947 views 5 comments

Les shôjo-addicts à Japan Expo 2013, côté presse

by on14 juillet 2013
 

Cette année, nous avions demandé des accréditations presse pour Club Shôjo qui nous ont été accordées. Nico Robin et moi (Caro) avons donc pu profiter de Japan Expo pour réaliser des interviews, assister aux conférences, rencontrer des éditeurs et d’autres blogueurs, sans oublier les membres du forum ! Voici donc le récit de ces 4 jours de festival, côté presse. 

Jeudi : prise de marques et repérage des lieux

Pour cette première journée, nous sommes arrivées tranquillement vers 10h. Nous avons été de suite retirer nos accréditations presse. L’attente n’a pas été trop longue et nous avons obtenu très rapidement notre droit de passer : les badges étant déjà prêts et peu de monde se trouve de ce côté contrairement à l’intérieur du hall.

Dès notre entrée à Japan Expo, nous sommes allées à la rencontre de Guillaume Kapp, attaché-presse des éditions Taïfu Comics – Ototo puis de Mei, community manager de Soleil Manga. Nous leur avons parlé quelques minutes et raconté rapidement notre programme. Cela a été un vrai plaisir de les retrouver.

stand de deux éditeurs à Japan Expo 2013

Stand de Soleil Manga et Tonkam

Pour nous occuper, en attendant l’heure de l’IRL avec les membres de Club Shôjo, nous avons été faire un tour rapide sur les stands des éditeurs. Nous avons pu déjà constater le nombre impressionnant de visiteurs pour ce premier jour. Les allées sont bondées de monde et les éditeurs déjà bien demandés.

À 12h15, nous nous sommes rendues à côté du stand Taïfu Comics pour rejoindre et accueillir les membres de Club Shôjo à l’occasion de notre rencontre organisée. Après s’être salués et avoir fait les présentations, nous sommes allés dans un coin tranquille pour manger tous ensemble. C’est toujours un véritable plaisir de voir ou revoir les membres du forum, de pouvoir discuter et rigoler entre nous. D’ailleurs, nous remercions les personnes qui sont venues au rendez-vous ce jour-là.

master class de Masahiro Ikeno

Master class de Masahiro Ikeno
auteur de Malicious Code

À 14h, nous avons dû partir pour assister à la masterclass de Masahiro Ikeno, l’auteur du manga Malicious Code, édité par Komikku Editions. Celle-ci s’est révélée très captivante et nous en avons appris davantage sur les secrets de la réalisation d’un manga. Le mangaka a été très pédagogue et sympathique. Nous n’avons même pas vu passer le temps tellement c’en était passionnant. Et même si des problèmes techniques nous ont empêché de voir la démonstration des talents du mangaka via ordinateur, nous avons tout de même pu admirer sa technique bien rodée.

Ensuite, nous nous sommes rendues au business lounge afin de préparer au mieux l’interview du lendemain avec Guillaume. Cet endroit calme et frais est en effet plus propice à la concentration que les halls bondés. Nous y avons aussi vu Mackie des Chroniques d’un newbie, qui nous a détaillé sa première journée ainsi que ses acquisitions très intéressantes. 

kabuki Japan expo 2013

Aperçu d’une scène de kabuki

Vers 16h, nous nous sommes dirigées vers la scène culturelle afin d’assister à notre première prestation de kabuki (art théâtral japonais traditionnel qui mélange danse, chant et comédie). Comme le spectacle a été retardé, nous en avons profité pour terminer l’élaboration de notre entrevue. Puis au bout de quelques minutes, celui-ci peut enfin commencer. C’est très intéressant et impressionnant à voir. Cette représentation nous a permis de mieux comprendre et visualiser des mangas qui abordent ce sujet, tel que Le chemin des fleurs de Ako Shimaki. Par contre, le son a été beaucoup trop fort. Il aurait fallu le descendre un peu, surtout lorsqu’on se situe à côté d’une enceinte. Il ne faut pas avoir les oreilles fragiles.

Pour clôturer cette première belle journée, nous avons mangé dans un restaurant coréen avec quelques membres du forum et connaissances. L’accueil a été très sympathique et le repas, un véritable délice ! 

Nous sommes rentrées très tard de notre soirée, vers minuit. Le réveil risquait d’être difficile pour le lendemain mais elle en valait le coup !

Vendredi : entre visites et interviews

À 8h20, nous arrivons devant la porte 3 du Parc des Expositions. Nous y retrouvons Gemini qui attend de pouvoir entrer. Nous échangeons quelques mots et nous pénétrons dans le festival. Les exposants sont encore en train de retirer les bâches sur les stands et de remplir les étals. Les allées sont vides.

Nous nous rendons directement sur le stand Taïfu / Ototo pour rencontrer Guillaume Kapp avec qui nous avons rendez-vous pour l’interview. Notre entretien a duré environ une demi-heure. Nous avons parlé de yaoi, bien évidemment, mais aussi de yuri et de Point Manga, le site de vente en ligne de l’éditeur. Nous retranscrirons en détail cet échange dans un article dédié.

stand éditeur Japan Expo 2013

Stand Ototo – Taïfu Comics

Pendant que nous parlons avec Guillaume, Japan Expo a ouvert ses portes et les allées ont commencé à se remplir. Nous avons consacré cette journée de vendredi à la visite du festival. Le matin, Nico et moi avons flâné dans l’espace des jeunes créateurs à regarder les robes de gothique lolita et les bijoux kawai.

Puis, j’ai regardé une démonstration de kyudo. Finalement mes pas m’ont guidée jusqu’à la salle d’activités où s’est déroulé le QCM des otaku par l’association Tengumi suivi par un quiz One Piece animé par Bulle Japon. Je me suis rendue compte que je suis vraiment une quiche lorsque les questions ne concernent pas les shôjo. 😀

L’après-midi, nous sommes allées assister au concert de Aki Akane et Kao=S. Il fait frais dans le Live house et nous nous sommes assises au fond. Le style d’Aki Akane ne me correspond pas tellement. Par contre, la prestation de Kao=S a été impressionnante. La chanteuse a une voix magnifique. Nous avons ensuite fui la salle lorsque le groupe Ninjaman Japan a commencé à chanter.

À 16h30, j’ai laissé Nico car j’avais rendez-vous sur le stand Kana pour une table ronde avec les membres de l’équipe Kana en présence d’autres lecteurs. Cette rencontre ne donnera pas lieu à une retranscription car je n’ai pas pu prendre de notes.

Nous avons été accueillies (je mets le féminin car il n’y avait que des filles) par tous les membres de l’équipe, soit 6 personnes au total, dont Christel Hoolans, la directrice éditoriale et Yves Schlirf, le directeur général.

Ils se sont prêtés au jeu des questions / réponses pendant une heure. L’ambiance était bon-enfant, les questions intéressantes et les réponses sans langue de bois. Merci à toute l’équipe Kana pour cet agréable moment. Tu peux retrouver une galerie photo de la rencontre sur le blog kana.

stand éditeur Japan expo 2013

Stand de Delcourt

J’ai ensuite retrouvé Nico et nous sommes allées saluer Bruno Pham (Shaishû Heiki Kareshi) d’Akata sur le stand Delcourt. Nous avons discuté pendant plus d’une heure d’Animal Crossing, du marché du manga, des futurs projets d’Akata (il y aura des shôjos ! 😀 mais nous n’avons pas réussi à en savoir plus) et des mangas de la collection Delcourt.

Nous avons notamment longuement débattu au sujet de Mitsuko Attitude et des raisons pour lesquelles j’ai arrêté la série après le tome 1 et celles pour lesquelles j’ai désormais envie de reprendre ma lecture.

Cette journée s’est achevée par un dîner avec les membres du forum Mataweb en compagnie de Herbv, a-yin, Pazu et Merlin de Mataweb. Je n’étais malheureusement pas à côté de Mackie et je n’ai pas pu discuter autant que j’aurais aimé avec lui mais j’ai pu me rattraper le samedi soir lors d’un repas qu’il avait organisé dans son appartement en compagnie de Merlin, Paoru, Dany, Jean Baptiste et Céline du Journal du Japon.

Samedi : dédicaces, rencontres et conférences

Afin de pouvoir davantage profiter de la « faible » affluence des premières heures de Japan Expo, nous avons décidé de nous rendre tôt au Parc des Expositions, en ce troisième jour. Après avoir passé les contrôles d’usage à 8h30, nous nous sommes rendues directement sur le stand d’Ototo pour pouvoir bénéficier de la dédicace de Keito Koume, l’illustrateur du manga Spice & Wolf. La seule et unique condition à remplir a été d’acheter un tome de cette série. Honnêtement, c’est très appréciable de voir que les éditions Ototo ont rendu les choses très simples puisque du moment où nous avons obtenu notre coupon de dédicace, celle-ci nous est assurée. Nico est par ailleurs repartie avec un très beau (et grand) poster représentant la couverture du tome 1.

Ensuite, après avoir pris un petit-déjeuner rapide, nous sommes allées du côté de l’espace auto-publication et avons découvert un magnifique stand d’illustrations provenant d’artistes japonais et éditées sous différents formats : Aoji (the Art Of Japanese Illustration). Celui-ci s’est présenté comme une véritable galerie d’exposition, avec des créations toutes plus belles les unes que les autres.

dédicace Keito Koume

Dédicace de Keito Koume

À 11h, nous nous sommes dirigées sur le stand Ototo au niveau duquel s’est tenue la séance. Le temps d’attente n’a pas été si important que cela, car la file a été très bien gérée. Pendant ce temps-là, nous avons pu retrouver Gemini ainsi que Rukawa avec lesquels nous avons papoté un petit peu. Ce dernier nous a d’ailleurs prévenues qu’une loterie permet de gagner un voyage au Japon.

Puis, notre tour de recevoir la dédicace est arrivé. Nous avons bénéficié non seulement d’une signature mais aussi d’une version de Holo trop mignonne avec notre prénom à côté ! Même s’il n’a pas été possible de parler avec Keito Koume, nous sommes reparties ravies de cette rencontre avec un dessinateur très affable et souriant. On a senti son plaisir à être là.

Iker Bilbao, conférence Aya Oda

Iker Bilbao
Conférence de Aya Oda

Après à 13h30, s’est tenue la conférence publique d’Aya Oda (Room Paradise, Lovey Dovey), invitée par les éditions Soleil manga. Et pour leurs dix ans, ils ont voulu marquer le coup grâce à cette auteur. Malheureusement, nous avons pu ressentir une certaine crispation de la part du représentant de l’éditeur français, qui a semblé très stressé par cet événement. D’autant que la mangaka est restée en surface par rapport aux questions qui lui ont été posées. De fait, on a manqué en vivacité et en punch, ce qui est vraiment dommage ! Par contre, nous avons pu voir que les fans ont été ravis de cette intervention. Tu retrouveras dans un article ultérieur la retranscription de cette conférence.

À la suite de cela, nous avons rendu visite à Herbv et y avons retrouvé a-yin sur le stand d’IMHO. Nous avons pu discuter de longues minutes sur les différentes nouveautés publiées par l’éditeur.

Puis, nous nous sommes renseignées auprès du stand Toyota concernant la loterie dont Rukawa nous a parlé auparavant. Celle-ci s’est déroulée à l’issue d’un concert donné par différents artistes de la scène musicale japonaise : PES NEXT GENERATION LIVE!. C’est en se rendant au live house que nous avons appris qu’une conférence de presse se tiendra à 18h15.

Comme j’ai pris part à la table ronde organisée autour de Keito Koume, c’est Nico qui s’y est rendue à ma place, accompagnée de Merlin que nous avons retrouvé un peu auparavant au business lounge. Celle-ci a duré 1h30 environ et a été un exercice très enrichissant, en plus de constituer l’occasion de côtoyer de près des célébrités japonaises comme May’n, Aso Natsuko, Urbangarde, UNA, AOP et NIGHTMARE. L’organisation a été réglée telle du papier à musique, ce qui est très appréciable.

En parallèle, Guillaume Kapp des éditions Taifu / Ototo m’a proposé de rencontrer leur invité, Keito Koume, l’auteur de Spice & Wolf. J’ai donc saisi cette opportunité. Une fois n’est pas coutume nous parlerons donc de seinen dans les colonnes de Club Shôjo. Cette rencontre fera donc l’objet d’une retranscription. J’espère que cet article en marge de notre ligne éditoriale vous plaira.

espace dédicace de Keito Koume

Espace pour les dédicaces de Keito Koume

J’ai été très impressionnée à l’idée de rencontrer un mangaka, d’autant plus j’admire son travail. Les journalistes présents à cette table ronde devaient être plus nombreux mais les restrictions de la part de Japan Expo en termes d’accréditations ont limité le nombre de participants. J’ai moi-même dû contacter Japan Expo quelques jours avant le festival pour obtenir l’accès aux salles d’interview, ce qui m’a été facilement accordé (Merci Emile).

Nous avons donc été 3 pour mener cette interview, dont Kevin du podcast Yatta que je côtoie depuis déjà un bon moment sur twitter. Les questions ont essentiellement porté sur l’œuvre et sur le travail de mangaka. Keito Koume est vraiment sympathique et il était visiblement ravi d’être en France.

L’entrevue s’est terminée par un échange des rôles. C’est nous qui avons dû répondre à une question et expliquer ce que l’on apprécie dans Spice & Wolf. Cet échange a été amusant et sujet à plaisanterie. Les deux garçons qui m’ont accompagnée ayant souligné la sensualité de Holo comme motivation pour lire ce manga, j’ai donc dû préciser que je ne suis pas aussi sensible à cet argument qu’eux, ce qui a fait sourire le manager de Keito Koume.

À la fin de nos rendez-vous respectifs, nous nous sommes retrouvées pour échanger rapidement sur nos impressions. Nous avons enfin attendu un peu que la convention se vide pour prendre le chemin du retour.

Dimanche : dans les coulisses de la fabrication du shôjo

Changmi Ha de Sho-comi

Changmi Ha de Sho-comi

La fatigue commence à se faire sentir cruellement. 3 jours de Japan Expo suivis de 3 soirées, je suis en manque de sommeil. Heureusement, la conférence sur les shôjo organisée par l’école Vantan et Sho-comi (Shôgakukan) a été si passionnante que j’en ai oublié mon envie de dormir.

Nous y avons retrouvé php, dépêché par Pazu pour un reportage photo pour Animint. Cette masterclass s’est déroulée en présence de Tadaki Yoshioka de Vantan, Changmi Ha de Sho-comi et la mangaka Kana Nanajima, auteur de Ne me repousse pas ! (Soleil manga).

La séance a débuté par une présentation détaillée des étapes de la réalisation d’un shôjo. Les différentes techniques pour susciter l’intérêt du lecteur nous ont été présentées en les illustrant d’exemples directement extraits d’un numéro du magazine de prépublication Sho-comi.

Rien n’est laissé au hasard lorsqu’il s’agit de mise en page, d’agencement des cases et des bulles. Vous pourrez découvrir toutes ces astuces de composition d’un manga dans notre article qui sera dédié à cette masterclass.

mangaka de Ne me repousse pas !

Mangaka Kana Nanajima
auteur de Ne me repousse pas !

Ensuite, Kana Nanajima a réalisé devant nous l’encrage d’une page de son manga. Puis, elle a dessiné sur un tableau blanc un personnage de son manga en version « normale » puis en chibi. C’est ce chibi que l’on nous a demandé de reproduire sur papier. La rencontre s’est terminée par une séance photo, la remise de beaux cadeaux et la signature d’une dédicace de la part de la mangaka.

Nous avons ensuite rejoint Merlin dans le business lounge qui déjeunait en compagnie d’autres blogueurs pour discuter. Nous nous sommes alors rendues au live house, pour le concert de May’n, la chanteuse qui prête sa voix à Sherryl dans Macross Frontier. J’ai tellement écouté l’OST de cet anime que je m’en suis lassé mais voir cette artiste interpréter en live ces chansons m’a quand même beaucoup plu.

À la fin du concert, nous nous sommes assises dans la salle d’activité pour regarder le quiz organisé par KajiaN – Battle Asian Music. Ce jeu avait moindrement d’intérêt pour les spectateurs mais il nous a fait patienter en attendant que Simon de Jdorama (un autre twittos avec qui j’échange régulièrement) soit disponible.

Il est déjà 17h30, l’heure pour moi de rejoindre le live house pour le concert de Nightmare. J’ai donc dit au revoir à Nico qui devait rentrer et je me suis rendue dans la salle de concert. Comme il a débuté en retard et que j’avais un train à prendre je n’ai pu assister qu’à la représentation de 3 chansons. Le son était assez pourri, ce qui gâchait un peu le plaisir. J’ai quand même été contente de pouvoir les voir en live même si cela a été de courte durée.

Pour conclure, nous ressortons globalement ravies de cette première expérience de Japan Expo côté presse car nous avons pu faire de sympathiques rencontres et profiter véritablement du festival.

Si tu as des questions ou si tu souhaites t’exprimer sur ce sujet, nous t’invitons à le faire dans la partie commentaire. Bien sûr, d’autres articles suivront pour compléter ce compte-rendu d’ici quelques jours ! 

comments
 
Leave a reply »

 
  • 16 juillet 2013 at 17:03

    Wow, 3 jours bien remplis à ce que je vois! 😉
    Merci de faire revivre ces instants pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y aller. Je ne sais pas si j’aurai l’occasion d’y aller l’année prochaine… en tout cas, ce qui est sûr, c’est que ça donne envie.

    Répondre

  • a-yin
    15 juillet 2013 at 17:38

    @Nico: Ravie de t’avoir rencontrée aussi !!! Et vive le livre de photo avec la fessée ^^

    Répondre

  • Nico Robin
    15 juillet 2013 at 11:25

    @gemini : Oui c’était vraiment très sympathique de se retrouver ! C’est bien si tu as pu demander des extensions sur place. Pour Kana, je laisserai Caro y répondre. 😉

    @a-yin : je pense que je m’en souviendrai pendant un long moment de notre discussion sur ce stand. xD Cela m’a fait vraiment plaisir de te rencontrer en tout cas !

    Répondre

  • a-yin
    15 juillet 2013 at 00:41

    Le stand IMHO c’est un grand moment 🙂 .
    Sinon, quels étaient les termes du débat sur Mitsuko Attitude avec Bruno Pham? Je crois que la Japan Expo, ou même les conventions, ce ne sera jamais mon truc.

    Répondre

  • gemini
    14 juillet 2013 at 16:46

    J’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver toute l’équipe de Club Shôjo durant cette Japan Expo. J’espère pouvoir vous revoir prochainement.
    Et pour le Vendredi, je suis finalement rentré juste après vous… à n’y rien comprendre. Pour les accréditations, il était en fait possible de demander des extensions sur place pour accéder aux salles d’interview ; ayant été convié au dernier moment à une conférence de presse par le représentant de Toyota, je me suis rendu au point presse, expliquant ma situation, et cela m’a été accordé sans problème ; il a suffi d’ajouter un autocollant derrière mon badge. C’est bon à savoir, au cas où, pour l’année prochaine.

    Lors de la table ronde Kana, tu leur as demandé si Kamakura Diary se vendait ?

    Répondre

Leave a Response