Chroniques manga
1002 views 0 comments

Dystopia – Love at Last Sight

by on30 juillet 2013
Details
 
 

Publié chez Pika en 2007, Dystopia n’est pas un shôjo japonais. Il s’agit d’un oneshot allemand de Judith Park, qui a su se faire une place dans les rayons parmi les mangas asiatiques. Je l’ai acheté il y a assez longtemps. Bien évidemment, impossible à l’heure actuelle de me rappeler de mes premières impressions. Je suis sûre d’une chose tout de même : c’est sa première de couverture qui m’a de suite attirée. 

Lyon et Dionne Hawking sont frère et sœur. Ensemble, et avec Shiku la meilleure amie de Dionne, ils sont heureux. Mais ce n’est pas le cas une fois à la maison. Les parents de Dionne font passer son frère avant elle car ce dernier est atteint d’une déficience cardiaque. Mais un jour où tout allait pour le mieux, tout dérape et le coup du destin frappe à la porte de Lyon. Comment Dionne et Shiku vont réagir face au nouvel arrivant dans la famille ?

dystopia; scan; couleur; shojo

Une des premières pages du manga Dystopia.

Presque 10 ans ont passé depuis la première prépublication dans le magazine Daisuki de Dystopia, et j’ai donc décidé de le relire. Cette histoire me laisse assez sceptique. Judith Park a choisi d’en faire un oneshot, mais l’histoire reste trop complexe pour s’arrêter à un seul tome malheureusement.

Le titre reste mystérieux. Je me suis renseignée sur internet, “Dystopia” ou tout simplement “Dystopie” en français est le contraire de l’utopie; dans l’histoire, les personnages ne peuvent pas envisager un avenir heureux. Le titre annonce ainsi la couleur de l’histoire.

Judith Park nous montre cette dystopie d’une manière très simple : en divisant l’histoire en deux parties. Dans la première elle décrit le bonheur présent, puis dans la seconde tout se casse la figure.

La meilleure amie de Dionne, Shiku, prend beaucoup d’importance dans cette histoire romantique. Le vrai résumé du manga ne la mentionne pas, mais je pense que c’est une erreur puisqu’elle a tout de même une place essentielle dans le scénario.

On nous parle de frère et sœur inséparables. Lyon est sensé être au cœur de l’intrigue, mais on le perd dans une romance trop rapide. Le scénario a du mal à tenir la route dans un nombre de pages si limité, c’est vraiment dommage car l’histoire en elle-même peut vraiment être intéressante. Nous, lecteurs, aimons la romance, le drame, les beaux garçons/les belles filles. Le manga devrait avoir tout pour plaire.

Le scénario présente trois protagonistes : Lyon, Dionne et Shiku. Ces trois personnages correspondent à des stéréotypes : le fils que les parents aiment plus que tout, la fille rejetée par sa famille et la meilleure amie qui s’incruste (pour tout vous dire je n’aime pas Shiku). J’ai moyennement apprécié le fait qu’on en sache si peu sur leur passé. Comme dit dans le paragraphe précédent, l’histoire n’est pas fouillée

scan; dystopia; personnages

De gauche à droite : Shiku, Lyon et Dionne.

Pour couronner le tout, le dessin est lui aussi ancré dans les clichés : des yeux énormes, des visages qui se ressemblent… Le graphisme est très inégal, c’est réellement dommage car cette mangaka possède vraiment un bon bagage de départ, on le sent en voyant les pages de chapitres. Ce sont ces dernières qui me séduisent le plus dans ce livre.

 

La jaquette du livre est belle et soignée, avec une très agréable illustration de Dionne. La première de couverture quant-à-elle, est en contradiction avec l’illustration de la jaquette: Dionne ne sourit plus paisiblement, elle pleure, et cela nous plonge dans ces deux parties de l’histoire : bonheur/drame. Personnellement, je trouve que c’est bien pensé.

De plus, l’histoire commence par des pages mises en couleurs, c’est assez sympathique.

J’ai réfléchi à la signification complète du titre, et je viens d’avoir comme une sorte d’illumination : « Love at Last Sight » reprend l’expression « Love at First Sight » qui signifie le « Coup de foudre » au premier regard. Ici, l’auteur annonce encore une fois le drame (comme elle l’a fait pour « Dystopia »), cela pourrait donner « L’Amour au dernier regard ». C’est assez mystérieux, et ça donne envie de lire l’histoire.

dystopia; garçon; scan

Page de chapitre, Lyon.

Ce manga a tout de même reçu le prix du meilleur manga allemand. Judith Park mérite véritablement d’être connue, son chara-design s’est nettement amélioré, il possède de nombreuses qualités. En plus de Dystopia, elle a fait un autre manga nommé Ysquare que je n’ai pas lu, mais dont la couverture donne aussi envie de se plonger dans l’histoire. Je pense donc que ma curiosité va frapper.

Dystopia comporte une intrigue originale avec une romance qui prend beaucoup trop de place sur le drame. Ce drame arrive d’ailleurs trop tard dans l’histoire. Ce manga reste un oneshot à découvrir malgré ses défauts.

Et toi lecteur, as-tu lu ce manga allemand ? As-tu été transporté par cette étrange histoire? N’hésite pas à me donner ton avis et tes impressions dans la section commentaires et à noter ce oneshot.

Plus

Une intrigue intéressante
De belles pages de chapitres
Une couverture agréable
Oneshot, donc rapide à lire

Moins

Un graphisme parfois négligé
Une histoire bâclée
Un manga trop dans les stéréotypes du shojo dramatique

Editor Rating
 
Scénario
6.0

 
Personnages
4.0

 
Dessins
6.0

Note du rédacteur
5.0

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins
6.6

Notes des shôjo addict
6.6

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins