848 views 2 comments

Anatomie d’un shôjo : les expressions faciales

by on22 avril 2015
 

Pour nous transmettre des émotions, les mangaka s’appuient beaucoup sur leurs textes. Dans cette optique, ils essaient de placer la meilleure tirade au bon moment. D’autre part, dans les animes et drama nous comprenons plus facilement les réactions des personnages grâce à l’animation, aux sons ou au jeu des acteurs.

Cependant, avec le format papier, seul le dessin peut jouer ces différents rôles, mais est-ce suffisant ? Pouvons-nous vraiment retrouver ces mêmes sentiments à travers un simple visage dessiné ? Nous allons tenter de répondre à ces questions avec ce nouvel article de la rubrique anatomie du shôjo

 

Zoom sur les visages

Pour nous faire passer un message, le mangaka se sert d’abord des plans. En effet, lors d’une scène importante, il n’hésite pas à mettre en avant un personnage en réalisant un gros plan sur son visage. De cette façon, il crée une proximité entre le protagoniste et le lecteur. Lorsqu’il est plus proche, nous pouvons mieux percevoir sa réaction et la comprendre, voire même nous identifier à lui.

Il ne faut pas oublier que la base d’une bonne communication, c’est de se parler en face à face. Bien que la gestuelle soit importante nous communiquons surtout avec notre visage. Par conséquent, il est tout à fait logique d’utiliser ce moyen de représentation pour transmettre des émotions. D’ailleurs, ce procédé était déjà beaucoup utilisé dans les années 1970. Le coup de crayon s’est juste amélioré.

Ces gros plans interviennent lorsqu’un personnage fait face à une situation inattendue afin de mieux saisir ses pensées. Dans les shôjo, elles sont multiples allant de la joie à la peine : les déclarations, les retrouvailles, le premier baiser, les appels téléphoniques, les altercations, les séparations ou l’annonce d’un triste événement.

Tous ces moments sont aussi plus approfondis en zoomant sur certaines parties de leur frimousse notamment la bouche pour un baiser ou les yeux lors d’une confession. Cela génère davantage de suspense et nous plonge dans la peau du personnage.

 

Un regard qui en dit long

Les mangaka véhiculent beaucoup d’émotions avec le regard et recourent souvent à cette méthode pour rendre leurs personnages plus expressifs et humains. Ne dit-on pas souvent que les yeux sont le miroir de l’âme ? Nous pouvons lire le caractère et les sentiments d’une personne à travers ses yeux. Ce proverbe illustre à merveille et résume parfaitement cette partie de l’article.

Dans la plupart des shôjo, les yeux des protagonistes constituent environ le tiers de leur visage et parfois plus, comme dans Princesse Sakura, Chibi devi! ou Kilari. Leur taille montre d’autant plus leur importance. Certains auteurs les dessinent aussi grands pour pouvoir retranscrire le plus de sentiments possibles.

6_expression faciale

De gauche à droite : Honoka en compagnie de Mao (de Chibi Devi!), Kilari et Sakura (de Princesse Sakura)

 

Cette astuce est née avec les premiers shôjo tels que Candy Candy ou Sailor Moon. À cette époque, les mangaka n’hésitaient pas à exagérer ce point. Les yeux étaient immenses mais très expressifs surtout ceux de leurs héroïnes. Ils brillaient d’espoirs et de rêves. Parfois, il y avait même une étincelle dans leur regard. Ce dernier détail était visible avec Gwendoline ou Georgie. En les observant, nous ressentions tout leur courage, envie et admiration.

lady-georgie_expression

Dans les yeux de Georgie.

 

Quand elles tombaient amoureuses, les auteurs remplaçaient leurs yeux par des cœurs, par exemple quand Usagi rencontre pour la première fois Tuxedo Mask (Sailor Moon). Il n’y a pas de doute possible quant à leur signification. Elles sont charmées et conquises par ces jeunes hommes et l’extériorisent avec cette réaction primaire. De nos jours, les héroïnes sont plus discrètes, préférant rougir.

Usagi (Sailor Moon)

Usagi après sa rencontre avec Tuxedo Mask (Sailor Moon)

Les shôjo vintage possèdent une autre particularité : lorsque le personnage sourit, les auteurs dessinent plusieurs coups de crayon au niveau de leurs yeux. Ce constat est flagrant avec les séries de Yumiko Igarashi (Georgie, Mayme Angel ou Joséphine Impératrice). Cela accentue leur côté rayonnant et exhibe leur joie. Maintenant, ils ne tracent plus qu’un trait net plus épais (Runway of lovers et Strobe edge).

7_expression_faciale

Les yeux de trois jeunes hommes lorsqu’ils sourient : Alistair (Candy Candy), Katsuki (Runway of lovers) et Takeru (Orange)

 

Ces caractéristiques sont exagérées mais font le charme de ces séries. D’ailleurs, quelques auteurs piochent dans ces originalités et les utilisent dans leurs mangas, spécialement Momoko Kôda avec No longer heroine.

Il existe d’autres types de regards qui transmettent divers sentiments.
La surprise est représentée par des yeux ronds vides accompagnés par une bouche grande ouverte. Nous pouvons bien voir cette technique dans Mei’s butler, au moment où Mei découvre le nombre impressionnant de serviteurs dans la maison de son grand-père ou dans Princess Jellyfish, lorsque Tsukimi a un choc en s’apercevant que le vendeur est un homme.

9_expressions_faciale

Oh ! Surprise ! de gauche à droite : Mei (Mei’s butler), Sakuya (Twinkle stars) et Tsukimi (Princess Jellyfish)

Quand ils sont en spirales, cela signifie que la personne est étourdie, paniquée ou dépassée par la situation. Dans Card captor Sakura, Sakura a souvent ces yeux-là après avoir englouti de force une trop grande quantité de nourriture. Comme quoi, ce n’est pas bon de manger trop vite !

Les sourcils jouent aussi un rôle prépondérant dans la transmission de sentiments. Quand ils sont un peu surélevés, cela montre l’étonnement alors que froncés, c’est bien souvent la colère, comme par exemple avec Alto de Liselotte et la forêt des sorcières.

8_expression_faciale

Oula, ils n’ont pas l’air contents : Alto (Liselotte et la forêt des sorcières), Hiroto (Kilari) et Shin (Chibi Devi!)

 

Yukino larmes Elle et Lui

Les larmes de Yukino du shôjo Elle et Lui

Lorsqu’un personnage ressent de la peine, il commence à sangloter jusqu’à parfois verser énormément de larmes. C’est tellement touchant à voir que quelques fois, cela peut même nous atteindre et nous rejoignons ses pleurs. Toutefois, ses larmes ne sont pas forcément tristes. Quelques unes expriment la joie, comme lorsqu’ils retrouvent des êtres chers.

Sans toutes ces expressions dans leur regard, les personnages seraient de grandes coquilles vides, surtout lorsqu’il est difficile pour eux de parler ou d’ouvrir leur bouche. Dans ces circonstances, les yeux leurs sont d’un grand secours pour s’exprimer.

 

 

Quand le reste du visage s’en mêle

Il est impossible de parler des expressions faciales sans aborder l’ensemble du visage même. Certes, les yeux jouent un rôle très important, mais que seraient-ils sans cette petite bouche en cœur et ces pommettes rosies par la gêne ? Que serait la colère sans cette veine pincée sur le front ? Et la gêne sans cette petite goutte qui glisse sur le côté du visage ?

Bien que le regard soit « muet », la bouche a pour fonction de communiquer. Mais ici nous sommes dans la communication non-verbale. La bouche est entre-ouverte, le personnage parle, et alors ? Dans les mangas, les pages se partagent les moments où notre héros est sujet à une vive émotion et lorsqu’il est en plein dialogue. C’est peut-être justement dans ces dessins, où la bouche est ouverte, que les yeux vont avoir leur importance.

expression2

De gauche à droite : Rita de No Longer Heroine, et Nana du manga du même nom.

