Chroniques manga
134 vues 0 commentaires

Le baiser du renard tome 1

par le28 février 2020
Details
 
Type Manga
 

Disponible depuis le mois dernier chez Soleil Manga, Le baiser du renard est un shôjo en trois tomes de Saki Aikawa mêlant fantastique, univers folklorique et vie quotidienne. Malgré un scénario déjà vu, ce premier tome esquisse une histoire dynamique avec une héroïne sympathique !

Il s’agit de la première série de Saki Aikawa que je lis. Je connais bien entendu cette auteure, mais je ne me suis encore jamais aventurée dans ses récits jusqu’à présent. La sortie de ce nouveau titre dans le catalogue de l’éditeur m’a donné envie de voir de quoi il en retournait – un peu sur un coup de poker car je ne savais pas trop dans quoi j’allais m’engager. J’ai tout de même été très attirée par le côté fantastique du récit, perceptible dès la couverture avec ce joli yokai renard qui me fait grandement penser à Tomoe de Divivne Nanami.

iori koaru le baiser du renard

Le bel Iori et la douce Koharu

Koharu, lycéenne, a hérité du don de sa grand-mère : celui de guérir les esprits. Au détour d’un chemin, elle tombe par hasard sur Iori, un esprit blessé et pourchassé. Alors qu’elle est en danger et malgré ses réticences, il finit par la sauver. Ses plaies étant très importantes, il s’évanouit mais reprend conscience grâce à l’intervention de la jeune fille.

Il n’en faut alors pas plus pour que ce jeune homme aux oreilles de renard s’entiche d’elle, décidant unilatéralement d’en faire sa servante ! Dès lors, il la suit partout où qu’elle aille, de sa chambre jusqu’à son lycée. Suite à quelques mésaventures, Iori la prend comme fiancée, scellant ce pacte de ses lèvres. Koharu a à peine le temps de donner son avis qu’elle se retrouve promise à un démon renard…

Le moins que l’on puisse dire c’est que les choses vont très vite dans ce premier tome. Les héros se sont à peine rencontrés que le garçon s’installe chez Koharu. Puis à la fin du premier chapitre, tous deux deviennent fiancés ! Le point positif c’est qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer : tout s’enchaîne à folle allure. Cela a aussi l’avantage de pallier un scénario simple et peu original. En effet, le coup de la rencontre fortuite (ou non), la cohabitation forcée ainsi que le développement de la relation entre Iori et Kohara sont tout à fait prévisibles.

Iori - Le baiser du renard tome 1

Iori débarque dans la vie de Koharu

En revanche, une telle avalanche de péripéties sans pause trahit une histoire courte ainsi que toutes les conséquences que cela aura sur le développement des personnages. Pour l’instant, la mangaka nous présente ses protagonistes de manière générale en exacerbant certains traits de leur caractère. Cela donne actuellement un portrait d’eux plutôt cliché. Entre l’héroïne lycéenne un brin naïve (légèrement), le yokai tsundere et le gars à l’apparence angélique, notre trio de protagonistes ne montre pas encore tout son potentiel.

Néanmoins, j’arrive à apprécier Koharu. C’est une jeune fille de 16 ans tout à fait normale à priori, sans son don de voir et soigner les esprits. Très gentille et n’hésitant pas à aider son prochain, elle n’apparaît pas tant écervelée que ça. Elle n’hésite pas à exprimer son désaccord devant l’insistance d’Iori. Cela ne lui semble pas normal tout comme le fait qu’il s’incruste chez elle et s’immisce dans sa vie. Elle montre un peu (quand même) de résistance, j’aime bien !

De plus, bien qu’étant sceptique vis-à-vis de sa nouvelle situation, elle montre une belle capacité d’adaptation. Elle réussit à s’habituer, notamment à la présence des esprits, même si parfois cela l’effraie un peu. Cela peut paraître assez rapide, mais pas tant que ça étant donné que sa grand-mère l’a familiarisée depuis longtemps à cet univers.

Iori et Koharu - Le baiser du renard

Iori protégeant Koharu

Quant à Iori, j’ai davantage de mal avec lui. Certes il a un côté attendrissant et sait se montrer protecteur – quand il le veut. Par contre la plupart du temps, il aime afficher son ascendance sur l’héroïne. Sans lui demander quoi que ce soit, la proclame directement sa servante, puis sa fiancée. Il est où le consentement ? C’est ce qui m’énerve principalement chez lui. Pour le moment, il est trop binaire à mon goût. J’espère pouvoir être convaincue du contraire lors du prochain tome.

Un troisième personnage se détache des autres : la coqueluche du lycée, Onitsuka. Il a tout pour plaire aux filles : gentil, attentionné, beau gosse. Il semble tellement parfait, qu’on dirait l’opposé d’Iori. Sous ses airs d’ange, on lui donnerait le bon dieu sans confession (ou peut-être pas). Je n’en dis pas plus car je pense avoir suffisamment éveillé ta curiosité à son sujet.

Koharu et sa grand-mère - Le baiser du renard

Koharu se souvient d’une conversation qu’elle a eue avec sa grand-mère par le passé.

Enfin, j’aimerais abordé l’aspect fantastique. Comme je l’ai déjà esquissé en début de chronique, c’est cette thématique qui m’a donné envie de commencer ce shôjo. Bien qu’étant son premier titre du genre (Timeless romance étant ultérieur), la mangaka se débrouille vraiment bien pour insuffler de l’extraordinaire dans une vie quotidienne tout ce qu’il y a de plus classique. Au fur et à mesure que l’on avance dans le tome, le récit devient plus sombre.

Tout cela est appuyé par le style graphique de l’autrice, bien maîtrisé, donnant la part belle aux trames et autres effets magnifiant le danger. Je dois d’ailleurs reconnaître que le chara-design est très soigné : les personnages ayant notamment des proportions convenables. Qui plus est, les visages sont très expressifs, ce qui aide beaucoup pour entrer dans le récit.

Pour conclure, ma lecture de ce premier tome ne s’est pas révélée si désagréable que cela. J’ai plutôt passé un bon moment, en dehors de certains éléments déjà vus et communs. Si tu aimes Saki Aikawa, tu pourras découvrir l’une de ses premières œuvres fantastiques et je suis sûre que tu apprécieras également.

Plus

Une série qui se veut dynamique
Une héroïne qui n'est pas trop nunuche
L'incursion de fantastique dans un récit de "vie quotidienne"
Un style graphique reconnaissable, agréable et soigné

Moins

Un scénario peu original
Des personnages assez clichés
Iori, l'archétype du yokai tsundere

Note de l'auteur(e)
 
Scénario
6.5

 
Personnages
7.0

 
Dessins
8.5

Note du rédacteur
7.1

Passer la souris pour noter
Note des visiteurs
 
Scénario
5.7

 
Personnages
6.8

 
Dessins
9.8

Notes des shôjo addict
2 notes
7.0

Tu as déjà donné une note

A savoir...
 

Merci à Soleil Manga pour l'envoi de ce manga en service presse.
Crédits images : © 2012 by Saki Aikawa (AKITA SHOTEN, Japan)

Sois le (la) premier(ère) à commenter !
 
Répondre »

 

    Répondre 

    Scénario

    Personnages

    Dessins