Chroniques manga
825 views 0 comments

Princess Jellyfish tome 1

by on4 janvier 2011
Details
 
 

Licence couronnée l’année passée pour le prix du manga shôjo Kodansha et nominée pour concourir au Taisho Manga, Princess Jellyfish (Kuragehime) de Akiko Higashimura s’importe chez nous pour notre plus grand bonheur. Souvenez-vous de l’adaptation animée de ce josei sortie simultanément au Japon et en France en octobre 2010. Impossible de ne pas se remémorer les belles séquences animées produites par le studio d’animation Brain Base à chaque page feuilletée, ou encore de se souvenir des différentes intonations si particulières et hilarantes des seiyuu à chaque réplique lue dans le manga. Après la série animée qui a été la bonne surprise de la fin de l’année dernière et que Kzplay nous a permis de découvrir en simulcast,  le titre refait parler de lui, mais cette fois-ci sous sa forme originale. Disponible depuis le 12 octobre 2011, le manga édité par Akata devrait une nouvelle fois nous méduser par le biais de cette histoire déjantée, mais également assez émouvante dans le fond. Explications.

La princesse méduse n’est autre que Kurashita Tsukimi, une jeune fille de 18 ans, qui a la particularité depuis sa tendre enfance d’être une grande fanatique de méduses. Outre sa passion, elle est également illustratrice. Tsukimi n’a malheureusement rien d’une princesse. L’héroïne est une otaku pure et dure. Habitant à la résidence Amamizu, Tsukumi rejoint cinq autres colocataires qui sont toutes des filles célibataires et aussi otaku qu’elle. À leur manière, elles mènent ensemble une vie assez paisible avec la liberté d’épanouir leurs passions au sein de la résidence. Cependant, un jour, notre fanatique de méduse fait la rencontre d’une jeune femme très élégante derrière qui se dissimule un beau jeune homme richissime qui est également fils d’un politicien. Il se nomme Kuranosuke. Ce dernier va bouleverser le quotidien de cette belle brochette de personnages féminins.

manga princess jellyfish tome 1

Illustration du manga Princess Jellyfish tome 1

C’est peut-être l’un des rares titres ou il est possible de se permettre de regarder la série animée avant le manga, car les gestuelles, comportements des plus atypiques vu à travers l’animé, ne sont peut-être pas forcément visibles par le biais du manga. Et ça serait dommage de passer à côté tant leurs mimiques sont amusantes à observer. Si l’animé a été un délice dans l’ensemble, il laisse quelques regrets avec une fin qui n’en est pas vraiment une, et une histoire finalement pas assez approfondie. Ceci s’explique par un nombre d’épisodes trop limité, soit 11 épisodes. L’année passée, Takahiro Ômori le réalisateur, affirmait lors d’une interview qu’il aurait apprécié de pouvoir réaliser une suite dans le but de pouvoir plus développer ces personnages et les histoires drolatiques qui se déroulent dans le manga. Malheureusement, il n’en est rien aujourd’hui. Si vous faites aussi partie des déçus qui ont tant espéré pouvoir connaitre la suite, l’occasion se présente aujourd’hui, mais seulement en manga et c’est déjà pas mal.

josei princess jellyfish tome 1

Extrait du manga Princess Jellyfish tome 1

L’intention première du manga est flagrante. Princess Jellyfish a pour but avant tout de nous faire rire, nous amuser par l’intermédiaire de ses différentes personnalités et situations burlesques tout en restant connecté à une réalité. Otaku, neet, sont des sujets souvent traités dans les mangas et Princess Jellyfish n’échappe pas à ces thèmes qui semblent tenir à coeur aux Japonais et c’est compréhensible. Bien que ces thèmes soient assez dramatiques, Akiko Higashimura l’aborde avec humour. Le scénario est amusant, farfelu, et il parvient à réaliser une excellente comédie. Alors, certes, l’histoire est  un peu conte de fées (de façon parodique), mais son côté dérisoire entièrement assumé tout au long de ce volume fait de Princess Jellyfish l’un des titres les plus originals de l’année. L’aspect comique paraîtra très exagéré, toutefois, ça mettra en évidence ce que ces otakus craignent par-dessus tout.

Si le personnage du travesti (Kuranosuke) peut paraître assez détestable à envahir le sanctuaire des « amars » (« nonnes » dans le sens ou elles sont célibataires et ne cherchent pas forcément à plaire aux hommes), nous apprécierons toutes ces filles qui ont chacune leur passion : la fana de méduses (Tsukimi), de l’histoire des trois royaumes de Chine (Mayaya), d’hommes âgés (Jiji), de boy’s love (maître Mejiro), de trains (Banba), ou encore de kimonos et poupées (Chieko). Les personnages principaux sont uniques. L’humour fuse à chaque page. Voir les personnages pétrifiés à la vue de personnes ordinaires (ou humanus coquettus comme le disent si bien ces personnages féminins atypiques), lire le top 10 des questions à ne pas poser à une fille otaku, admirer Mayaya se tortiller dans tous les sens, voir la touffe de cheveux de Bamba se coincer dans une porte, sont des exemples de comédie parmi tant d’autres qui procurent beaucoup de plaisir à suivre ce premier volume.

manga princess jellyfish tome 1

Extrait du manga Princess Jellyfish tome 1

Outre son côté très décalé, nous apprécierons le lien très fort qui unit ces filles. Les amars font preuve de compréhension les unes envers les autres et communiquent avec sérénité lorsqu’elles sont ensemble. Il n’est pas question de se dénigrer entre elles sur l’apparence physique, sur leur occupation favorite et autre, au contraire ces filles font preuve d’empathie et acceptent les critères de chacun qui semblent être un dégoût à la vue d’une personne « normale ». Pour continuer sur l’aspect touchant du titre, Princess Jellyfish laisse paraître un côté rêveur, d’espoir et un soupçon d’amour en particulier chez notre héroïne. Séquences réussies et attendrissantes, les flashbacks qui mettent en scène Tsukimi et sa mère sont traités de manière nostalgique et dans un même temps nous font comprendre la raison qui pousse la jeune fille à aimer les ravissantes méduses. « Lorsqu’elles grandissent, toutes les petites filles se transforment en de jolies princesses » telle est la réplique de la mère de Tsukimi. Cette phrase résume assez bien le déroulement de ce premier tome car il nous révèle une Tsukimi capable d’être aussi ravissante qu’une cendrillon. Il manquerait plus qu’on lui rapporte sa pantoufle de verre. Ah non, c’est déjà fait puisqu’il s’agira ici de sa paire de lunettes et de sa tenue grisâtre habituelle, ramenées par un homme pour qui elle aura un petit coup de foudre. Métamorphosée grâce à Kuranosuke, le travesti joue un rôle important dans l’évolution de l’héroïne et aussi des autres otakus. Malgré son franc-parler, le jeune homme aidera à sa manière Tsukimi et sûrement les autres filles à prendre confiance en elles. Nous remarquerons le destin croisé entre ces otakus et le jeune travesti qui, bien qu’ils soient très différents, ont pour point commun de ne pas se laisser dicter leur conduite par des obligations (normes sociales pour l’un/suivre les traces de son père en tant qu’homme politique pour l’autre). Tous ces éléments attendrissants sont embellis par un chara-design séduisant et des décors souvent présents.

Comment ne pas accueillir à bras grands ouverts ce premier tome de Princess Jellyfish après la très bonne série animée diffusée l’année passée. Des personnages diversifiés, délirants et attachants, une histoire hilarante, un soupçon de romance, ce premier tome de Princess Jellyfish présente assez d’élément intéressants pour nous faire passer un agréable moment.

Et toi, as-tu lu Princess Jellyfish? T’es-tu attaché(e) comme moi à cette bande de filles otakus rigolotes et complexées? N’hésite pas à nous donner ton opinion sur ce premier tome et lui attribuer la note qu’il mérite!

Plus

Une palette de personnages féminins délirants
Des répliques et situations burlesques
L'entente entre ces filles otaku
Séquences nostalgiques (Tsukimi et sa mère)
Scène de fin de toute beauté
Des chara-design variés et agréablement bien dessinés
Bonus : les méduses, moi et Barcelone (anecdote de l'auteur)
Un manga rythmé

Moins

Le travesti (Kuranosuke)
Les arrière-plans à fleurs, étoiles et autres motifs, ça pique les yeux
Un humour qui peut paraître lourd par moments

Editor Rating
 
Scénario
9.0

 
Personnages
8.0

 
Dessins
7.0

Note du rédacteur
8.2

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins