idéale, lequel t’intrigue le plus ? Ou peut-être que tu connais d’autres shôjo encore inédits. Y en a-t-il un que tu aimerais voir dans nos librairies ?

comments
 
Leave a reply »

 

Leave a Response