Chroniques manga
1148 vues 2 commentaires

La colline aux coquelicots

par le28 janvier 2012
Details
 
 

Après avoir vu le film La colline aux coquelicots, il y a deux semaines, j’ai eu envie de découvrir le manga qui a inspiré le dernier né des studios Ghibli. Il est édité chez Delcourt et est constitué d’un seul volume regroupant les deux tomes de la série originale. Les premières pages m’ont semblé bien pâles en comparaison de la version animée mais cette mauvaise impression a été de courte durée.

Le père d’Umi était marin et a disparu en mer. Depuis, chaque matin, elle effectue un rituel. Elle hisse des drapeaux marins en espérant toujours son retour. Sa mère, photographe, est souvent en déplacement, obligeant la jeune fille à se charger de la maison et des pensionnaires qui y louent des chambres. En plus de ces contraintes familiales, Umi se retrouve vite impliquée dans les revendications et les révoltes qui se propagent au lycée.

Les premières pages du manga nous permettent de faire connaissance avec Umi à travers la cérémonie des drapeaux. Je l’ai trouvée bruyante, capricieuse et légèrement immature à cet instant. Son caractère m’a déplu. La façon dont elle oblige les pensionnaires et membres de sa famille à assister à son rituel m’a paru puérile. La dispute avec sa soeur qui a suivi n’a fait que renforcer cette image. Pourtant, cette personnalité a été très vite effacée pour laisser place à un caractère bien trempé et mature, beaucoup plus intéressant que la première impression que j’ai eue d’elle. Umi est franche, directe, déterminée et respectueuse des autres. Elle a ses propres convictions et les défend coûte que coûte, ce qui la rend vraiment sympathique et attachante.

A coté, les deux lycéens, Kazama et Mizunuma, paraissent vraiment immatures. Calculateurs, menteurs et magouilleurs, ils sont vraiment le parfait opposé d’Umi. Endettés, les deux garçons mettent sur pied une stratégie pour développer les ventes du journal dont Kazama est le responsable. Ils sont à l’origine des manifestations contre le port de l’uniforme. Leur objectif : créer des troubles, provoquer du « sensationnel » pour écouler leur papier et générer du chiffre d’affaires. Pour ceux qui ont vu le film, nous sommes à des millénaires des motivations plutôt altruistes du Kazama de Ghibli. Personnellement, ce n’est pas pour me déplaire. Ce coté « bad boy » du personnage le rend à la fois réaliste et attachant. C’est un héros tout en contradiction. 

La colline aux coquelicots extrait

Aperçu du manga La colline aux coquelicots

Même si Kazama est un lycéen égoïste et manipulateur, il devient vraiment touchant dès qu’il parle d’Umi. Ses sentiments envers la jeune fille sont, quant à eux, très sincères. Ces scènes sont à la fois émouvantes et amusantes. A la différence de sa soeur, Umi est loin d’être sensible à la réputation et au physique des garçons. Elle n’écoute que ses convictions… et son coeur. En effet, même si de prime abord l’attitude de Kazama la fait sortir de ses gonds, elle ne résistera pas très longtemps aux charmes du jeune homme. Comme dans le film, la relation entre les deux héros avorte très vite. Blessée, Umi ne comprend pas la réaction du jeune homme. A ce stade un personnage intéressant fait son apparition. Méchant et rancunier, il représente une menace pour notre héroïne. Il est réaliste et permet à l’intrigue d’évoluer.

Bien que les dessins trahissent l’âge du manga, l’histoire de La colline aux coquelicots n’a pas pris une ride. Les réactions des personnages, leurs doutes, ainsi que les débats qui secouent le lycée sont très contemporains. J’irais même jusqu’à dire qu’ils sont mieux retranscrits dans ce manga que dans certains plus récents et plus longs. J’ai vraiment pris un réel plaisir à lire cette série, même en ayant en tête le film réalisé par Gorô Miyazaki.

L’histoire relatée par le film La colline aux coquelicots s’avère être assez différente de celle de l’oeuvre qui l’a inspirée. Le contexte historique, le débat qui anime l’école, ainsi que la personnalité des personnages ont été modifiés dans cette adaptation, ce qui lui confère une toute autre ambiance. Pour ma part, j’ai apprécié les deux versions et je ne saurais que vous conseiller de les découvrir toutes les deux.

Est ce que tu as lu ce manga ? Si c’est le cas, n’hésite pas à noter la série. Tu peux aussi nous donner ton avis dans la section commentaires.

Plus

Une histoire qui n'a pas pris une ride
La personnalité de l'héroïne
La personnalité du héros
Les personnages secondaires
La mobilisation lycéenne

Moins

Les dessins qui ont vieilli
La place peu importante du rituel du matin
Une fin un peu rapide qui ne laisse pas le temps à l'émotion

Note de l'auteur(e)
 
Scénario
10

 
Personnages
10

 
Dessins
10

Note du rédacteur
10

Passer la souris pour noter
Note des visiteurs
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

Tu as déjà donné une note

commentaires
 
Répondre »

 
  • 17 octobre 2013 à 10:31

    Je viens tout juste de finir ce manga et je l’ai aussi beaucoup apprécié. J’ai très envie de découvrir le film maintenant 😉

    Répondre

    • 17 octobre 2013 à 11:01

      C’est marrant. Je venais tout juste de voir ton article quand tu as posté ton commentaire.^^ Je te conseille le film. L’histoire est un peu différente. Je pense qu’elle devrait te plaire même si on retrouve le point faible (le tournant que prend l’histoire sentimentale) que tu as souligné dans ta chronique.

      Répondre

Répondre 

Scénario

Personnages

Dessins