Dans ces exemples ci-dessus, sans vouloir spécialement être redondante avec la partie précédente, la bouche ici n’exprime pas spécialement quelque chose, le personnage est en mouvement, ou réfléchit, mais ses yeux nous indiquent qu’il y a quelque chose en plus, que Rita est triste par exemple, qu’il vient de prendre conscience de quelque chose. Quant à Nana, à part deviner qu’elle est perplexe, c’est tout ce que l’on peut déduire en regardant cette image. Dans ces cas-là, le texte aura toute son importance.

Mais cette bouche sert à accompagner les sentiments, notamment la colère, la joie, la tristesse. Représentée avec les dents serrées, le héros est révolté, un peu agressif. C’est particulièrement le cas de Takuto de la série Full Moon, mais aussi celui de nombreux garçons qui possèdent un côté légèrement enfantin et parfois coquin. Choisir de faire apparaître les dents, surtout les canines, apporte un côté carnassier le plus souvent associé à un personnage masculin ou un protagoniste en apparence malveillant (eh oui, dans notre imaginaire, qui possèdent ces longues dents ? Le grand méchant loup, Dracula, et j’en passe). Généralement, celui-ci se trouve aux côtés de l’héroïne et tente de la séduire.

expression_3

Regardez-moi ces sournois jeunes hommes, avec leurs petites canines apparentes ! De gauche à droite : Takuto de Full Moon, Hiromitsu de No Longer Heroine et Zen de Dreamin’Sun.

Parfois la bouche est tremblotante, due à un trop plein d’émotions du personnage. Dans le cas de Kumi de La Rose et le Démon, nous pouvons cerner dès les premiers tomes que c’est une demoiselle très émotive. Cependant, c’est aussi cette bouche qui traduit la tristesse, elle est la perte de moyens, la perte des mots du personnage perturbé par ce qui vient de lui arriver. Dans l’image ci-dessous, on peut également remarquer les rougeurs qui permettent de faire une distinction entre les héroïnes tristes et celle qui est juste dans une situation qui la rend mal à l’aise. De qui s’agit-il à ton avis ? Un indice : elle transpire comme elle respire. Merci les gouttes d’eau pour votre démonstration de la gêne !

Les joues sont rouges comme des tomates bien mûres, et le nez en prend aussi un petit coup. C’est le signe qu’il va être bientôt temps de se moucher ! On ne fait pas dans le glamour. Qui pleure sans avoir le nez qui coule ? C’est ce qui nous touche, et ainsi on comprend mieux le sentiment qui est mis sur papier. C’est indispensable dans le shôjo ! Elles rougissent parce qu’elles sont tristes, en colère, parce qu’elles sont timides, amoureuses ou contentes.

4_expression

Différentes variations de la bouche informe. De gauche à droite : Hatori de No Longer Heroïne, Risa de Lovely complex et Kumi de La Rose et le Démon.

La bouche est molle lorsque le personnage pleure, mais elle ne l’est plus lorsqu’il exprime sa colère ! Adieu la faiblesse ! Alors que la tristesse est caractérisée par un trait assez arrondi, avec des pleurs partout, l’énervement utilise un trait dur, pour renforcer le personnage, le rendre invincible.

Et si on parlait de l’ensemble du visage comme expression en lui-même ? Lorsque l’on mentionne ces expressions faciales, j’ai pensé en premier lieu au manga No Longer Heroïne, où Hatori nous propose une multitude de facettes différentes, toutes les plus expressives que les autres. Contrairement à ce qui a été dit précédemment, ici Momoko Kôda s’imprègne d’un style graphique pour nous transmettre l’état d’esprit de son protagoniste. No Longer Heroïne est un dictionnaire qui regroupe aussi bien le style des années 70 que des références visuelles actuelles comme les memes internet renvoyant à ces visages immondes.

4_expression

L’éventail des expressions par Hatori Matsuzaki.

 

L’émotion caricaturée

Outre les gros plans dans les mangas, le mangaka sait user de toutes les techniques possibles pour que l’on comprenne parfaitement l’émotion que veut transmettre son personnage. Nous allons parler ici des chibi et des personnages super-déformés.

Le chibi sera une version plus mignonne du protagoniste, toute en rondeur, avec beaucoup moins de détails. Quoique, peut-être ne sera-t-il pas que mignon, car lorsqu’il est déformé, ce n’est généralement pas bien folichon. L’auteur caricature et en fait ressortir un élément qui sera prédominant : tout sera disproportionné mais au moins, difficile de ne pas reconnaître que le personnage est en colère ! C’est exagéré au possible, ça fait parfois mal aux yeux, et le chibi transmet bien souvent un visuel enfantin.

Parmi tous les mangas, on retiendra Sawako et ses visages tous plus mignons les uns que les autres. Dans Sawako, sa version chibi traduit la plupart du temps des moments de réflexion où elle est un petit peu perdue. C’est le temps que prend l’excitation pour monter afin de la rendre joyeuse.

chibi3_expression_faciale

Quelques chibi de Kilari.

Dans le manga Kilari, les chibi ont aussi la part belle. Déjà que les personnages sont mignons à la base, l’auteur a quand même choisi de les faire figurer. Les situations deviennent encore plus burlesques qu’elles ne le sont déjà, voilà encore un des rôles que véhicule ce mode de représentation.

chibi2_expression_facialeIl y a encore les mangas où l’héroïne est parfois associée à un animal (que ce soit le titre du manga ou une mascotte qui la caractérisera tout au long de l’histoire) et parmi celles-ci, on retrouve l’héroïne de Namida Usagi et celle de La Rose et le Démon, l’une en lapine et l’autre en ours tout mignon. Ça ne te rappelle rien ? Si je dis Shugo Chara ? Eh oui ! Ces chibi ressemblent aux Charas-protecteurs de nos héros, tous représentatifs d’un caractère. Du kawai en veux-tu en voilà !

Que vois-je ? Nous n’avons pas encore parlé des manhwa ?! Grave erreur ! Palais est une des séries les plus représentatives de ces déformations de personnages. En les croise tout au long de la lecture, ça en ferait presque mal aux yeux.

chibi1_expression_faciale

Le ridicule ne tue pas, Park So-hee n’hésite pas à déformer comme il se doit son héroïne.

 

Des émotions, il en existe plein, et on trouve encore plus de manières de les représenter. Nous sommes capables de les regrouper car certaines représentations sont plus efficaces que d’autres et se repèrent plus facilement au moment de la lecture. Les expressions faciales décrites dans cet article sont les plus récurrentes. Ce sont celles aussi qui nous semblent familières. Après tout, n’est-il toujours pas mieux de réussir à se reconnaître dans un personnage fictif ? On rencontre aujourd’hui sur internet une multitude de façons de s’exprimer, quelle surprise de tomber sur des icônes représentant ces différentes émotions que véhiculent les personnages ! Eh oui, visiblement, il y en a qui sont fortement intéressés par tout ceci !

Et toi, quelle émotion te traverse en ce moment ?

expression_facial_fin

comments
 
Leave a reply »

 
  • Madame Fujoshi
    26 avril 2015 at 21:25

    Merci pour l’article ! Comme tu l’as très bien dit, les yeux sont le miroirs de l’âme : s’ils sont très grands dans les manga, c’est (et depuis le début !) pour permettre une meilleure expression des sentiments… et pas pour montrer un prétendu complexe des Japonais face à l’anatomie oculaire occidentale (j’aurais dû le dire plus simplement @_@)
    Il y a tant d’émotions qui passent par le regard… et avec lui, tout le visage s’anime et s’exprime. J’aime beaucoup le style noble des années 70/80 n_n. Aujourd’hui, j’apprécie le travail d’auteures comme Mizushiro (Heartbrocken…), Mori (Emma…). Pour les SD, Hatori et Nakamura (Skip beat) sont excellentes ! Et comment oublier Tsuda (Karekano^^) !

    Répondre

Leave a Response