590 views 2 comments

Anatomie d’un shôjo : le blond

by on24 avril 2016
 

Mille fois reprise dans les contes, séries et films, l’image de l’homme blond semble être toujours la même : celle du prince charmant. Comment cette représentation est-elle perçue dans l’univers shôjo ?

On prête à l’homme blond toutes les qualités du monde : beauté, intelligence, élégance… C’est le merveilleux prince, grand et fort, qui délivre la princesse. C’est le chevalier courageux qui vole au secours de sa belle. Sa grandeur d’âme n’a d’égal que son courage. Il est parfait.

C’est donc tout naturellement que « le blond » s’est invité dans le paysage shôjo. Quoi de mieux qu’un jeune et beau prince pour émerveiller les demoiselles ? Et si, en plus, il a les yeux bleus, c’est le summum de l’excellence. Mais « le blond » est-il toujours parfait ? Quel regard les mangaka portent-elles sur ce personnage ?

Shirubi et Mikki Forever te proposent un tour d’horizon des différents types de personnages blonds vus dans les shôjo manga.

 

Le mythe du prince charmant

Comme pour tous les autres supports, la première image qui nous vient en tête quand on évoque le terme de « blond » dans les shôjo, c’est celui du prince charmant ! Il faut dire qu’il fait tellement rêver sur son beau cheval blanc, alors pourquoi s’en priver dans l’univers du shôjo ?

Lowell Georgie

Laurent (Lowell) le prince charmant idéal

Arthur du manga Gwendoline est le parfait exemple ! Il est beau, riche, gentleman et si gentil. Il a tellement fière allure sur sa jument blanche, Alexandra, qu’on le croirait tout droit sorti d’un conte de fée. Pour citer un autre personnage, Laurent (ou Lowell) du shôjo Georgie a aussi tout pour répondre à cette image. Le petit-fils du gouverneur nous envoûte avec sa sublime chevelure blonde et ses magnifiques yeux bleus. On s’y noierait bien. Ces deux exemples datent un peu dans l’univers du shôjo. Cependant, de nos jours, même s’ils ne sont plus à cheval, ce genre de personnages demeure, pour notre plus grand plaisir.

Tadase Hotori (Shugo Chara!) et Seiji Hiwatari (Kilari) sont les nouveaux princes charmants des temps modernes. Tout comme leurs prédécesseurs, ils ont tout pour plaire : gentils, doux, attentionnés, galants, intelligents, compréhensifs, etc. Il y a tellement d’adjectifs positifs pour les qualifier que la liste serait longue. Ils n’ont pas une seule ombre au tableau et on comprend pourquoi dans les deux cas, les héroïnes ont craqué pour eux dès le premier regard.

Néanmoins, la petite révolution vient du jeune homme Hakusei du shôjo La fleur millénaire. C’est un esclave et pourtant il a toutes les caractéristiques pour être aussi le nouveau prince charmant ! Il est courageux, compréhensif et attentionné. De plus, sa volonté de vouloir toujours protéger sa maîtresse Aki au péril de sa vie est remarquable. Il n’en est que plus admirable.

Même s’il évolue un peu, au fur et à mesure des années, le prince blond reste, pour les mangaka, une valeur sûre pour faire rêver les lectrices.

 

Les blonds mignons, la nouvelle vague du bishie kawai

Depuis les séries Host Club et Fruits Basket, les blonds mignons ont le vent en poupe dans le monde du shôjo !

On se rappelle tous de l’adorable visage de Haninozuka (Hani) de Host Club ou celui de Momiji Sôma de Fruits Basket, leurs traits ronds et leurs grands yeux remplis de douceur. Rien qu’à les observer, on leur pardonnerait tout ! Et ils en jouent ces petits coquins ! Oui, le blond mignon sait utiliser ses charmes pour se faire pardonner. Parfois, il s’en sert même pour obtenir quelque chose, car il sait très bien qu’on lui cédera. Et ne songe même pas refuser, sinon apprête-toi à avoir le regard du chat Potté, avec en prime quelques petites larmes. S’il te fait cette pose, c’est fini, t’es obligée de capituler. Il est donc un brin capricieux, surtout quand il s’agit de ses péchés mignons : sucreries, peluches, etc.

Hani Host Club

Comment ne pas craquer devant un visage si angélique ?

 

Luca Nogi de L’académie Alice est gentil et calme. Mais que fait-il dans cette catégorie ? C’est tout simple, son alice est celui des phéromones animales. Il est capable d’attirer les animaux. Il n’aime pas montrer son pouvoir devant les autres car ce dernier le met souvent dans l’embarras. Lorsqu’il est face à eux, il est incapable de cacher son amour pour eux. Il se jette donc corps et âme vers eux. Cela donne de jolies scènes, à la fois mignonnes et drôles. Par exemple, on peut le voir faire la ronde avec eux. Il est tellement adorable. L’héroïne lui a même donné un surnom : Luca-piou, si ce n’est pas mignon ?

Le bishie kawai débarque même dans les yaoi ! Sena Izumi (Love Stage!!) est le cadet d’une famille d’artistes célèbres. Il a un visage plus féminin que les précédents. D’ailleurs enfant, il était habillé en fille pour une publicité. Oui, autre caractéristique du blond mignon, il arrive parfaitement à se travestir, rendant ainsi toutes les jeunes filles en fleur encore plus jalouses de leur beauté naturelle. Pour revenir à Izumi ce sont ses réactions, surtout quand il est gêné qui le rendent si adorable à nos yeux.

Pour finir cette partie, le blond mignon est très amical et toujours bien accompagné. Positif, il est aimé de tous, même par les animaux.

 

L’homme moderne est cool : le phénomène « ikemen »

Le blond cool et branché électrise. Bienvenue à l’ikemen, le beau gosse au naturel ! Loin de posséder la perfection du prince charmant, il connaît ses défauts. Comme, Kiri Kurose, héros de Crash !, le blond cool arrive même à faire de ses points faibles une force. Grognon, égoïste, Kiri s’emporte facilement. À cause de son mauvais caractère, il est incapable de conserver un job. Mais son énergie est communicative ! Virtuose de la guitare, Kiri excelle en improvisation et force l’admiration. Il en devient même carrément mignon !

Shuichi Nakatsu (Parmi eux), partage également son énergie débordante. Cet acharné de foot est un homme de défis, qui n’hésite pas à mouiller le maillot pour accomplir son rêve. Véritable pile électrique, il deviendrait presque usant pour ses camarades… Mais au fond, ses amis l’aiment aussi pour ça !

Volontaire, tenace, le blond cool se bat pour atteindre son objectif. C’est justement ce trait de caractère qui le rend populaire. Car l’ikemen est toujours entouré d’amis. Peut-être envie-t-on son optimisme ?

Kikuchi de Blue Spring ride

Kikuchi, le blond cool et branché !

 

À moins que l’on admire sa décontraction et sa simplicité ? Héros du triangle amoureux de Blue Spring Ride, Toma Kikuchi attire naturellement l’attention. Il appartient à cette nouvelle vague de personnages branchés et matures. Son apparence est soignée et décontractée, un brin rebelle. Peut-être grâce à l’écarteur qu’il porte à l’oreille ? Sa passion renforce cette impression : comme Kiri Kurose, Kikuchi joue de la guitare dans un groupe de rock. Et ça, c’est vraiment cool ! Avenant, sympathique, mais aussi déterminé, Kikuchi fait un super pote, et un petit ami de rêve. Le beau blond aurait-il une part de « prince » en lui ? Il incarnerait alors un prince moderne, avec un côté mignon, une fragilité touchante.

 

Les nouveaux dragueurs

Lorgnant tantôt, du côté de l’ikemen branché, tantôt, du côté du prince blond ou du bishie mignon, le blond dragueur est un usurpateur. Roi des déjantés, ce terrible prédateur est certain de plaire à l’humanité entière. Pourquoi une telle assurance ? On l’ignore…

Le plus grand représentant de cette confrérie est, sans aucun doute, Tamaki Suo, héros de Host Club. Il n’a de « prince blond » que l’apparence, et oscille plus entre le « lourd » ou, pire, le pervers ! Égoïste, égocentrique, impulsif, naïf, il ne voit le monde qu’à l’aune de son regard déformé. Loin de l’isoler, son originalité le rend populaire ! Les filles et les garçons l’admirent. C’est le monde à l’envers !

Le mec est beau gosse, et il le sait.

Hiromitsu, le roi de la provoc’

C’est peut-être ce que recherche le dragueur, finalement : bousculer les codes et provoquer, comme Kuranosuke Koibuchi de Princess Jellyfish. Sûr de son succès auprès des femmes, le jeune homme se travestit régulièrement. Pourquoi ? Et pourquoi pas, rétorque-t-il avec panache. Kuranosuke ne cherche pas à être compris. Impulsif, orgueilleux, incontrôlable, il cultive ses défauts : il aime attirer l’attention, et ne s’en cache pas. C’est ce qui fait sa force. On a envie d’aller vers lui, de s’autoriser un peu de folie, nous aussi.

