Chroniques anime
1285 views 2 comments

Legend of Basara – Le shôjo révolutionnaire

by on14 août 2012
 

Révolutionnaire du point de vue du contexte de l’histoire mais surtout de par son style shôjo très différent, Legend of Basara n’est autre que l’adaptation du manga Basara. Elle-même une légende parmi les titres shôjo, la version papier a su conquérir le prix de la 38ème édition du Meilleur Shôjo de Shogakukan en 1992.

En 1998 apparaît son adaptation animée, réalisée par le studio KSS. Composée de 13 épisodes, elle plaira sans doute aux accros de l’oeuvre originale et à ceux en quête d’un shôjo atypique. Cependant, en dépit de ses nombreuses qualités, la série animée laissera un important goût de déception, en grande partie provoqué par sa durée trop courte, qui ne lui permet pas d’englober toute l’histoire de l’oeuvre de Tamura Yumi.

Après une terrible catastrophe (dont la cause n’est pas très explicite), la civilisation japonaise auparavant grandement développée disparaît et laisse place à une société devenue archaïque. Désormais, le pays est divisé en quatre zones. Chaque partie est gouvernée par un roi. Ces rois sont sous la tutelle de l’Empereur. Oppression, abus de pouvoir, soif de conquête et de richesse, seront à l’origine de multiples guerres.

Dans le village de Byakko est annoncée une prophétie qui désigne le jeune garçon Tatara comme l’élu, le sauveur qui apportera la liberté et l’unification du Japon. Après l’invasion de l’armée du roi rouge à Byakko, les circonstances amènent Sarasa, la soeur jumelle du jeune Tatara, à endosser le rôle de l’élu et à se faire passer pour lui aux yeux de tout le monde.

Faites la guerre, pas l’amour

Legend of basara Sarasa

Sarasa

Le scénario de Legend of Basara est épique. C’est sans aucun doute sa force majeure. Après tout, il n’y a pas de bon anime sans une bonne histoire, d’autant plus que Legend of Basara fait état de nombreux coups de théâtre surprenants. En effet, la série propose une trame narrative mouvementée et originale pour un shôjo.

C’est avec une certaine prise de risque que l’auteur de cette oeuvre combine deux genres tout au long de la série : shônen et bien entendu shôjo. Cette série animée est avant tout une épopée palpitante d’aventure et d’action.

Les mises en scène des champs de bataille sont prenantes et se renouvellent sans cesse. À la fois sur terre et en mer, le personnage de Sarasa s’engage dans un périple risqué à travers le pays et fera diverses rencontres (pirates, rebelles…), pas toujours très commodes, mais le charisme de notre héroïne influencera ces derniers et les rangera à sa cause. C’est ainsi, comme dans la plupart des shonen, que le personnage principal se fera des amis mais surtout des alliés.

De plus, la série est parsemée d’un grain de romance. Celle-ci ne représente qu’une infime partie de cet anime. Bien qu’elle soit très peu exposée, la relation amoureuse qui est mise en avant dans ce titre tient un rôle important et surgit avec discrétion. Elle a été ajustée de cette manière volontairement. Sa présence implique des choix moraux. L’apparition du couple fait notamment office d’une brève pause entre deux batailles. Ces moments de douceur et d’humour à l’ancienne (le fameux poing à la figure) laissent du répit aux téléspectateurs dans cet univers macabre.

L’empire contre-attaque

Legend of Basara personnages

Les personnages de Legend of Basara

Dans ce monde post-apocalyptique, où les territoires sont transformés en désert, cette destruction amène une véritable régression de la nouvelle civilisation accueillant le retour d’un gouvernement tyrannique et des modes de vie dépassées.

Le récit nous plonge dans un univers fait de conflits, où règne le chaos mené par la famille royale. Le contexte de Legend of Basara fait penser à l’Empire Romain où le territoire, sous l’emprise d’empereurs, était divisé en plusieurs parties afin de mieux régner sur l’empire.

Nous pourrions également citer des similitudes avec les instruments militaires employés, les stratégies de combat, les habits, armures et certaines coutumes du culte impérial tels que les sacrifices ou les combats dans le Colisée.

D’autres inspirations et références historiques sont présentes comme l’apparition dans l’animé des flottes européennes sur le territoire japonais. Par conséquent, soumise à cette dictature, la population n’est évidemment pas ménagée. La moindre opposition contre le pouvoir établi sera très vite sanctionnée. Les régions plus faibles sont vites rasées. Des classes sociales (esclaves, nobles, membres du roi …) sont instaurées, dévoilant l’écart de richesse entre elles et  la violence de l’autorité.

Le réalisateur illustre avec habileté par ses séquences animées, toute la cruauté exercée sur la population. Qui dit guerre, dit de nombreux sacrifices. D’ailleurs, la série est assez réaliste de ce point de vue puisque de nombreux personnages secondaires, dès le premier épisode, tombent sous la lame de l’ennemi. Toutefois, le fait que notre protagoniste arrive toujours à s’en sortir dans des circonstances qui semblent vouées à l’échec, nous laisse un peu perplexe même si la raison de ces miracles est justifiée.

L’enfant de la prophétie

Legend of Basara Sarasa Chacha

Le duel opposant Tatara (Sarasa) et Chacha

C’est un peu dans la surenchère que le scénariste de cette série fait en sorte que le personnage de Tatara (qui est Sarasa) soit de justesse et à plusieurs reprises sauvé de la mort. La série fait souvent mention de superstition, de malédiction et de croyance.

C’est évidemment le cas ici pour Tatara qui est représenté comme un symbole, l’homme qui va délivrer le peuple de la tyrannie. Le destin de Sarasa est donc tout tracé et rend le personnage quasi-invulnérable. Le paradoxe est que la jeune femme détient le rôle de leader qui est déterminé à accomplir ses ambitions de grande envergure, mais que celle-ci possède des capacités de combat très faibles en plus d’être assez impulsive et débordée par ses émotions.

La force de Sarasa est sa volonté, son intelligence (pour ses stratagèmes) et sa grande sensibilité (aussi une faiblesse) envers les autres. Bien sûr, ce périple ne va pas s’accomplir par son seul courage. Progressivement dans l’aventure,  l’héroïne va rassembler des alliés de poids. L’un des gros points forts de la série est sans conteste sa multitude de personnages. Qu’il s’agisse d’alliés ou d’ennemis, le travail sur leur personnalité est impressionnant.

Jeu de masque, jeu de vilain

Legend of Basara Ageha

Ageha

Les personnalités dans cette série sont très travaillées. Tous les rôles possèdent une véritable influence au sein de l’histoire, et là où la série frappe fort, c’est lorsqu’elle crée l’effet de surprise en impliquant des personnages aux intentions énigmatiques.

Certains d’entre eux jouent double jeu. Nous doutons de leur prise de position exacte. Ils sont prêts à tout pour rester fidèles à leurs propres idéologies, allant jusqu’à trahir leurs amis ou sacrifier des innocents. La présence de complots et de trahisons renverse la vapeur de manière inopinée.

Des révélations sur le passé des différents protagonistes permettent de comprendre les relations présentes et de cerner un peu plus leur caractère.

Séduisants de l’intérieur, ces personnages attirent également par leur design. Le chara-design et l’ingéniosité de certains costumes sont merveilleux, en particulier pour Ageha mais aussi pour Shuri le roi rouge, ou encore Shido. Les dessins ont tout de même bien vieillis, mais possèdent un charme éternel.

Pour rester sur le plan technique, l’animation n’est pas extraordinaire mais elle n’a pas à rougir non plus face aux productions de séries d’aujourd’hui. Les plans sont très statiques et les couleurs sont assez ternes. Cependant, ces quelques lacunes sont vites palliées par la qualité du scénario.

L’histoire sans fin

Riche en émotion, cette série de 13 épisodes laisse malheureusement beaucoup de regrets. L’anime Legend of Basara exprime un grand potentiel, c’est une certitude. Nous pourrions le classer parmi les chef-d’oeuvres de l’animation, et pourtant sa durée de 13 épisodes fausse la donne. La fin de cette série animée n’est pas une fin. Pour faire une comparaison assez absurde, c’est comme si on vous servait dans un chic restaurant l’entrée et que par la suite on vous privait du plat de résistance et du délicieux dessert. Comment ne pas rester sur sa faim? La frustration s’empare de nous une fois la série terminée.

Ces 13 épisodes ne sont que le prélude d’une guerre beaucoup plus importante. Trop de questions restent en suspens. Des relations inattendues, des retournements de veste à la fin de cette série nous laissent à penser que l’histoire va encore se complexifier et que cette lutte contre l’empire n’est que le début du commencement.

Pour d’obscures raisons, la série a été stoppée. S’agissait-il là d’une simple promotion pour booster les ventes du manga ? Est-ce à cause d’un manque de budget ? Ou ce titre a dû s’arrêter en cours de route car il n’a pas été assez reconnu par le grand public ? La seule solution pour poursuivre l’histoire de Basara est tout simplement d’investir dans la version papier. Il est peu probable de revoir un jour une nouvelle adaptation animée de ce bijou. Des circonstances non méritées pour un anime exceptionnel.

Si la série ne cherche pas à cibler le grand public, Legend of Basara n’en reste pas moins un anime shôjo original et diablement intéressant grâce à sa trame à dominance politico-militaire et sa romance utilisée avec parcimonie et subtilité.

Et toi, as-tu regardé cet anime ? Ou bien as-tu l’intention de le regarder bientôt ? Dis-nous ce que tu en as pensé en commentaire.

Plus

Une aventure épique
Une histoire fouillée
L'ingéniosité de mélanger le genre shônen et shôjo
Ambiance oppressante
Sa petite touche d'humour
Une réalité sociale d'autrefois bien retranscrite
Personnages charismatiques et mémorables
Ses révélations
Ses génériques

Moins

Une fin qui n'en est pas une
Trop de questions restent en suspens en raison du nombre restreint d'épisodes
L'animation plutôt moyenne et la palette de couleurs assez terne peuvent rebuter

Editor Rating
 
Scenario
9.0

 
Personnages et doublage
10

 
Dessins
9.0

 
Musique
8.0

 
Animation
6.0

Note du rédacteur
8.9

Hover To Rate
User Rating
 
Scenario
8.9

 
Personnages et doublage
6.4

 
Dessins
7.2

 
Musique
5.6

 
Animation
7.7

Notes des shôjo-addicts
8 ratings
7.4

You have rated this

comments
 
Leave a reply »

 
  • 7 juin 2011 at 02:24

    Basara, sans conteste un de ces shojos intelligents qui aura indubitablement fait battre mon coeur…

    Fiou, ce manga est plus que magique, et au bout d’un temps on finit même par savourer ces graphismes au premier abord maladroits, mais incroyablement attachants et si propres à l’auteur. A lire, absolument, ainsi que 7seeds, la dernière série de l’auteur.

    Répondre

Leave a Response 

Scenario

Personnages et doublage

Dessins

Musique

Animation