Chroniques manga
1114 views 0 comments

Complément affectif tome 1

by on24 mai 2011
Details
 
 

Petit retour en arrière avec un titre qui continue aujourd’hui à faire ses preuves, à s’imposer parmi les excellents Josei. Sorti le 11 janvier 2006, le premier volume de Complément affectif, édité chez les éditions Delcourt, séduit dans un premier temps par le biais de sa couverture. Elle est attirante et suscite curiosité à vouloir en connaître le contenu. À travers ses 200 pages au format légèrement plus grand que la taille traditionnelle d’un manga, Mari Okazaki nous conte le quotidien d’une jeune femme qui doit faire face à sa solitude et donner un nouvel essor à sa vie. Des thèmes peu récurrents sont abordés dans ce titre qui fait de complément affectif un manga assez original dans lequel les sentiments de l’auteure nous parviennent amplement jusqu’à s’y sentir impliqué.

Peut-on vraiment concilier vie professionnelle et vie sentimentale ? C’est une des interrogations du personnage principal nommé Minami Fuji. La jeune femme, 27 ans, bosse pour une agence de publicité. Dévouée dans son métier de créative, elle délaissera progressivement sa relation amoureuse jusqu’à rompre tout lien avec son partenaire. Attristée, elle se consacre corps et âme à ses activités professionnelles pour en oublier ses peines.

Complément affectif planche 1

Minami Fuji, l’héroïne de ce josei

Les couples des temps modernes souffrent de la difficulté à conserver une certaine harmonie entre eux sur le long terme. Sept ans de vie commune pour notre héroïne Fuji et son petit ami. Malheureusement, leur liaison n’a pas pu durer car leur quotidien est devenu maussade. La complicité et l’intimité qu’ils partageaient ont disparu au fil des années. Toutefois, si le ciel s’annonce obscurci chez la jeune femme dès le début de ce tome, sa rupture lui a permis d’apprendre et de redécouvrir des moments sur un plan humain qu’elle n’avait plus ressentis durant des années. Mari Okazaki décrit ces moments avec maîtrise.

L’auteure rend compte de ces évènements en mettant l’accent sur ses personnages secondaires. En effet, elle amène notre acharnée du travail à rencontrer ses collègues en dehors du cadre professionnel. Ainsi, Fuji découvre la personnalité de chacun, à laquelle elle n’avait jamais prêté la moindre attention auparavant. C’est l’opportunité pour la jeune femme de se remettre en question quant à sa situation, mais aussi de trouver une personne avec qui partager ses inquiétudes et notamment ses déboires amoureux. L’entame de complément affectif est assez virevoltante. Elle est en partie liée au chamboulement de la vie de Fuji qui est narrée de manière assez rapide et ne laisse que peu de temps pour reprendre son souffle. Le comportement vif de la nouvelle célibataire contribue à cette entrée en matière . En somme, l’ennui n’a pas lieu d’être et nous nous demandons sans cesse comment va évoluer la protagoniste.

Complément affectif planche

Deuxième aperçu du josei Complément affectif

Le scénario est très bien construit en départageant chaque cas, avec tantôt sa vie professionnelle, tantôt sa vie personnelle et enfin l’amalgame des deux. Nous observons la jeune femme se consacrer avec acharnement à son boulot, sans se soucier d’alléger son emploi du temps (même le dimanche) ou ses conditions de travail. Elle va sans cesse de l’avant. La pression du bon déroulement de la création de la campagne de publicité est omniprésente : il faut respecter le planning d’un projet précis, organiser la répartition des tâches, se mettre en accord avec les différentes productions (directeur artistique, bande son, styliste, cadreur…), penser aux contraintes matérielles, faire valoir ses idées au sein d’un groupe…

Certes, Mari Okazaki ne décrit pas le processus de conception et de réalisation de la publicité de fond en comble, mais tout de même il y a de quoi rester impressionné. La description de ce milieu nous permet de rentrer dans le vif du sujet comme si nous faisions partie de l’équipe, au-delà d’être un simple spectateur. Dans un second temps et avec adresse, la mangaka nous dévoile à quel point Fuji manque de contacts sur le plan relationnel. Pour précision, nous sous-entendons les relations qui dépassent bien sûr le cadre du simple collègue. Enfin, progressivement, l’auteure amène sa protagoniste à équilibrer la balance. Nous ressentons à quel point il est dangereux que l’un des deux cadres de vie ait un ascendant sur l’autre, mais que toutefois la cohésion existe.

La personnalité de la jeune femme est développée avec grand soin. L’auteure dépeint sous plusieurs angles son caractère. Toutes les facettes de l’héroïne sont passées en revue. Nous la voyons parfois craquer sous la pression du travail et des aléas de sa vie personnelle, se remotiver, être évasive, être exigeante envers elle-même, garder foi, mais surtout avoir besoin d’être épaulée et réconfortée. À travers ces diverses situations, Mari Okazaki dévoile chaque parcelle des pensées de Fuji. Connaître le ressenti de cette dernière ne peut créer qu’une meilleure compréhension de ses sentiments pour le lecteur. L’écriture est d’ailleurs une réussite concernant les belles phrases qui sortent de la conscience de la jeune femme. A la fois très mélancoliques et avec de temps en temps une touche poétique, ces mots nous affectent. Ajoutons tout de même un mot sur les dessins qui jouent évidemment un rôle important dans l’expressivité de cette palette de personnages. Même si parfois certains traits physiques sont un peu grossiers, le chara-design dans son ensemble est un délice pour nos yeux. Les visages sont expressifs, les décors sont un minimum présents, bref du bonheur en somme.

Complément affectif est un josei d’excellente qualité pour son sublime coup de crayon et son scénario soutenu qui montre toute la détresse de la protagoniste principale . L’auteure donne des points de vue très intéressants sur des sujets qui font débat. Difficile de ne pas se sentir concerné, que vous soyez une femme ou un homme.

Quel est ton avis sur ce josei ? Qu’as-tu pensé de son scénario et de son héroïne Fuji ? ainsi que des différents sujets dont il traite ? N’hésite pas à t’exprimer dans la partie commentaire et à nous laisser une note sur ce premier volume.

Plus

Une édition de qualité
Sa couverture
Les interrogations soulevées sur des sujets marquants
Beaucoup de descriptions (Personnalités, émotions, lieu...)
Les personnages secondaires
Ses situations comiques
La vivacité de l'héroïne
L'écriture et particulièrement en ce qui concerne les pensées de l'héroïne
Les dessins...

Moins

...même si certains traits sur le physique des personnages sont parfois grossiers.

Editor Rating
 
Scénario
9.0

 
Personnages
9.0

 
Dessins
7.0

Note du rédacteur
8.6

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario
8.8

 
Personnages
9.3

 
Dessins
8.5

Notes des shôjo addict
4 ratings
8.9

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins