Chroniques manga
587 views 2 comments

Life, quand la réalité devient fiction

by on31 octobre 2008
Details
 
Type Manga
Genres
 

Life c’est un tout petit mot mais pourtant tellement lourd de sens. Tout est dit avec juste ce minuscule mot. Keiko Suenobu va nous parler de la vie mais pas n’importe laquelle, celle d’Ayumu, une jeune japonaise semblable à tant d’autres.

Victime d’ijime durant sa scolarité, la mangaka va puiser dans son vécu pour nous relater l’histoire d’Ayumu. Loin d’une esquisse aseptisée et idyllique d’un Japon moderne, elle va dépeindre une jeunesse en proie à de sérieux problèmes, s’appliquant à donner toujours plus de réalisme à son récit. Avec Life (paru chez Kurokawa) attendez vous à ressentir des émotions… des émotions fortes… très fortes.

Ayumu est une jeune collégienne aux résultats moyens. Alors que les examens d’entrée au lycée se profilent sa seule préoccupation est de rester avec sa meilleure amie, Shino. Cette motivation la pousse à se surpasser. Elle travaille d’arrache pied pour passer les concours d’un prestigieux lycée qui fait rêver Shino depuis longtemps. Celle-ci n’hésite d’ailleurs pas à aider Ayumu quitte à perdre du temps pour ses propres révisions. Pourtant… lorsque les résultats tombent… Ayumu est acceptée alors que Shino ne l’est pas. Elle reproche alors son échec à son amie. Pour Ayumu, c’est plus qu’elle ne peut en supporter.

Ayumu est une jeune fille traumatisée car sa meilleure amie l’a rejetée par jalousie. Elle découvre ensuite que Shino a en réalité tout fait pour l’aider dans ses révisions au risque de voir ses propres notes baisser. Lorsque celle-ci échoue au concours d’entrée du lycée de ses rêves, la déception est si amère qu’elle renvoie la faute sur son amie.

« T’as toujours été un boulet »

« J’aurais été mieux sans toi »

Quel affreux supplice que d’être abandonnée par celle qui comptait plus que tout à ses yeux ! Blessée dans son coeur, Ayumu en vient à se blesser physiquement. Elle fait subir à son corps, les tourments de son esprit. Elle s’automutile. Et nous, spectateurs impuissants, nous la regardons se couper la chair avec tristesse.

Cette souffrance physique qu’elle s’impose semble être une punition pour n’avoir pas su comprendre son amie. Ayumu se reproche sans cesse cette amitié perdue. La culpabilité qu’elle ressent ne trouve d’exutoire qu’à la seule vue de son sang ruisselant le long de son bras.

A partir de cet instant, une lente descente aux enfers va s’amorcer pour elle. L’automutilation, bien plus fréquente que l’on pourrait le croire chez les adolescents est admirablement retranscrite par la mangaka. Le sentiment de soulagement qui suit le passage à l’acte est tel que les personnes souffrant de cette pathologie éprouvent de plus en plus souvent le besoin de se blesser.

« J’ai regardé le sang couler. Au bout d’un moment, il s’est arrêté. C’était comme si le trop plein dans ma tête… s’écoulait par ces plaies. »

Manga Life

Extrait du tome 1 Life

Ayumu n’échappe pas à la règle, bien au contraire, l’auteur l’isole toujours un peu plus d’un entourage incompréhensif et aveugle à sa douleur. La sensation de vide laissée par l’abandon de Shino s’accentue de plus en plus. Sa mère l’ignore totalement, elle ne l’encourage jamais et n’a d’yeux que pour sa petite sœur. Ce n’est pas non plus auprès de Manami sa nouvelle copine qu’elle pourra trouver du réconfort. En effet celle-ci est d’un égoïsme à toute épreuve et ne s’aperçoit même pas des terribles efforts qu’Ayumu fait pour elle. Quant au petit ami de Manami, il prend un malin plaisir à la torturer.

Plus ses gestes d’automutilation deviennent fréquents, plus Ayumu en éprouve de la honte. Ses cicatrices sont sans cesse là pour lui rappeler son problème et sa différence avec les autres adolescentes. Cacher aux autres ce qu’elle fait subir à son corps va devenir une obsession. La peur d’être rejetée et considérée comme anormale lui fera accepter des situations insupportables.

Finalement les choses vont aller de mal en pire, poussant Ayumu toujours plus loin dans la réclusion, accentuant toujours plus son mal être et l’enfonçant toujours plus profondément dans ses plaies.

Les événements s’enchainent au fil des pages à un rythme oppressant. L’auteur ne nous laisse pas le temps de respirer, provoquant ainsi une sensation de malaise. Les dialogues sont rares mais cinglants. Les pensées d’Ayumu nous sont livrées brutes de décoffrage. Keiko Suenobu n’épargne ni son héroïne ni son lecteur. Ses dessins sont si expressifs qu’ils deviennent par moment insupportables, tellement la douleur des personnages est perceptible. Ce n’est pas tant la vue du sang qui choque mais la souffrance des personnages représentée par des visages déformés par les pleurs avec des bouches distordues par les sanglots. Ces images, l’auteur nous les impose, comme si elle voulait nous faire passer un message, comme si elle voulait nous dire d’arrêter de nous voiler la face et d’ouvrir les yeux, pour voir qu’autour de nous, il y a peut être des adolescents dans le même cas qu’Ayumu.

Quelque soit nos positions et notre mode de pensée, ce manga nous interpellera. Nous oscillerons entre dégout et compassion. Nous essayerons de comprendre ou nous préférerons détourner les yeux. Keiko Suenobu nous renvoie en pleine figure notre propre adolescence, avec ses tourments et ses difficultés. Nous prenons alors conscience que la frontière entre simple crise d’adolescence et grave pathologie est finalement très mince.

Portrait réaliste d’une jeunesse nipponne, Life ne pourra pas vous laisser de marbre. A mes yeux c’est un des meilleurs mangas qu’il m’ait été donné de lire. Néanmoins de part le caractère assez violent de certains passages il n’est pas à mettre en toutes les mains.

Est ce que toi aussi tu as été touché(e) par l’histoire d’Ayumu ? Donne-nous ton avis en commentaire et n’hésite pas à attribuer une note à la série.

Plus

Un shôjo réaliste qui nous offre une vision différente du Japon
Des sentiments vraiment bien retranscrits
Des dessins expressifs

Moins

Un manga dur, à déconseiller aux âmes sensibles
La cruauté et la folie de Manami sont parfois exagérées

Editor Rating
 
Scénario
10

 
Personnages
10

 
Dessins
10

Note du rédacteur
10

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

comments
 
Leave a reply »

 
  • Heyden
    17 septembre 2010 at 02:15

    Je ne suis pas autant avancée, je n’ai lu que les quatre premiers tomes, mais c’est vraiment fort ce manga, la souffrance d’Ayumu est vraiment perçante je dirais. Je suis contente de l’avoir découvert, c’est le genre de mangas que j’aime beaucoup, super réaliste.

    Répondre

  • yuukilaura
    19 mai 2010 at 09:38

    coucou ton article est vraiment super il retrenscrit vraiment bien l’embience du manga. Je l’ai dabor regardé en drama et apres je me suis aprecu qu’il i avait un manga ^//^ mais le drama est super aussi.

    Répondre

Leave a Response 

Scénario

Personnages

Dessins