Chroniques manga
740 views 0 comments

Pack yaoi d’IDP n°27

by on1 juin 2015
Details
 
 

Le pack yaoi d’IDP n°27 est composé de Maou Lover VS Le Prince, L’amour dans un coin de campagne, L’araignée vorace en haut des marches, Regards volés et Drops of tactics. Contrairement aux autres packs que j’ai pu lire, la qualité de ces cinq mangas m’a agréablement surprise, surtout L’araignée vorace en haut des marches de Pariko London.

Maou Lover VS Le Prince

manga Maou lover VS Le princeMaou Lover VS Le Prince est le second volume de la série Maou Lover de Nana Kikuta. Mao et Hikaru, deux joueurs de tennis professionnels, sont rivaux depuis tout petits. Alors qu’ils sortent désormais ensemble en secret, leur vie de couple n’est pas de tout repos.

Le tome est une succession d’anecdotes dans lesquelles nos deux amoureux se heurtent à un obstacle puis le surpassent grâce à la force de leurs sentiments. Le point culminant se trouve à la fin dans une scène de sexe passionnée aux nombreux bruitages pour le moins intéressants.

Pour ainsi dire, il n’y a pas de fil conducteur ni d’enjeu dramatique particulier. Toutefois, je me suis surprise à apprécier la lecture, oubliable mais pas sans saveur. Je savais d’avance que ce manga n’allait pas m’offrir une expérience extraordinaire, alors je l’ai lu sans trop me prendre la tête (c’est probablement ce que je dois faire avec tous les packs d’IDP).

Les nombreuses séquences au lit sont plutôt torrides comme il faut, servi par un dessin agréable à l’œil. L’auteur n’est pas à court d’idées ni pour les positions ni pour les contextes.

Les personnages, stéréotypés qu’ils sont, demeurent assez mignons. Mao, le tsundere narcissique de service, n’aime pas perdre. Sa naïveté le rend très manipulable. Hikaru, un peu sadique sur les bords sous ses allures de prince charmant, en profite à fond pour mettre son petit ami au lit le plus souvent possible. Le clash entre leurs deux personnalités ajoutent du piment à l’histoire.

 

L’amour dans un coin de campagne

manga L'amour dans un coin de campagneAprès la faillite de son entreprise à Tokyo, Sora rentre chez ses parents dans sa campagne natale. Il retrouve ses meilleurs amis pour célébrer son retour. L’arrivée de Kazuma à la fête fait ressurgir le souvenir de la déclaration que ce dernier lui a fait pendant la cérémonie de remise des diplômes au lycée. En attendant de trouver un nouveau travail, Kazuma lui propose un emploi partiel dans sa boutique de saké.

L’amour dans un coin de campagne est un des titres que j’ai préféré dans ce pack. La romance entre Sora et Kazuma se met en place lentement, ce qui change agréablement des yaoi habituels où tout va trop vite. Sora est un jeune homme honnête et optimiste qui a le cœur sur sa main. La confession d’il y a six ans de Kazuma le travaille d’autant plus que ce dernier, de caractère calme et impassible, se comporte comme si de rien n’était.

Cependant, après une journée à travailler ensemble, il lui avoue qu’il l’aime toujours et demande une réponse. Le cœur de notre héros s’emballe. Tout s’est produit si soudainement qu‘il se sent perdu dans ses sentiments. Il ne sait pas si ce qu’il ressent pour Kazuma est l’amour ou juste de l’amitié. Le schéma « des amis aux amants » est assez classique, pourtant ce qui le rend appréciable dans ce manga est sa progression toute en douceur.

Sora est un protagoniste attachant. Il est gentil et sincère dans ses démarches. Connaissant bien ses défauts, il essaie de ne pas se mettre dans les pattes des autres au travail. Toutefois, je n’ai pas trop aimé le personnage de Kazuma qui manque vraiment de charisme. Silencieux et imperturbable, on ne sait pas trop ce qu’il pense.

J’ai trouvé leur bande d’amis mille fois plus sympathiques. Ils gravitent autour du couple principal en apportant beaucoup de bonne humeur. En plus, sans vouloir paraître trop superficielle, ils sont très beaux, un vrai plaisir pour les yeux. J’aimerais en savoir plus sur eux plutôt que le mûr de béton qu’est Kazuma.

J’émets tout de même une petite réserve sur le trop plein de personnages secondaires. Du coup, l‘attention sur les protagonistes se disperse. Je les aime beaucoup (la beauté ça compte) mais ils ne servent pas à grand chose dans l’histoire. Ils sont trois à être amis avec les héros, mais un ou deux suffit amplement. Dans la seconde moitié, un nouveau personnage est introduit. Son impact dans l’intrigue pourrait être apporté par quelqu’un d’autre déjà présent. Ce n’est pas la peine de créer un personnage et lui donner un nom si c’est pour le faire apparaître sur cinq pages.