Au fond, si le blond dragueur est aussi apprécié, c’est qu’il représente l’anti-prince blond. Contrairement au charmant jeune homme des contes de fée, le dragueur entretient ses points faibles. Il se moque du regard des gens, et vit sa vie comme il l’entend. Au fond, le dragueur est bien plus proche de nous que le prince, car il est faillible.

Kosuke Hiromitsu (No longer heroine), appartient à cette vague de héros dragueurs et décomplexés. On devrait le détester, mais on se prend à l’apprécier. Ce sont ses failles qui le rendent attachant et mignon. Par la suite, Hiromitsu abandonne son costume de séducteur, pour revêtir celui d’homme sincère, fragile et fort en même temps. Le beau blond évoluerait-il vers le côté « cool » de la force ?

 

Les blonds tsundere, alter-égo du brun ténébreux ?

Dans les shôjo, les blonds sont souvent la troisième roue du carrosse, voire même relayés au second plan. Il y en a toujours que pour le brun ténébreux ! Cependant, le blond n’a pas dit son dernier mot. Sa révolution est en marche !

Usui Takumi de Maid Sama! est le parfait exemple de ce changement. Il a tout du brun ténébreux, sauf la couleur de ses cheveux bien évidemment. Il est mystérieux, populaire mais solitaire. Il passe son temps à taquiner Misaki. Tout comme Usui, Keita Ôgami (He is a beast!) et Yuu Matsuura (Marmalade boy) adorent taquiner l’héroïne. Cela devient même leur nouveau loisir : mettre dans l’embarras leur demi-sœur. Comme quoi, le blond est tout aussi capable d’être taquin.

Makoto Kashino (Yumeiro Patissière), Ryo Shirogane (Tokyo Mew Mew) et Kento Shibata (Mei’s butler) ont un caractère similaire. Ils sont francs et ont tendance à réagir au quart de tour. Ils ne mâchent pas leurs mots et encore plus lorsqu’ils sont en colère. Ils vont même parfois jusqu’à blesser l’héroïne avec leurs cruelles paroles. C’est maladroit, mais leur but est toujours de faire la réagir. De plus, si la demoiselle est en danger, ils n’hésiteront pas à mettre leur querelle de côté pour aller la secourir. Si ce n’est pas chevalier ?

Shô de Skip Beat

Shô, le blond sexy et explosif

Narumi Hikaru de Piece est un garçon totalement à part. Il a une aura si étrange, qu’on se demande même si ce n’est pas lui qui a inventé le mot : mystérieux ! Ce jeune homme est une énigme lui-même, tout comme Daichi Mamura de Daytime shooting star. Il paraît distant. Il joue les durs pour mieux cacher sa timidité. Au fond, c’est un garçon très protecteur et serviable.

Pour conclure en beauté, nous avons décidé d’évoquer le merveilleux Fuwa Shôtaro, alias le terrible Shô de Skip Beat!. On ne pouvait pas parler de blond sans s’exprimer sur lui ! Il est tellement explosif que nous avons décidé de le garder pour le grand final. Il est clairement tout l’opposé du prince charmant.

Tellement égoïste, il n’a pas hésité à se servir de la gentille Kyôko juste pour satisfaire ses propres désirs. Il se moque d’elle, l’humilie et la trompe en sortant avec d’autres femmes. C’est un badboy dans toute sa splendeur. Qui aurait cru qu’un blond pouvait être si méchant avec la gente féminine ? Comme on le dit souvent, il faut se méfier de l’eau qui dort !

Qu’ils soient mignons, princes, dragueurs, cool ou mystérieux, les beaux gosses blonds ne laissent personne indifférent. S’ils attirent autant l’attention, c’est que, bien souvent, ils parviennent à nous tromper. Ils peuvent, par exemple, cacher un côté mignon, sous un masque plus ténébreux. Il peuvent être tantôt princes charmants, tantôt joueurs et provocateurs. C’est justement ce qui les rend si populaires et attachants.

Apprécies-tu, toi aussi, les personnages blonds ? Quels sont tes beaux gosses préférés ? Raconte-nous tout dans la partie commentaire !

comments
 
Leave a reply »

 

Leave a Response