Chroniques anime
828 views 9 comments

La colline aux coquelicots, le shôjo selon Goro Miyazaki

by on15 janvier 2012
 

Sorti en salle mercredi 11 janvier, le film d’animation La Colline aux coquelicots est inspiré du manga de Chizuru Takahashi et Sayama Tetsuro. Il est réalisé par Goro Miyazaki (le fils d’Hayao).

Chaque matin, Umi hisse des pavillons marins dans son jardin. Elle perpétue ce rituel quotidiennement en souvenir de son père, disparu en mer. Elle gère habilement la pension de famille. Sa vie est rythmée par la préparation des repas, les courses et ses études. Au lycée, elle fait la connaissance de Shun, un garçon enthousiaste et fortement engagé pour la préservation du quartier latin, le QG des clubs du lycée. Attirés l’un par l’autre, les jeunes gens vont se trouver confrontés à un choix douloureux en découvrant le secret de leur naissance.

Une belle histoire d’amour lycéenne

Les adeptes de shôjo romantiques vont être ravis. Le film nous décrit la rencontre des deux lycéens dans les années 60. Sans tomber dans la mièvrerie, La colline aux coquelicots dépeint la naissance des sentiments.

Film la colline aux coquelicots

Aperçu du film la colline aux coquelicots

Shun fréquente le même lycée qu’Umi. Il est rédacteur du journal du quartier latin. C’est un jeune homme volontaire, déterminé, limite casse coup mais c’est ce qui séduira la jeune fille. Engagé dans la défense du quartier latin, il devient très vite une célébrité à l’école. D’abord agacée par sa façon d’agir, Umi succombe aux charmes de ce lycéen militant. Les sentiments naissent de façon subtile et touchante. Du fait du contexte historique, la relation se développe avec retenue et timidité. Les émotions se manifestent en dehors des mots : un regard, un sourire, une attitude ou une expression. Le spectateur devine et s’identifie à Umi lorsqu’elle ne comprend pas pourquoi Shun l’évite.

Nos deux héros rencontrent des difficultés. Même si les sentiments qui les unissent sont sincères, le contexte dans lequel s’inscrit leur histoire influe sur leur relation. Des obstacles se dressent entre eux et les amènent à devoir faire un choix, entre amour et amitié.

Des lycéens engagés

Film la colline aux coquelicots

Aperçu du film la colline aux coquelicots

Parallèlement à leur histoire d’amour, nos deux héros se trouvent engagés dans une lutte pour sauver le quartier latin. Cette bâtisse construite dans les années 50 commencent à montrer des signes de vétusté. Elle est menacée de démolition. Pourtant, les adhérents des clubs y sont fortement attachés et militent pour sa préservation, Shun en tête.

Sous l’impulsion d’Umi, ils vont s’organiser et mettre la main à la pâte pour rénover le QG, le nettoyer et le réhabiliter. Débats, réunions, et autres actions engagées jalonnent le film. Chacune d’elles est aussi un moyen de réunir nos deux protagonistes.

Bien que moins engagé La colline aux coquelicots, nous délivre quand même un message. Dans un contexte de renouveau du Japon et de modernisation débridée, faut-il systématiquement détruire l’ancien ? Que fait-on des traditions ? Ne font-elles pas partie de la mémoire collective et par conséquent de l’identité même de ses petits japonais ?

Des drames familiaux

Goro Miyazaki nous délivre une vision colorée et dynamique du Japon de 1964. Le pays s’est, semble-t-il remis de ses souffrances et s’apprête à accueillir les jeux olympiques. Le rythme rapide du film et de la vie de notre héroïne prouve le dynamisme du pays et l’avidité avec laquelle le Japon cherche à panser ses blessures. Malgré cette image, nous voyons en arrière plan certaines séquelles des guerres. Elles ont brisé des vies comme celle du père d’Umi qui n’est pas revenu de la guerre de Corée. La douleur engendrée par leur absence se perçoit clairement dans le rituel matinal de la jeune fille. Les drames vécus par une génération se reportent sur la suivante. Ce sont eux, qui seront d’ailleurs à l’origine du malentendu entre Umi et Shun.

La colline aux coquelicots n’est certes pas le meilleur film des studios Ghibli. Son histoire plus classique et peut être parfois trop centrée sur la relation sentimentale ne lui confère pas le charme et la poésie de certains de ces prédécesseurs. Néanmoins, nous passons un agréable moment. Les dessins, l’animation et surtout la musique permettent de combler en partie les lacunes du scénario.

Et toi ? Es-tu allé(e) voir La colline aux coquelicots ? Qu’en as-tu pensé ? N’hésite pas à noter aussi ce film et à poster ton avis en commentaires.

Plus

Musique
Rythme de l'histoire
Une histoire mignonne et touchante
Le contexte historique
Sauvons le quartier latin !

Moins

Une histoire moins engagée que la plupart des films du studio
Une histoire un peu trop classique
Absence de poésie et de fantastique

Editor Rating
 
Scenario
7.0

 
Personnages et doublage
7.0

 
Dessins
8.0

 
Musique
8.5

 
Animation
8.5

Note du rédacteur
7.5

Hover To Rate
User Rating
 
Scenario
10

 
Personnages et doublage
10

 
Dessins
10

 
Musique
9.4

 
Animation
10

Notes des shôjo-addicts
2 ratings
9.9

You have rated this

comments
 
Leave a reply »

 
  • 20 février 2014 at 11:49

    J’en ai pas mal entendu parlé mais je ne l’ai pas encore vu, donc merci pour cet article qui m’a encore plus donné envie de le voir 🙂 Et je vais aussi prendre la BO elle est top !

    Répondre

  • loveless
    29 septembre 2013 at 15:26

    J’ai bien aimé ce film les personnages sont bien fait, il y a une belle histoire d’amour et la musique est trop bien!^^

    Répondre

  • Nico Robin
    16 août 2013 at 23:31

    Merci pour ton commentaire Matou. ^^ Pour ma part, je n’ai pas vu le film mais lu le manga. C’est vrai que l’ambiance semble assez différente des autres Ghibli et voir cette époque adaptée est intéressant en tout cas. Les couleurs sont très belles en tout cas.

    Répondre

  • 16 août 2013 at 20:46

    Je viens de regarder ce film, je l’ai vraiment aimé ! Certes, c’est différent de ce que j’ai eu l’occasion de voir jusqu’à présent des Studio Ghibli, mais bon ! Je me suis très vite attachée à ces deux adolescents, à l’époque représentée, et tout et tout. Le quartier latin est superbe (je l’aimais aussi quand y avait tout ce gros bordel, ça avait quand même son charme non? Haha.).
    Bref, avant de me lancer vraiment dans le visionnage, je ne pensais pas que j’aimerais autant, c’est une agréable découverte, merci pour ta chronique Caro ! (je vais de ce pas lire le manga !).

    Répondre

  • Megumi-chan
    24 juin 2012 at 15:04

    Je suis allée le voir au cinéma, avec toute ma famille (qui ont bien aimé, comme quoi ce n’est pas une question d’âge, ça peut plaire à tout le monde). Et le défaut mentionné: moins de fantastique et de poésie, ne m’a pas du tout gêné. Je savais à quoi m’attendre, vu qu’il ne s’agit pas d’un Miyasaki (senior), et j’ai trouvé très bien d’avoir un peu de changement avec une histoire plus réaliste, qui fait découvrir une époque du Japon que je ne connaissais pas (c’est aussi ce qui donne son charme au film). Umi est particulièrement attachante: on est touché par l’histoire d’amour mais aussi par sa relation avec son père, sa mère… De plus, l’humour ne manque pas, et le quartier latin en fait partie avec son côté complètement désordonné. La seule chose que je pourrais reprocher est la manque de clarté à la fin du film, où bien qu’on puisse les deviner, certains points restent obscurs.

    Répondre

    • 24 juin 2012 at 15:10

      Merci pour ton commentaire. Tu as probablement raison de dire que ce n’est pas une question d’âge. Ceux qui ont pu être déçus, ce sont ceux qui s’attendaient à un film dans la même lignée que ce que le studio a fait jusqu’à présent. Pour ma part, j’ai apprécié le changement de ton par rapport aux autres Ghibli. Je vais l’acheter en DVD car j’ai vraiment envie de le revoir. Est-ce que tu as lu le manga dont est tiré ce film ? Si ce n’est pas le cas, je te le recommande. ^^

      Répondre

  • 16 janvier 2012 at 03:15

    Les films de Miyazaki ont toujours plus autant aux adultes qu’aux enfants jusque là mais du coup avec cette histoire je me demande si ça peut plaire à tout le monde et pas plus à un publique féminin à cause de l’histoire d’amour.

    Répondre

Leave a Response 

Scenario

Personnages et doublage

Dessins

Musique

Animation