Le seul vrai point noir du tableau est la scène explicite obligatoire à la fin. Elle arrive tout de suite après le climax touchant et tombe comme un cheveu dans la soupe. Que le sexe débarque si vite après la confession est normal dans les yaoi, soit, mais la transition ici semble franchement maladroite. D’autant l’auteur a pris du temps pour développer la romance auparavant, d’autant elle expédie cette partie à toute vitesse. Le résultat manque d’inspiration et d’érotisme. Le manga se finit sur une note négative, c’est un peu dommage…

 

L’araignée vorace en haut des marches

manga L'araignée vorace en haut des marchesLe manga comporte trois récits. Dans le premier qui donne son titre au recueil, Takao, étudiant sans le sou, s’occupe quotidiennement de Chitose, un riche jeune homme et ancien sex friend de sa mère. Il fait le ménage et la lessive, lui prépare à manger et l’embrasse quand il lui demande en échange des frais de l’université et le logement. Takao est bien décidé à ne pas tomber amoureux, mais n’est-il pas déjà pris au piège ?

J’ai été séduite autant par le dessin, l’histoire, les personnages que l’ambiance de ce yaoi de Pariko London, et en particulier de cette première histoire en trois chapitres. Le style graphique doux et arrondi, qui donne une petite impression manga classique des années 90, est tout à fait charmant. L’auteur maîtrise son art à merveille.

Le design de Chitose par exemple reflète parfaitement sa personnalité espiègle. Croiser son regard c’est être séduit par son charisme et sa sensualité. On ne comprend que trop bien les malheurs de l’étudiant tombé malgré lui dans les toiles de celui qu’il appelle l’araignée venimeuse.

Le personnage du jeune débauché est fascinant. Je suis admirative à quel point sa complexité est si bien développé en si peu de pages. Fils unique d’une famille riche, il devient à un très jeune âge PDG de l’entreprise familiale. Il la dirige d’une main d’expert même si ses caprices font tourner la tête son secrétaire. Il refuse d’aller travailler au bureau, s’amuse aussi bien avec les femmes que les hommes. Son caractère frivole se contraste avec celui de Takao, toujours sérieux et responsable. Ils se complètent, s’unissant dans leur solitude.

Les actes triviaux renferment plus de sens caché qu’on pourrait croire. Ces petites subtilités confèrent de l’épaisseur aux personnages et leurs sentiments. La dernière partie de l’histoire se concentre sur les habitudes alimentaires étranges de Chitose en revenant sur son passé. En effet, celui-ci ne peut manger que des plats préparés par quelqu’un. Il revomit tout quand il va au restaurant. Comprendre sa personnalité ainsi que la racine de son mal-être rend son lien avec Takao plus profond. On découvre comment il perçoit ce dernier et pourquoi il l’a choisi lui plutôt qu’un autre.

Le deuxième récit du recueil se nomme Tentative d’approche. Maeda débarque dans le petit village où exerce le jeune docteur Hayami pendant un jour de pluie. A cause de son attitude étrange, il est tout de suite surnommé « l’extraterrestre » par des enfants. En réalité, c’est un célèbre peintre en mal d’inspiration. Petit à petit, il est captivé par le dévouement du médecin envers les villageois.

Ce joli one-shot mélange bien l’humour et la mélancolie. C’est attendrissant de voir les enfants espionner Maeda pour découvrir son secret, ou les vieux du village chercher un(e) fiancé(e) pour Hayami pour l’obliger de rester sur place. Les protagonistes sont attachants. Le personnage du médecin que je croyais être une personne gentille mais sans saveur, m’a étonnée par sa complexité inattendue.

Enfin, dans Réveille-moi d’un baiser froid, le docteur Iwasa, très populaire auprès de ses collègues et ses patients, flirte avec tout le monde. Pourtant, il ne sort jamais avec personne. Agacé par son comportement, le nouveau interne Takagi lui demande de sortir ensemble, ce qu’accepte Iwasa comme si c’était une blague.

La dernière histoire joue à fond la carte de la comédie romantique. Elle est toute mignonne, tout comme ses deux héros. J’adore en particulier Takagi, j’ai envie de pincer ses joues quand il fait sa moue boudeuse. Sa sévérité détonne avec la bonne humeur permanente d’Iwasa.

 

Regards volés

manga Regards volésTrois histoires sont incluses dans ce manga de Karaki Shishito : Regards volés, Honey x Honey et Mets de premier choix.

Dans la première, Yuzuriha, fan de light novels, aperçoit un Funato au club de tir à l’arc. Captivé par son allure de héros parfait, il l’aide à corriger sa position de tir. Depuis, au grand dam de Yuzuriha ce dernier lui tourne autour. Malgré son physique idéal, c’est un idiot persuadé que l’autre est amoureux de lui.

