Chroniques manga
482 views 0 comments

Happy science tome 1

by on29 novembre 2013
Details
 
Type Manga
 

Sorti le 9 novembre, Happy science est le premier manga de Miyuki Yorita à être licencié en France. Avec sa couverture aux couleurs fluo et son synopsis peu commun, il ne manque pas d’étonner. À la lecture de ce tome, j’en ressors assez conquise par le ton qu’a su donner son auteur.

Minori Maruyama se retrouve du jour au lendemain sans toit. Par manque de chance, elle fait tomber ses dernières économies dans l’eau. Tandis qu’elle erre à la recherche d’un endroit où dormir, elle rencontre un jeune homme. Celui-ci lui demande si elle est malheureuse. À peine a-t-elle le temps de lui répondre qu’elle s’évanouit.

Lorsque la jeune fille se réveille, elle se retrouve au sein d’un laboratoire de recherches sur le cerveau. En effet, le professeur Minamoto et ses collègues tentent d’en percer les mystères. C’est pourquoi, ce dernier lui propose d’être son cobaye pendant un mois afin de vérifier une de ses théories.

scène de maquillage Happy Science

Les hommes de Happy science se font coquets ! De gauche à droite : M. Tang, M. Aoki et M. Akai

Chose n’est pas commune, c’est tout d’abord de la couverture que je souhaite parler. Comme tu as pu le remarquer celle-ci se distingue par ses couleurs très vives. C’est vraiment ce qui m’a attirée dans le choix de ce manga, au-delà de l’histoire.

En effet, l’association du vert et du rose est un élément déjà présent dans le visuel japonais mais l’éditeur français a fait une adaptation très réussie et plus vive. Comme il s’agit de deux couleurs complémentaires, elles ressortent assez bien l’une par rapport à l’autre. Cela donne également une impression de dynamisme, qui se retrouve assez bien à l’intérieur de ce volume.

Et puis étant donné l’audace de la jaquette, je n’ai pu m’empêcher de me dire que j’allais me retrouver face à un récit plus original que ce que j’ai l’habitude de lire, voire même carrément spécial. Ceci n’est pas complètement faux au vu du postulat de départ.

À présent, concernant l’histoire, celle-ci commence de manière plutôt commune avec une héroïne sans le sou sauvée par un inconnu dans la rue. De prime abord, je me suis dit que c’était peut-être un peu trop facile comme méthode, puisque cet anonyme se révèle être chercheur travaillant sur le bonheur et qu’il tombe directement sur un sujet d’étude accablé par le malheur.

Néanmoins, cette accroche est nécessaire pour nous permettre de comprendre le contexte. Elle n’est de toute façon pas trop longue puisque nous en venons rapidement au vif du sujet.

Entête chapitre 2 Happy Science

Le professeur Minamoto est très impliqué dans ses recherches !

Ensuite, c’est au moment où Minori atterrit dans le laboratoire que cela devient intéressant. Le comique s’enclenche à cet instant et nous avons droit à de nombreuses scènes de gags assez drôles.

Celles-ci proviennent principalement du caractère du professeur Minamoto. Ce jeune homme est absolument passionné par son sujet de recherche au point d’y mettre tous les moyens nécessaires pour parvenir à ses fins.

Son enthousiasme est tel qu’il se met à délirer quasiment tout seul : il s’imagine de nombreuses choses, ce qui provoque le rire. Je me suis d’ailleurs demandé s’il n’est pas légèrement dingue. L’auteur parvient à montrer cela grâce à ses expressions faciales très marquées.

Il ne saurait bien sûr se limiter à cette facette, puisque la mangaka nous montre assez rapidement quelles sont ses motivations.

Par ailleurs, la construction de la narration s’articule selon un schéma où les différents chapitres constituent des parties sans lien direct entre chaque. Bien sûr, il existe une continuité puisque nous progressons dans le temps au fur et à mesure de l’histoire.

Cela rend alors la lecture plus vivante car nous passons d’un sujet à l’autre. Nous n’avons pas le temps de trop nous attarder sur des détails, ce qui n’empêche pas l’auteur de sonder les pensées de son héroïne. L’introspection prend une part importante car la jeune fille s’interroge souvent sur elle-même et sa situation.

Les autres protagonistes sont plutôt en retrait et leur développement est minime. C’est notamment le cas de M. Tang et M. Akai, dont nous ne savons pas grand chose pour l’instant. De la même manière que deux des collaborateurs du professeur sont l’objet principal d’un chapitre pour chacun, je suppose que l’auteur leur réservera le même traitement dans l’un des deux tomes suivants.

Enfin, le point que je souhaite évoquer est la thématique de cette série. À travers la proposition saugrenue faite à notre jeune héroïne, une question d’ordre éthique peut se poser. La science est actuellement très compétente pour améliorer notre confort de vie. Ainsi, l’interrogation légitime qui se révèle est la suivante : quelles sont ses limites en matière de détermination du bonheur ? Et au-delà, doit-on véritablement attendre de la science qu’elle nous assiste davantage ?

Pour illustrer mes propos, en prenant chaque titre de chapitre, nous voyons bien que ces questionnements sont sous-jacents, plus particulièrement dans le premier : « Notre cerveau peut-il nous rendre heureux ? ».

Au final, ce premier volume de Happy science révèle une série prometteuse et constitue une agréable lecture. Par le biais de la comédie, l’auteur nous fait réfléchir sur l’intérêt de la science à agir dans certains domaines.

Et toi, as-tu commencé ce manga ? Qu’as-tu pensé des diverses expériences que le professeur Minamoto et ses collaborateurs ont fait subir à Minori ?

Je remercie Soleil Manga de m’avoir fait découvrir cette jolie série en m’envoyant ce service presse.

Plus

Une couverture colorée
Une histoire originale
Un questionnement pertinent sur la science
Un rythme dynamique
Un comique de situation efficace

Moins

Un début plutôt convenu

Editor Rating
 
Scénario
10

 
Personnages
10

 
Dessins
10

Note du rédacteur
10

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins