Chroniques manga
1078 vues 0 commentaires

Sawako tome 9

par le21 mars 2011
Details
 
 

Paru aux éditions Kana, Sawako est un des shôjo des plus marquants de ces dernières années. Promettant tout au long de l’aventure une description des émotions réalisée de manière chirurgicale et élaborée avec minutie les relations présentes, les méthodes de la mangaka surprennent. Aisance et patience sont les qualités de l’auteure,de par son coup de crayon mais également de sa manière à interpréter son histoire. Loin d’une romance prématurée, le manga évolue avec une certaine lenteur si bien employée qui cependant, peut en faire rager plus d’un, c’est à dire aux impatients qui s’arracheront la tête au point qu’ils aient plus un poil sur le caillou. Toutefois, les derniers chapitres avancent avec prestance, accompagnés de petites situations à suspense insoutenable et complétés d’un sentiment de voir venir enfin la lumière à une relation amoureuse tant attendue, longtemps dissimuler dans l’obscurité. Notre apprentie sorcière va-t-elle pouvoir dissiper les malentendus ? Parviendra-t-elle à faire part de ses sentiments à son âme soeur ? C’est ce que nous espérons tous. Todoke !

Kento Miura, personnage apparu depuis la fin du tome 7, se montre de plus en plus présent et provoque la zizanie au sein de la relation Sawako / Kazehaya. Tout est devenu confus chez l’héroïne. Perdue dans ses pensées, la jeune fille, innocente et naïve, prend au sérieux les confidences de Miura qui visent à la déstabiliser dans le simple but de la détourner de Kazehaya. Ce dernier montre un caractère peu habituel, jaloux, en colère, Kazehaya porte un regard obsessionnel sur sa situation et à l’égard de Sawako. Craindre de perdre celle-ci, il n’hésite pas à déclarer sa flamme.

shojo manga sawako

Extrait du manga Sawako tome 9

Ce volume joue énormément sur les malentendus et quiproquos avec cette impression que la boucle ne sera jamais bouclée : quoi de mieux pour torturer ses personnages et particulièrement ses fidèles lectrices(eurs). Il faut le dire, l’auteure est une vraie sadique. Des nœuds s’entremêlent sur ce mignon et simple scénario, ne pouvant se défaire qu’à condition que ces deux protagonistes fassent preuve de courage et d’honnêteté envers leur propre personne et enfin à son(sa) partenaire.

Ils n’arrivent pas à être sur la même longueur d’onde, à s’exprimer  pleinement et donc à se comprendre. Sawako et Kazehaya se font faces sans coïncider dans leurs propos. Cette atteinte à la confusion porte en effet sur le sens des mots et aux moments employés qui peuvent différer sur plusieurs significations de façon à ce que ses paroles soient mal interprétées et remettent en question nos deux personnages principaux. Parler à cœur ouvert chez la jeune fille semble quasi impossible surtout lorsqu’il s’agit d’un phénomène nouveau, elle, qui est si sensible aux rapports relationnels. La situation semble lui échapper.

Malgré une certaine tension, l’un va prendre les devants. Il s’agit bien sûr de Kazehaya. Karuo Shiina dévoile des parts de personnalités chez ce garçon peu habituel, voire en contradiction avec la réputation tant soulignée au cours de la série : sociable, souriant, impartial et toujours disponible pour aider les autres. Cette partie du manga donne tout son charme au personnage. Il permet d’identifier la personnalité de ce dernier sous d’autres angles, ce qui le rend très humain et sort du stéréotype du Prince de Lu efféminé, vu tant de fois dans les titres concurrents du même genre.

shojo manga sawako

Extrait du manga Sawako tome 9

Le manga et particulièrement sur cette suite, s’attarde d’avantage sur les liens affectifs des autres. L’auteure accorde de l’importance au soutien moral. Des personnages secondaires tels que Chizu, Ayane, Ryu ou encore Pin voire Kurumi vont contribuer à faire avancer la trame principale. Des degrés d’amitiés différents apparaissent avec chacun sa particularité et tout aussi intense. Chacun contribuera à sa façon à raisonner les deux tourtereaux par le biais du simple conseil à des propos rudes à entendre mais remplis de sincérité et de compassion. Karuo Shiina montre toute la détresse de ces adolescents avec profondeur, de détail ainsi que ces solutions à remédier à leurs tourments.

Néanmoins, des éléments du scénario de ce tome peuvent parfois être peu crédible. Pour prendre un exemple, le double malentendu entre Sawako et Kazehaya prête à sourire. Cette exagération de vouloir tourner autour du pot nuit légèrement à la lecture. Il n’est pas question de reprocher sa lenteur qui est l’un des points forts de la série, seulement de tergiverser autour de cette relation de manière assez absurde. Si cette suite souligne l’intérêt des amis de Sawako, la métamorphose de la jeune fille est dû notamment à sa propre volonté. L’idée qu’elle ne soit partie de rien jusqu’à évoluer à la personnalité connue actuellement montre un parcours ordonné et progressif à son intégration. Enfin, Karuo Shiina maîtrise constamment cette sensibilité ambiante dans les moments les plus tendres de la même façon que les instants difficiles à vivre pour ces jeunes. Elle est aussi accentuée par sa patte graphique et notamment de son choix de découpage qui trouve cohésion par rapport à la situation (dramatique, mélancolique, …).

En dépit de quelques maladresses à faire tournoyer ses deux protagonistes, nous retiendrons l’intention de l’auteure a semé le trouble à ses personnages ainsi qu’à les faire poser les bonnes interrogations pour aboutir à cette fameuse relation. C’est probablement, l’un des tomes des plus marquants. « Quand les opposés s’attirent » ils créent une complicité foudroyante, chargée de moments forts, à laquelle nous connaîtrons le fin mot au prochain volume.

Et toi, as-tu lu le neuvième volume de Sawako ? Trouves-tu que l’évolution de la relation entre Sawako et Kazehaya trop lente ou au contraire, cette lenteur te touche ? N’hésite pas nous donner ton avis sur ce tome et lui attribuer une note !

Plus

Des moments forts en émotions
La personnalité de Kazehaya agréablement bien développée
L'apport des personnages secondaires
Son chara-design
Visages expressifs
Le découpage
Lire un Sawako est un remède contre la mélancolie (si, si)
La fin coupée brutalement (?)

Moins

Vouloir trop tourner autour du pot ...
Des dialogues parfois trop répétitifs

Note de l'auteur(e)
 
Scénario
8.0

 
Personnages
9.0

 
Dessins
8.0

Note du rédacteur
8.4

Passer la souris pour noter
Note des visiteurs
 
Scénario
6.6

 
Personnages
10

 
Dessins
8.1

Notes des shôjo addict
1 note
8.3

Tu as déjà donné une note

Sois le (la) premier(ère) à commenter !
 
Répondre »

 

    Répondre 

    Scénario

    Personnages

    Dessins