Chroniques manga
687 views 0 comments

Pack yaoi n°1 d’IDP

by on21 août 2013
Details
 
 

C’est le 11 mars qu’IDP a lancé sa collection Boy’s Love. Dans la chronique qui suit, tu pourras découvrir les 5 premiers titres de l’éditeur !

My honey !My Honey! – Mon Amour!

Shino est un première qui ne cesse d’espionner le conseil des élèves car il est amoureux de Saki, la présidente du conseil. Hirokuni, le vice-président s’en rend compte et décide d’aider son kôhai à approcher Saki.

Ce one-shot est sûrement celui qui a retenu le plus mon attention dans ce pack. Composé de deux histoires liées entre elles, l’œuvre nous raconte des récits d’amour adolescentes simples et mignonnes. La première nous relate comment d’un simple service, une romance va se créer. Malgré les situations clichées, le tout reste plutôt agréable à lire. L’auteur s’attarde plus sur le développement des sentiments que sur des scènes coquines, même si on a droit à quelques unes qui restent soft. Ce n’est pas la première histoire que j’ai préférée mais plutôt la seconde qui est un peu plus fine, dans le sens où je ne m’attendais pas vraiment à ce couple. Et c’est plutôt une bonne surprise, car j’ai trouvé leur relation plus approfondie, moins clichée et plus touchante aussi. Le tout est saupoudré d’humour.

Les personnages ne sont pas extraordinaires. L’histoire est à l’image des protagonistes : dans la première, les héros ont une personnalité simple et stéréotypée. Shino est tout de suite catalogué comme l’uke (dominé) mignon et naïf, tandis qu’Hirokuni est le seme (dominant) confiant et le beau gosse du lycée. C’est pour ces raisons que j’ai préféré les héros du second couple.

Le dessin correspond bien à l’ambiance : mignon, même dans les scènes un peu plus torrides. Mais parfois je l’ai trouvé un peu trop géométrique, surtout au niveau du chara design.

ManazashiManazashi

Ce one-shot est composé de 4 histoires.

Alors qu’il est saoul, Shôichi Hozumi, écrivain, fait la connaissance d’Akasaka, le jeune chauffeur du taxi. Très vite, Hozumi est attiré par le mystérieux Akasaka.

Kôji Susuki est serveur sur le Crystal Diva, un bateau prestigieux. Miyoshi en est le sous-capitaine. Six mois plutôt, lors d’une fête étudiante, alors que Susuki n’était pas encore embauché sur le paquebot, celui-ci a été embrassé par Miyoshi. Depuis, il est en amoureux. Néanmoins, leur relation reste ambigüe.

Rion est membre du club de fléchettes de son université. D’autres membres du club lui proposent un défi : séduire Shôhei Yamada, un membre fantôme du club, mais très doué aux fléchettes. Petit à petit, Rion se prend au jeu, mais Shôhei n’est pas celui qu’il paraît…

1914, temps de guerre. Azumino, jeune lieutenant dans l’armée rencontre Niimi, un jeune commerçant chargé de négocier avec lui. Le regard troublant de ce dernier perturbe Azumino, qui s’interroge sur ses propres sentiments.

Le schéma pour chacune des histoires est toujours le même : les personnages ne se connaissent pas, et par certains hasards, font connaissance, tombent évidemment amoureux et finissent ensemble dans un lit. Simple, rapide et cliché, vraiment dommage ! De plus, la qualité des récits est irrégulière. Si j’ai aimé la dernière pour son côté plus sérieux à cause du cadre et du contexte, j’ai légèrement moins accroché au premier et au deuxième chapitre qui ont une trame simple. Néanmoins, le côté parfois poétique du premier chapitre et l’humour de la seconde ont su retenir mon attention. Quant à la troisième histoire, c’est celle que j’ai le moins aimé, à cause de son trip SM (sadomasochiste) auquel je ne m’y attendais pas. D’ailleurs, je ne suis pas fan de ce genre de chose, j’ai trouvé le tout un peu tiré par les cheveux.

Les protagonistes sont très divers, même si on pouvait trouver des côtés similaires dans certains. Chacun d’eux m’ont plu, mais comme dans tout one-shot, ils ne sont pas assez étoffés.

J’ai été attirée par le dessin de la couverture, mais en ouvrant le manga, j’ai cru me trouver devant un autre dessin, ce qui m’a déçue. Je n’ai pas accroché au chara design, mais au moins ici, aucun des personnages ne se ressemblent.

A perverts glassesA Perverts Glasses – Les lunettes du pervers

L’œuvre est composée de 3 histoires.

Ren et Haruhito sont amis d’enfance. Ren est un inventeur de génie pervers et fou amoureux d’Haruhito, un tsundere. Nous suivons leur quotidien agité par les inventions loufoques et perverses de Ren.

Yuuji Morisawa, étudiant à l’université est peu apprécié des autres. Un jour, alors qu’il avait oublié son porte-feuille pour payer son repas de midi, fait la connaissance d’Aoi qui lui prête de l’argent. Ce dernier propose alors à Yuuji de lui donner des cours particuliers.

Alors qu’il rentre chez lui, Kyôsuke rencontre un chat et décide de déposer son parapluie pour l’abriter. Quelques temps plus tard, ce même chat rentre dans son appartement, mais sous la forme d’un humain.

Globalement, j’ai apprécié ma lecture. Mais je dois dire que j’ai eu un coup de cœur pour le second chapitre qui est celle dans laquelle les sentiments des personnages sont privilégiés et clairs. Je m’explique : la première histoire nous raconte les folles expériences que pratique Ren sur Haruhito. Seulement voilà, même si l’on sait que Ren a des sentiments envers Haruhito, il ne les lui dit jamais et vice-versa. Au final, on ne sait même pas si nos protagonistes sont réellement en couple ou non. En somme, le tout se résume à du fan-service. Idem pour la dernière histoire : le chat n’est qu’un prétexte à quelques fantasmes.

On peut dire que les héros n’ont pas vraiment été développés. L’auteur se cantonne à nous montrer la « surface » de ses personnages, ce que j’ai trouvé dommage, surtout pour les protagonistes principaux.

J’ai trouvé les traits de la mangaka plutôt épais. Je n’ai pas vraiment adhéré au chara design.

Dreaming love tome 1Dreaming Love T.1

Kanô est amoureux d’un de ses collègues, le populaire et gentil Sawamura. Tombant toujours amoureux d’hétéro, Kanô a décidé de toujours garder ses sentiments pour lui. Mais lors d’une soirée arrosée avec Sawamura, les choses tournent d’une manière assez spéciale.

Ce manga est composé de deux histoires au même univers mais avec des protagonistes différents.

Attention, si tu n’es pas amateur/amatrice d’histoires SM, fais demi-tour ! Si dans Manazashi, le SM ne faisait partie que d’une histoire, ici il en est plutôt le thème principal. D’habitude, j’ai du mal avec ce genre de choses, mais ici, ce thème est abordé avec humour. A côté de ça, on observe comment ce couple atypique va évoluer. Avec un Sawamura sournois et un Kanô pas très sûr de lui, on oscille entre scènes drôles et scènes tendres.

Le second couple est tout aussi attachant. Dommage que le nombre de pages qui leur est consacré soit moindre.

J’ai beaucoup accroché aux personnages qui sont très diversifiés. Kanô est un héros réaliste, pour lequel on a tendance à compatir. Malchanceux en amour, il est toujours tombé amoureux d’hommes hétérosexuels qui ont mal accepté les sentiments que Kanô avait pour eux. Depuis, il a préféré cacher sa véritable nature. J’ai beaucoup aimé voir son évolution au contact de Sawamura. Même si les protagonistes secondaires ont aussi contribué à son changement, c’est surtout grâce à Sawamura qu’il a pu changer.

Quant à ce dernier, c’est un personnage intriguant dû à sa double personnalité. D’un côté, il se montre sadique avec les personnes qu’il aime, de l’autre, il se montre gentil au monde extérieur. Résultat, on se demande quelle est sa véritable personnalité. C’est plutôt intéressant de voir son côté gentil ressurgir, lorsque Kanô montre ses faiblesses. Quant aux protagonistes secondaires, c’est dommage qu’ils ne soient pas plus abordés que ça. Néanmoins, ils sont faciles à cerner. Dans tout les cas, j’ai hâte d’apprendre plus sur les héros.

J’ai beaucoup apprécié son dessin que j’ai trouvé très esthétique. L’auteur nous sert une palette de bishônen.

Le oneshot My brideMy Bride – Ma Fiancée

Nagi est un jeune homme qui a des soucis financiers depuis que la compagnie de son père a fait faillite. Un jour, on lui fait une proposition : s’il épouse Shio, de la grande compagnie Goshô, ils remettront sur pied l’entreprise de son père. Nagi accepte sans rechigner, mais il ne s’attendait pas à ce que Shio soit en réalité un homme…

Ce one-shot est composé de trois histoires. Deux sont issues du même univers mais avec des personnages différents.

Je ne suis pas fan de Piyoko Chitose à la base, c’est donc avec appréhension que j’ai abordé ce titre. Et effectivement, je n’ai pas du tout aimé. Tous ses titres sont ce que je n’apprécie pas dans un yaoi : pas d’histoires qui tiennent la route, des scènes de sexe en floraison sans queue ni tête, des situations ridicules et clichées à souhait. Et on peut dire que My Bride n’y échappe pas. Et plus on avance, plus les situations sont grotesques.

Les protagonistes sont plats et beaucoup trop clichés. Je n’ai pas réussi à m’attacher à eux.

Je n’aime pas trop le chara design de Piyoko Chitose. Je trouve les personnages disproportionnés et parfois trop féminisés. Les visages sont beaucoup trop long et pointus.

Un pack qui m’a peu convaincue. La plupart des one-shots sont beaucoup trop centrés sur les scènes érotiques, et peu contiennent des histoires bien ficelées.

Et toi, qu’as-tu pensé de ce pack ? N’hésite pas à donner ton avis !

Cette chronique a été rédigée grâce aux service presse IDP. Merci à eux de m’avoir permise de découvrir tous ces mangas !

Plus

Un manga soft pour ceux qui veulent débuter dans l'univers du shônen-ai

Moins

Trop d'histoires à caractère SM
La plupart des mangas du pack ne sont centrés que sur des scènes érotiques
Un pack à la qualité irrégulière

Editor Rating
 
Scénario
4.0

 
Personnages
4.0

 
Dessins
7.0

Note du rédacteur
4.6

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario
5.8

 
Personnages
5.6

 
Dessins
8.2

Notes des shôjo addict
1 rating
6.2

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins