Chroniques manga
312 views 0 comments

Black Prince & White Prince – tome 1

by on27 janvier 2017
Details
 
 

Black Prince & White Prince est le premier shôjo de Makino à être édité en France. Cette jeune auteure a débuté sa carrière en 2012, soit juste deux ans avant la sortie de Black Prince et White Prince. Il s’agit également de sa première longue série (8 tomes à ce jour au Japon). Makino est donc encore une jeune mangaka débutante ce qui peut expliquer les quelques maladresses de ce premier volume.

Comme toutes les filles de son lycée, Yû est amoureuse de Shirakawa, dit le Prince blanc. Suite à la mutation de son père, elle va devoir intégrer l’internat. Pour elle, c’est l’occasion idéale d’approcher son idole. Pourtant, ce rapprochement ne se passera pas tout à fait comme dans ses rêves, à cause de Kurosaki, le Prince noir.

Black Prince & White Prince était le premier manga dans le genre romance scolaire que je lisais depuis longtemps et j’ai été agréablement surprise d’éprouver autant de plaisir à la lecture, moi qui pensais être blasée des amourettes lycéennes.

Le scénario n’est pourtant pas du tout original. L’auteure use de tous les ressorts traditionnels du shôjo (baiser volé notamment). Je ne veux pas entrer d’avantage dans le détail au risque de te gâcher la lecture du manga. Néanmoins, après l’avoir lu je te conseille de jeter un œil sur l’article les lois du shôjo. Ça te fera sans doute sourire de découvrir le nombre impressionnants de situations évoquées dans ce billet que l’on retrouve dans ce premier tome de Black Prince & White Prince.

La mangaka utilise aussi abondamment les scènes typiques des mangas scolaires (sortie au karaoké, compétition sportive, etc.). Le triangle amoureux est lui aussi perceptible rien qu’à la lecture du titre du manga et se révèle très classique : une fille un peu nunuche, moche qui devient jolie, un beau et gentil garçon blond et un bad boy, brun ténébreux.

Pourquoi, me diras-tu, ai-je passé un bon moment et ai-je attribué une bonne note à ce manga malgré tous ces défauts ? Hé bien, parce que même si l’auteure ne sort pas des sentiers battus, elle le fait bien. Les scènes bien que vues et revues sont traitées avec finesse et cohérence. La mangaka maîtrise l’art de la narration et sait provoquer l’intérêt de son lecteur. Elle fait aussi preuve d’une petite dose d’humour vraiment appréciable.

Ses personnages ont un petit quelque chose d’attachant. Kurosaki est stéréotypé mais ses actions et pensées restent très cohérentes avec les traits de personnalité qu’elle a choisi de lui donner. L’auteur fait d’ailleurs un jeu de mot avec son nom – kuro signifiant noir en japonais – et pousse ce concept à fond. Il en va de même avec Shirakawa, shiro voulant dire blanc en japonais.

Les gestes de Kurosaki envers Yû m’ont plusieurs fois fait sourire. Le contraste bien géré entre l’amour qu’il éprouve pour elle et ses gestes brusques ou ses paroles blessantes prêtent à rire. La façon dont il se comporte envers elle révèle ses sentiments sans avoir besoin d’y mettre de mots. La romance s’installe donc doucement, subtilement. C’est un point que j’apprécie particulièrement dans les shôjo romantiques. Rien ne m’agace plus que des monologues mièvres lorsque les dessins et les événements suffisent à la compréhension.

L’auteure est un peu moins habile en ce qui concerne Yû, l’héroïne. Elle n’avait à mon sens pas besoin de ce passé de fille invisible et moquée par ses camarades de classe. Sa personnalité forte et « rentre dedans » est d’ailleurs en contradiction avec ce vécu douloureux. Par ailleurs, à deux reprises dans le tome, elle s’interroge sur la raison pour laquelle son cœur bat plus fort lorsqu’elle se trouve près d’un des deux princes. Il faut être totalement idiote pour ne pas en comprendre la raison dès qu’elle se rend compte du phénomène ! Heureusement, que son dynamisme et son culot viennent contrebalancer sa trop grande candeur.

Bien que très classique, ce premier tome de Black Prince & White Prince s’avère une romance scolaire très sympathique à lire. C’est une bonne surprise de ce début d’année. A voir maintenant ce que la série donnera sur la longueur (il y a quand même déjà 8 tomes au Japon).

Plus

Une comédie fraîche et distrayante
Un style de narration fluide qui fait oublier le scénario très conventionnel
L'humour
Un brun ténébreux comme on les aime

Moins

La présence de nombreux "clichés" du shôjo (baiser volé, etc.)
La personnalité de l'héroïne pas toujours très cohérente

Editor Rating
 
Scénario
6.5

 
Personnages
7.0

 
Dessins
8.0

Note du rédacteur
7.0

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario
7.4

 
Personnages
3.5

 
Dessins
5.7

Notes des shôjo addict
4 ratings
5.5

You have rated this

A savoir...
 

Merci à Soleil Manga de m'avoir permis de découvrir ce manga en service presse.

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins