Chroniques manga
707 views 2 comments

Castle Mango tome 1

by on29 janvier 2014
 

Sorti cette semaine chez Taifu Comics, Castle Mango est un des yaoi que j’attendais le plus cette année. Je n’ai pas été déçue : la lecture du premier tome était un moment magique !

Tous les soirs, Yorozu aide sa mère à tenir le vieux love hotel de la famille tombé en désuétude. Une équipe de tournage de film porno a repéré ce lieu unique et décide de prendre pour décor une des nombreuses chambres fantasmagoriques de l’hôtel. Dire que la rencontre entre Yorozu et le réalisateur Togame s’est mal passée est un euphémisme ; ce dernier l’a d’abord pris pour un de ses acteurs, pour ensuite lui demander d’en remplacer un et au final lui baisser le pantalon pour le titiller. Mais c’est quand celui-ci, ouvertement gay, s’approche de son petit-frère Satoru, que Yorozu panique. Sur un coup de tête, il lui tend un piège.

castle mango yaoi tome 1

Illustration couleur du yaoi Castle Mango

Castle Mango est issu d’une collaboration entre la mangaka Muku Ogura et l’auteur de romans BL Narise Konohara. Elles nous livrent ici un petit bijou. La couverture et les illustrations en couleur à l’aquarelle nous plongent tout de suite dans l’ambiance douce et mélancolique du manga. Quand on ouvre les pages, difficile de ne pas être charmé par les dessins lumineux et délicats d’Ogura. Ses traits sont d’une finesse et d’une beauté exceptionnelles.

Le découpage est évidemment à la hauteur des dessins. La mangaka privilégie des petites cases aux divers formes géométriques qui permettent à la fois une narration dynamique et des scènes au ralenti très belles et émotionnelles. Les effets de zoom sont utilisés avec maestria. Les personnages sortent allègrement des cases. Les deux protagonistes sont bien masculins comme il faut. Le visuel est irréprochable.

Le récit est raconté uniquement à travers le point de vie de Yorozu. Dès les premières pages, ce lycéen modèle nous donne déjà l’impression d’être un enfant qui a dû grandir trop vite. Trop sérieux et peu souriant, il n’arrive toujours pas à faire le deuil de son père décédé il y a plusieurs années, laissant à sa famille le love hotel nommé Castle Mango. Le lycéen chérit cet endroit par dessus tout car il représente le souvenir de son père, qui disait que les love hotels existent pour cultiver l’amour. Malheureusement, le Castle Mango peine à attirer les clients qui jugent ses décors ringards.

À seulement dix-sept ans, le jeune homme doit à la fois aider sa mère à gérer l’hôtel et étudier pour obtenir les meilleures notes à l’école à cause de son statut de boursier. Tant de responsabilités le rendent trop adulte pour son âge. Ce qui est admirable, c’est qu’il ne se plaint pas une seule fois. À aucun moment, les auteurs ne se servent de son enfance tragique pour essayer de nous tirer la larmichette alors que ça aurait pu être facile de tomber le dramatique.

La maturité et la mine austère de Yorozu le rendent peu sympathique dans les premiers chapitres du manga. Quand il voit Togame s’approcher de son petit frère, il pense tout de suite que c’est pour le séduire puisque le réalisateur est gay. C’est une réflexion d’ignorant et surtout discriminatoire. Quand un personnage de yaoi adopte une attitude homophobe, on la fait souvent passer par l’humour ou on ne s’y attarde pas. Ce n’est pas le cas dans Castle Mango. Le passage y est traité d’une manière très honnête. Du coup, Yozoru n’est pas un personnage exempt de défauts, mais tout chez lui est consistant et juste.

Le manga prend pour titre le nom d’un love hotel. Il nous offre un point de vue neuf et généreux sur un endroit considéré comme scabreux et de basse classe par les Japonais. Le milieu de la pornographie où travaille Togame est également considéré avec respect. Le message de tolérance envers l’industrie du sexe est clair sans pour autant nous obliger à être d’accord.

Ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant dans le début de Castle Mango, c’est que les deux personnages, destinés à devenir un couple plus tard, ne s’entendent pas du tout et ce pour de bonnes raisons, pendant un bon moment. Pour l’éloigner de son petit frère, Yozoru tend un piège à Togame. Après une nuit bien arrosée, ce dernier se réveille nu dans le même lit que le plus jeune, qui insiste pour sortir avec lui sous prétexte qu’ils ont couché ensemble.

castle mango yaoi tome 1

Un extrait de Castle Mango

À partir de ce moment-là, toute la magie de Castle Mango commence à s’opérer. C’est assez ironique qu’une aussi belle histoire d’amour débute par un mensonge aussi mesquin. Le lycéen pensait faire semblant pendant quelque temps avant de couper les ponts. Il n’avait pas prévu toute la gentillesse que Togame ferait preuve à son égard. Pour quelqu’un qui y a été forcé, le réalisateur bourru prend vraiment soin de lui comme un vrai petit ami attentionné, toujours avec ses manières franches et peu délicates. Le meilleur, c’est qu’il lui promet de ne pas le toucher avant qu’il quitte le lycée !

Dans le monde du yaoi où deux mecs se sautent dessus parfois même avant de sortir ensemble, alors qu’il y a un love hotel, alors qu’un personnage est réalisateur de film porno, il n’y a pas une seule scène explicite dans le tome 1 de Castle Mango. Ce n’est pas génial ça ? Il y a dans ce manga une pudeur et une simplicité rares qui lui insufflent une âme à part entière. Au début, le garçon refuse que son « nouveau petit ami » l’approche. Ses lignes de défense cèdent petit à petit ; il consent à un câlin, puis un baiser. Les scènes où les deux tourtereaux se rapprochent sont bouleversantes. D’une grande sensibilité, la mise en scène transforme les silences et les gestes anodins en moments intimistes, chargés d’émotions.

Face à la bienveillance de Togame, Yorozu perd ses repères. Il lui montre d’autres facettes de sa personnalité. Alors qu’on le voyait comme un garçon austère et quelque peu calculateur, il se révèle timide et vulnérable. Malgré le milieu dans lequel il vit, il a conservé son innocence. C’est seulement avec l’homme plus âgé que le lycéen se comporte comme un adolescent de son âge. Ses réactions face à lui sont juste adorables. On jette toutes les mauvaises impressions qu’on aurait pu avoir sur lui au début par la fenêtre, et comme son petit ami, on a tellement envie de le chouchouter !

Togame, malgré ses manières de rustre, est franchement un bon gars. Même si on le connaît peu, on sent beaucoup de maturité et d’authenticité chez lui. On est à fond derrière le joli couple qu’il forme avec Yorozu. On a vraiment envie qu’ils soient ensemble.

Alors que j’aurais préféré les voir heureux un peu plus longtemps, le couple est déjà menacé à la fin du premier volume. Réponse dans le second et dernier opus le 13 mars prochain.

Ce premier tome est un pur bonheur. À force de voir le sexe dans les yaoi, j’avais oublié à quel point une scène de baiser pouvait être touchante. Heureusement que Castle Mango est là pour me le rappeler.

Et toi, as-tu été ému autant que moi à la lecture de Castle Mango ? N’hésite pas à lire ce manga si ce n’est pas encore fait, et laisser ton avis en commentaire !

Plus

Des traits gracieux
Une mise en scène subtile
Deux protagonistes attachants et réalistes, qui sont adorables ensemble
La romance sait prendre son temps
Une histoire d'amour toute simple mais trop touchante
Beaucoup de retenue dans la narration

Moins

Je suis trop fan, je ne trouve rien à redire...

Editor Rating
 
Scénario
10

 
Personnages
10

 
Dessins
10

Note du rédacteur
9.8

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

comments
 
Leave a reply »

 
  • Mikki
    7 février 2014 at 18:18

    J’ai cherché sur le net des info sur ce manga. Manga que j’ai lu 5 fois en moins de 48h… Mon point de vu est identique au tien, je ne me rappeler pas qu’un simple baisé pouvez être aussi beau. Vivement le tome 2 et bravo pour ce sublime résumé !

    Répondre

    • misami-hirota
      7 février 2014 at 21:34

      Merci pour ton compliment, ça me fait super plaisir ! Je suis contente que tu as aimé Castle Mango autant que moi ^^

      Répondre

Leave a Response 

Scénario

Personnages

Dessins