Dans Honey x Honey, Mikami a un grand problème : son ami d’enfance Ibuki est un pervers. Tous les jours, il lui demande la couleur de ses sous-vêtements aussi naturellement que s’il parlait du temps et de la pluie. Comment peut-il croire en ses « je t’aime » alors qu’il le répète avec un air impassible ?

Mets de premier choix raconte les tribulations de Hibuse, manager d’un grand hôtel. Il vient de recruter le jeune cuisinier Takahashi. Ayant appris la cuisine en Italie. celui-ci a aussi intégré les techniques de drague italiennes et flirte avec tout le personnel. Hibuse n’est pas insensible ni à ses charmes ni à ses plats.

Ce yaoi m’a laissé de marbre, je n’ai pas particulièrement aimé mais la lecture n’était pas désagréable non plus. Chaque récit est fade et oubliable. Il n’y a pas de grande nouveauté en ce qui concerne les situations et leur traitement. Tout le monde s’aime, tout se termine bien, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Aucune émotion m’est venue, donc pour autant dire les tensions dramatiques sont néants.

S’il y a bien une chose qui m’a un peu marquée, c’est le premier protagoniste Yuzuriha. Étant un otaku, il raisonne un peu différemment. Il réfléchit en fonction de son monde de fantaisie et de ses romans. J’ai bien ri quand Funato finit par le battre à son propre jeu.

 

Drops of tactics

manga Drops of tacticsQuatre couples différents, plus ou moins liés les uns aux autres, se forment au cours de ce manga.

Tachibana est le trésorier du conseil des élèves. Travailleur et discret, il ne supporte pas le vice-président Setani qui drague tout ce qui bouge. Lorsque celui-ci décide soudainement de tout faire pour qu’il tombe amoureux de lui, Tachibana ne peut pas s’empêcher d’être séduit, même s’il sait que pour ce n’est qu’un jeu pour l’autre.

Dans le dortoir Aoi, le chef de dortoir peut donner une fois un ordre à un élève qui ne peut pas refuser. A la demande de Towaki, Kawano est sorti avec lui pendant une semaine avant la cérémonie de remise des diplômes de son senior. Alors qu’il pensait ne plus le revoir, Kawano le retrouve tous les soirs en train de papoter avec les autres résidents du dortoir.

Kuon, le président, du conseil des élèves, est bien embêté par la demande d’augmentation de subvention pour le club des travaux manuels de son ami d’enfance Haru. Il veut à tout prix éviter de faire du favoritisme. Ils étaient très proches avant que Haru s’est éloigné de lui sans le moindre explication.

Kaede aperçoit le même lycéen tous les matins sur le quai. Ils ne se sont jamais parlés jusqu’au jour où ce dernier lui déclare qu’il l’aime. Kaede se met dans une colère noire : il en a assez que les gens s’éprennent de son apparence sans connaître sa personnalité.

J’ai soupiré un grand coup en refermant ce volume. J’ai eu ma dose de malentendus bidons pour au moins trois mois. Chaque histoire suit le même schéma scénaristique : les deux protagonistes sont déjà amoureux l’un de autre depuis le début ; un d’eux décide de faire le premier pas ; dans la confusion, l’autre pense que ses sentiments ne sont pas partagés et s’enfuit ; finalement ils s’expliquent la méprise et sortent ensemble.

Au bout de la moitié du manga j’ai déjà envie d’arrêter de lire. En toute considération, les one-shots sont plutôt potables. Seulement, c’est fatiguant de lire toujours la même chose. La sensation de répétition se renforce plus que d’habitude car tous ces couples, à part le dernier, sont dans le même lycée pour garçons. Du coup, on a beaucoup de caméos des anciens personnages qu’on est obligé de revoir alors qu’on a déjà marre d’eux. C’est à la limite du calvaire.

Le pack yaoi d’IDP n°27 m’a globalement séduite malgré quelques petits hics. J’ai pris plaisir à lire L’araignée voraces en haut des marches et L’amour dans un coin de campagnes. Les trois autres mangas sont plus quelconques ; ils sont faciles mais il n’y a rien de honteux.

Merci aux éditions d’IDP de m’avoir permis de découvrir ce pack.

Et toi, as-tu jeté un œil à ces mangas ? Qu’est-ce que tu en as pensé ?

Plus

L'araignée vorace en haut des marches, un petit bijou aux héros complexes et fascinants
L'amour dans un coin de campagne est adorable et facile à lire
Deux bons mangas sur cinq, c'est presque la moyenne !

Moins

Les one-shots Drops of tactics sont lassants et les personnages stéréotypés
Regards volés, un recueil fade à oublier

Editor Rating
 
Scénario
7.0

 
Personnages
7.5

 
Dessins
7.0

Note du rédacteur
7.0

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins