Chroniques manga
1368 views 2 comments

Big Bang Venus tome 1

by on16 novembre 2010
Details
 
 

Trop heureuse d’avoir pu découvrir et apprécier Tout sauf un ange, j’ai décidé de me lancer dans lecture d’une autre des œuvres de Takako Shigematsu, à savoir Big Bang Venus. Publié chez Taifu Comics le 10 juillet 2008, ce manga a pour le moment tout pour plaire, que ce soit au niveau de l’intrigue, des graphismes ou des personnages.

Résistant à la tentation de dévorer cette série d’une traite, j’ai volontairement interrompu ma lecture après le premier tome, de façon à rester le plus neutre possible dans la transcription des probables enjeux scénaristiques.

C’est au chevet de sa mère mourante que Yuzu, une adolescente qui n’a jamais connu l’opulence, apprend l’existence de sa grand-mère, Mitsuko Shirayuki, dont la fortune et la renommée ne sont pourtant un secret pour personne. Surprise que celle-ci s’intéresse soudain à son sort, Yuzu n’est d’abord pas très emballée à l’idée de devoir rencontrer son aïeule mais se laisse finalement convaincre. Elle sera ainsi en mesure de rapporter à sa grand-mère les dernières paroles de sa défunte mère. Mais quelle n’est pas sa stupeur et sa déception en constatant le peu d’intérêt que sa grand-mère porte à sa fille unique ! Dégoûtée par l’attitude hautaine de Mitsuko, Yuzu espère partir sans demander son reste. Malheureusement pour elle, Mitsuko a de grandes ambitions pour sa petite fille : si celle-ci s’en montre digne, elle fera de la jeune fille sa légataire universelle. Et ce, qu’elle le veuille ou non !

Premier atout de ce manga : nous sommes en présence d’une héroïne au tempérament affirmé qui ne se laisse absolument pas marcher sur les pieds, une qualité que nous autres lecteurs apprécions, tout comme sa grand-mère, dont la conviction d’avoir bien choisi son héritière se renforce dès l’instant où sa petite fille tient tête, lors de sa fête d’intégration, à une invitée discourtoise. Yuzu n’est pas de celle qui se laisse agresser sans réagir et je lui en suis personnellement très reconnaissante car rien qu’à l’idée que j’aurais pu me coltiner une fois de plus tout au long du manga une héroïne passive et dépourvue de la moindre jugeote, j’en ai la chair de poule. Heureusement, ce n’est pas le cas ici. Plus d’une fois au cours du récit, la jeune fille nous prouve son bon sens et parvient rapidement à la bonne conclusion. Cela ne l’empêche bien sûr pas de croire aux soi-disantes bonnes intentions de son entourage, mais si tel n’était pas le cas, nous n’aurions alors plus besoin de trembler pour elle et ce serait bien dommage, car l’intrigue perdrait en efficacité. En plus d’être débrouillarde et pertinente, Yuzu est, par ailleurs, très attachée à toutes les recommandations que sa mère a pu lui faire de son vivant et les a regroupées dans une sorte de code virtuel auquel elle fait constamment référence. Chaque citation prononcée est l’occasion pour l’héroïne d’affirmer encore davantage sa personnalité sous l’œil amusé du lecteur, qui se prend rapidement d’affection pour l’adolescente.

Outre Yuzu Yamashita, deux personnages font également une entrée remarquée. Il s’agit de Mitsuko, dont j’ai déjà vaguement évoqué la personnalité un peu plus haut, et Hassaku Kagami, le secrétaire particulier de cette dernière.

Scan Manga Big Bang Venus

L’héroïne accompagnée de sa super Nanny

Commençons par approfondir le personnage de Mitsuko. Cette grand-mère pétillante et pleine de malice est pour moi un véritable enchantement. On peut dire qu’elle a la classe Mitsuko ! Elle est élégante, élancée et encore très attirante malgré son âge avancé. Mais surtout, et c’est d’ailleurs ce qui fait tout son charme, elle a une pêche d’enfer ! La voir sauter d’un hélicoptère en parachute saura faire travailler vos zygomatiques ! Quand on pense qu’elle demeure toute pimpante après avoir fait un saut de plusieurs centaines de mètres, ça laisse rêveur ! Le décalage entre fiction et réalité est ici très appréciable et laisse présager une bonne dose d’humour pour la suite, particulièrement lorsque ce personnage sera concerné. Mais, ne pensez pas pour autant que Mitsuko ne puisse pas également émouvoir le lecteur. Certains indices laissent clairement à penser que Mitsuko n’est pas aussi insensible et détachée qu’elle aimerait le faire croire, notamment en ce qui concerne sa fille. Sans compter qu’il est fort probable qu’elle s’attache très vite à sa petite fille qui a déjà su l’étonner agréablement.

Passons maintenant à Hassuku qui a d’emblée tout du parfait bishônen. D’une beauté plutôt froide mais sans doute moindre que celle d’Iyo Hayashibara, le cousin germain de Yuzu, Hassaku nous éblouit dès les premières pages. Il s’impose par sa présence et se révèle vite d’un grand secours pour l’héroïne qui, plongée du jour au lendemain dans cet univers à la fois doré et pernicieux, ne sait plus où donner de la tête. Toutefois, on a pour le moment bien du mal à le cerner. Tantôt sympathique, tantôt intransigeant et prétendument insensible aux états d’âme de la jeune héritière, Hassuku n’a de cesse d’intriguer le lecteur. D’après les rapports qu’il entretient avec l’héroïne et l’attention toute particulière qu’il semble lui porter, une romance ne devrait pas tarder à naître entre les deux protagonistes. Et ce, même si l’auteur semble prendre un malin plaisir à nous attirer dans la mauvaise direction en insistant sur le caractère ambigu de la relation unissant Hassuku et Mitsuko.

Sans doute l’un des enjeux majeurs de ce manga sera-t-il l’acceptation par Mitsuko de l’idylle qui ne manquera pas de surgir entre Hassuku et Yuzu, alors que ces derniers ont un rang social différent. Accepter cette union permettrait dès lors à la propriétaire du groupe Shirayuki de se racheter vis-à-vis de sa fille défunte, qu’elle avait justement rejetée pour avoir vécu le même type de relation. Mais cela est sans compter le rôle qu’aura certainement à jouer Iyo Hayashibara dans le coeur de l’héroïne. Tout aussi insondable qu’Hassuku et extrêmement confus dans ses actions à l’encontre de sa cousine, Iyo se verra très probablement attribuer le troisième sommet du sempiternel triangle amoureux propre aux mangas de type romantique.

D’autres personnages font également leur apparition, je pense notamment à Setoka et Haruka, deux des camarades de classe de Yuzu, mais ayant appris la leçon en même temps que l’héroïne suite aux divers abus de confiance dont elle a été victime, nous ne nous laisserons pas prendre au piège de leur sourire avenant et resterons donc sur nos gardes. Sont-ils sincères envers Yuzu ? La considèrent-ils vraiment comme une amie ou la jalousent-ils ? Et quelle est l’identité de ce mystérieux inconnu qui semble vouloir du mal à la jeune héritière ? Tant de questions qui restent momentanément en suspens et nous poussent à entamer illico presto la lecture du second tome.

Big Bang Venus est un manga de qualité qui plonge l’héroïne dans un univers regorgeant de dangers et de faux semblants, où chaque individu rencontré est un ennemi potentiel. Les événements s’enchaînent rapidement, ne laissant pas au lecteur le temps de s’ennuyer. En outre, l’auteur nous gratifie, comme à son habitude, d’un chara-design aux traits sûrs et propres.

Et toi, es-tu d’accord avec moi ? N’hésite pas à noter ce premier volume et à nous donner ton avis en commentaires.

Plus

Un début d'intrigue prometteur
De l'humour
Un chara-design de qualité
Une héroïne au caractère bien tranché
Deux beaux bishos auréolés de mystère comme on les aime
Une grand-mère détonante !

Moins

L'impression peut se révéler désastreuse : je me suis retrouvée privée d'une partie de l'histoire parce qu'une autre avait été imprimée en double, et ce n'est pas la première fois que cela arrive avec cet éditeur !

Editor Rating
 
Scénario
8.0

 
Personnages
9.0

 
Dessins
8.0

Note du rédacteur
9.0

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario
7.9

 
Personnages
6.9

 
Dessins
7.1

Notes des shôjo addict
1 rating
7.3

You have rated this

comments
 
Leave a reply »

 

Leave a Response 

Scénario

Personnages

Dessins