Chroniques manga
52 views 0 comments

Perfect World Tome 1

by on26 novembre 2018
Details
 
 

Perfect World tome 1Comme souvent Akata propose à ses lecteurs des thématiques de tout horizon et souvent d’actualité. Perfect World ne fait pas exception à la règle. En effet, la couverture nous donne les premières notes d’amertume de ce josei abordant les sujets de la romance et du handicap. La romance est annoncée par la couleur rose pale. A contre-pied, les deux protagonistes laissent à penser que ce n’est pas tout rose justement. C’est donc un ton plutôt feutré qui laisse apercevoir à la fois la dureté et la douceur des thèmes.

Image du Badge "Wheelchair Accessible (4293)" fourni par The Noun Project sous Creative Commons CC0 - No Rights Reserved

Adorateur(rice) d’Itsuki

Je suis caché dans une chronique. L'image sur le badge te donne un deuxième indice.

Tsugumi Kawana, 26 ans, décoratrice d’intérieur, retrouve lors d’une réunion de travail son premier amour du collège, Itsuki Ayukawa. Malheureusement, son ami n’est plus tout à fait le même. Il est handicapé et se déplace en fauteuil roulant. Peut-on vivre une relation amoureuse avec une personne handicapée ? Elle était certaine que non. Mais c’était sans compter sur des sentiments qui referont surface et un Itsuki qui fera tout pour l’éloigner.

 

Le ton est donné dès la première bulle : « et vous, vous sentiriez vous capable de vivre une histoire d’amour avec un handicapé ? ». On pourrait penser que la lecture va être difficile voir lourde. Détrompe-toi !

Le thème du handicap avec tout ce que cela implique de bouleversement dans une vie apparaît dès le chapitre 1 et s’installe progressivement tout au long du tome. L’auteure montre sans enjoliver les choses, la vision de la société face au handicap. Elle nous permet ainsi en tant que lecteur d’en apprendre plus sur les enjeux et conséquences de ce type de paralysie. Cet apprentissage est donc un vrai plaisir car nous ressentons véritablement le long travail d’investigation de Rie ARUGA.

 

Nous sommes face à une héroïne en proie au doute. Elle donne la sensation d’être dépassée par ses émotions, sentiments et interrogations. Se laissant tantôt influencer par ses jugements et a priori ainsi que ceux de son entourage, tantôt rattraper par ses propres sentiments amoureux pour Itsuki.

Comme le lecteur, elle apprend, a des prises de conscience et cherche désespéramment des signes de l’univers pour l’aider dans ses choix. Elle découvre une autre réalité que la sienne, qui l’oblige à sortir de sa zone de confort, de sa bulle. Bulle ? Ça ne te rappelle rien ? Et pourtant, elles sont délicatement glissées sur la première de couverture. Tu vois rien n’est laissé au hasard !

 

Et Itsuki dans tout ça ? Notre brave héros tente de nous montrer dans ce premier volume son nouvel univers. Il donne l’impression de s’y être fait, de le vivre presque bien, avec une vitalité assez impressionnante. Mais il en est tout autrement. Il ne faut pas se fier à un sourire.

Apprendre à vivre autrement, faire le deuil de ce que l’on était, de son corps, de ses rêves pour s’autoriser un nouveau départ ? Accepter le handicap, est-ce vraiment la solution pour vivre avec ?

Comment envisager la vie à deux ? Et, surtout est-on en droit de le désirer alors que la question de la dépendance à l’autre est omniprésente dans les gestes du quotidien ? Voilà le genre de tourment qui préoccupe notre Itsuki.

 

 

Une chose m’a également marquée : la façon dont Itsuki explique à Tsugimi ce qu’il lui est arrivé. Il l’annonce d’une façon soudaine, brusque, sans amorce, dans une conversation banale, en coupant la parole à son interlocuteur. Cette annonce n’est autre que le reflet de l’accident. Il nous montre finalement comment le handicap a fait irruption dans sa vie. L’explication arrive d’un coup, tout comme la paralysie.

 

L’auteure nous raconte avec finesse comment la paralysie physique gagne aussi la paralysie mentale, comment le handicap n’immobilise pas uniquement Itsuki mais aussi son entourage. Il fige la pensée et la faculté de se projeter. Elle décrit également, sans entrer dans le dramatique, comment l’image que l’on renvoie est importante et comment nous changeons de comportement face à l’inconnu. Elle montre également comment cette même différence impacte notre vision même de la vie et ses valeurs.

Malgré le ton que l’on pourrait croire assez dramatique du tome, la lecture se fait facilement et sans lourdeur. C’est un premier tome que je trouve très prometteur qui nous donne envie d’en apprendre plus sur cette idylle naissante et sur le monde du handicap. Finalement je me suis très facilement identifier au personnage féminin dans son ignorance et espère continuer à apprendre grâce au futur tome !

Plus

Un thème d'actualité et pourtant peu abordé
Des personnages authentiques
Un sujet délicat raconté avec un bel équilibre entre délicatesse et réalité du handicap
Une héroïne qui se remet en question
Une romance naissante qui promet de sacrés rebondissements
L'aspect ludique car en tant que lectrice j'ai aimé en apprendre plus sur le handicap

Moins

On reste sur notre faim quant au ressenti d'Itsuki.
Le rapprochement et le premier baiser entre les deux personnages vont un peu trop vite

Editor Rating
 
Scénario
10

 
Personnages
10

 
Dessins
10

Note du rédacteur
10

Hover To Rate
User Rating
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

You have rated this

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

    Leave a Response 

    Scénario

    Personnages

    Dessins