Chroniques manga
630 views 0 comments

Un Drôle de Père tome 4

by on3 juillet 2011
Details
 
 

Enrichissant et émouvant par ses propos, le josei de Unita Yumi ne cesse de surprendre sur la continuité de la série. Paru chez Akata, le tome 4 d’Un Drôle de Père donne une vision optimiste sur des thèmes sensibles. À l’heure où la société peut avoir tendance à nous faire perdre les pédales et donner lieu à un égoïsme démesuré , l’auteure nous rappelle avec fermeté des valeurs fondamentales, telles que la générosité ou tout simplement l’humanité. Même si l’oeuvre laisse, dans l’ensemble, paraître un sentiment un poil trop rêveur, elle garde un certain réalisme saisissant dans sa perception de l’enfance et de la vie de parent. Si les précédents volumes sont quasi indispensables à sa collection, cette suite laisse quelques regrets.

Ce quatrième volume amène nos deux héros, Rin et Daikichi, à héberger pendant quelques temps Haruko (cousine de Daikichi) et sa fille Reina. Ces dernières ont en effet fugué de leur domicile. La mère de Reina ne supporte plus de vivre avec sa belle famille et a notamment un différent avec son mari. Les raisons sont assez confuses mais notre drôle de père tentera de leur apporter son aide.

manga un drôle de père tome 4

Extrait du manga Un Drôle de Père tome 4

Bien que l’inspiration de l’auteure semble s’être légèrement estompée dans cette suite, le manga reste agréable à lire. La légèreté, la douceur, la simplicité de sa narration et ses dessins nous touchent, permettant ainsi à la mangaka d’accorder une issue favorable aux difficultés que rencontrent ses personnages sur un ton joyeux et avec sérénité. Le tout dans une ambiance chaleureuse avec des scènes « Kawaii », Unita Yumi nous offre malheureusement une suite un peu hachée en évènements et dont les sujets traités manquent de profondeur. Parfois barbant en raison notamment d’un premier tiers un peu longuet, ce récit sur les tourments de la cousine de Daikichi parvient avec difficulté à nous bouleverser. Partie sur une bonne intention, l’auteure révèle, par le biais du personnage d’Haruko, une des situations de couple possibles au Japon. En effet, la jeune femme vit avec sa belle famille au lieu d’avoir son propre foyer. La sensation d’être dépourvue d’espace et de manquer de liberté l’étouffe au point de fuir avec son enfant. Cette séquence montre à quel point la jeune mère craque sous le poids de l’obligation qu’implique son rôle de parent. Quelque peu ennuyeuse, cette petite histoire, au plus grand regret, a été peu poussée et se renouvelle très peu dans la mise en scène, en plus de s’éterniser et par conséquent perd de son intérêt.

Bien que la mangaka expose les faits quotidiens de nos deux héros sans faire avancer l’histoire de manière importante, c’est toujours un réel plaisir de voir évoluer Rin et Daikichi. Le papa trentenaire assimile progressivement son rôle. Toutefois, si le début de la série désavantage notre homme sur le plan éducatif, Daikichi continue à s’aperçevoir que son monde autrefois si restreint, et particulièrement sur le plan social, s’est désormais élargi. C’est avec délice qu’on découvre en même temps que le personnage principal les bienfaits de sa nouvelle vie. Alors que son quotidien ne se résumait, avant de rencontrer Rin, qu’à métro, boulot, dodo, des sentiments affectueux en lui se sont éveillés, l’obligeant à porter plus d’attention chaque jour à son entourage (pères de famille, collègues, famille…)  et particulièrement à l’éducation de Rin. Le côté tendre du manga est bien sûr toujours présent. Nous passons par exemple un bon moment à voir Rin et Koki s’entraîner pour un concours de corde à sauter,  ce qui engendre quelques passages humoristiques plutôt bien réussis. Pour toucher un mot sur les dessins, même si c’est très épuré, nous regrettons toutefois cette absence de couleur, de style de dégradé noir et blanc qui aurait pu apporter un plus en terme d’émotion.

Cette suite ne vaut certainement pas les précédents volumes qui sont proches de la perfection. Malgré tout, ce volume reste agréable à lire ne serait-ce que pour sa douceur et ses quelques passages humoristiques.

Et toi, as-tu lu le quatrième tome d’Un Drôle de Père? Le quotidien de Rin et Daikichi te touche-t-il toujours autant que dans les tomes précédents? N’hésite pas à partager ton opinion avec nous et à attribuer une note à ce tome.

Plus

Des personnages trop attachants
Ses séquences "kawaii"
Son humour
La simplicité et la douceur de l'histoire
La description de la vie de parent.

Moins

Aucun style de dégradé sur les dessins
Des thèmes abordés avec moins de profondeur que dans les précédents volumes
Le récit du premier tiers du volume est un peu longuet et ennuyeux

Editor Rating
 
Scénario
7.0

 
Personnages
8.0

 
Dessins
6.0

Note du rédacteur
7.2

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins