1350 views 2 comments

Pourquoi un triangle amoureux dans un shôjo ce n’est pas si classique?

by on18 octobre 2013
 

En tant qu’adepte de shôjo, tu as forcément rencontré au cours de tes lectures un triangle, voire un carré, amoureux. Composante quasiment systématique des romances en général, l’intrusion d’un ou d’une rival(e) au sein d’un couple semble révéler un manque cruel d’originalité du scénario. Pourtant, cette vision est assez réductrice car le triangle amoureux présente bien des avantages pour rendre passionnante les histoires de cœur. C’est ce que nous allons tenter de te démontrer dans cet article.

Les caractéristiques d’un triangle amoureux

Parmi les caractéristiques du triangle amoureux, nous pouvons en remarquer deux importantes. D’une part, celui-ci présente des formes définies. D’autre part, les personnages présentés sont très stéréotypés et aisément reconnaissables.

Triangle amoureux Parfait tic

Deux garçons pour une fille : le triangle classique

Premièrement, si nous nous en tenons à une définition stricte, il peut s’agir d’un triangle formé par deux garçons étant amoureux de la même fille.

Par exemple, dans le shôjo Parfait Tic, la jeune Fûko rencontre deux beaux garçons : Ichi et Daiya.

Le trio étant rapidement présenté, nous nous doutons immédiatement qu’il va constituer le principal enjeu de la romance.

Nous nous attendons d’ailleurs à la présence d’une certaine rivalité entre les deux cousins pour gagner le cœur de notre héroïne. À ce titre, cela peut représenter la raison principale pour laquelle nous désirons nous pencher sur ce manga.

Ensuite, la situation inverse, c’est-à-dire deux filles pour le même garçon, existe également. Elle est toutefois bien moins favorable pour notre héroïne qui ne se retrouve plus en position de force et doit subir cet état de fait.

Nous pouvons notamment la découvrir à travers Peach girl où, alors que Momo et Kazuya sortent ensemble, une petite peste du nom de Sae intervient pour mettre son grain de sel. Bien sûr, cela ne se fait pas sans heurts pour les différentes parties.

Les yaoi et shônen-ai ne sont pas oubliés et beaucoup d’entre eux présentent un trio amoureux. Nous pouvons te citer l’ exemple de His favorite où Yoshida se retrouve confronté à la déclaration d’une fille alors qu’il sort avec Satô. Et dans un genre différent, entre trois protagonistes masculins, le manga Kimi ga koi ni oboreru : le beau Kijima vient s’immiscer entre Reiichirô et Jinnai.

Maintenant, si nous désirons élargir le terme de triangle amoureux, nous pouvons ajouter les situations au cours desquelles deux personnages féminins et deux protagonistes masculins interviennent. Beaucoup plus marginales, les sentiments convergent vers un acteur principal, tandis qu’un autre est exclu d’office.

Généralement, cet état profite à l’héroïne au détriment de son amie. En effet, Blue de Kozue Shiba en résume bien le contenu. Mimi qui est revenue sur son île natale retrouve ses trois amis et devient vite le centre d’intérêt des deux beaux garçons Yôsuke et Hikari. Quant à Sumire, elle est rapidement mise à l’écart.

Et lorsque plus de deux héros sont impliqués, nous pouvons parler de harem inversé. Plus typique des adaptations d’otome game, l’héroïne se retrouve entourée de garçons tous plus beaux les uns que les autres.

La corde d'or harem

Une palette de beaux gosses entourent Kahoko

Bien sûr, chacun d’eux arbore des sentiments, ou tout du moins un fort intérêt pour la seule fille du groupe. Les autres protagonistes féminins sont davantage effacés ou observent un rôle de soutien.

Dans La corde d’or, Kahoko participe à un concours musical et mise à part Shouko Fuyûmi, les participants ne sont que de sexe masculin. Récemment avec Brothers Conflict, le vice a été poussé plus loin puisque notre personnage féminin, Hinata Ema, dispose d’onze prétendants !

Au niveau des acteurs du récit, le triangle amoureux offre une palette de protagonistes que nous pouvons souvent rencontrer. [La plupart du temps, l’héroïne se révèle être novice dans le domaine amoureux soit parce qu’elle n’a pas connu le véritable amour, soit parce qu’elle ne sait pas ce que cela représente.

C’est le cas de Ninako dans Strobe Edge. Plutôt naïve et enjouée, la jeune fille n’a jamais eu de petit ami avant de connaître le beau et séduisant Ren. Elle se retrouve rapidement attirée par lui sans savoir pourquoi.

Un premier personnage clé est présent dans la vie de l’héroïne. Il s’agit de l’ami d’enfance ou tout simplement le bienveillant qui n’ose pas révéler clairement ses sentiments. Très discret et en retrait, il agit plutôt dans l’ombre du héros notamment en la consolant lorsqu’elle est triste.

D’ailleurs, elle peut toujours compter sur lui pour recoller les morceaux. Il laisse toutefois échapper quelques indices de son attirance, mais l’héroïne est trop occupée à aimer (ou détester) un autre. Par exemple, toujours dans Strobe edge, Ninako est amie avec Daiki depuis très longtemps. Et si celui-ci semble arborer des sentiments amoureux plus que manifestes, la jeune lycéenne n’y prête pas réellement attention.

Parallèlement, au chapitre du chevalier timide, nous pouvons compter Luca de L’académie alice. Malgré un début de relation des plus catastrophiques, il finit par en pincer pour Mikan et il se montre très attentionné envers elle.

Le deuxième protagoniste que notre personnage principal peut côtoyer malgré elle est la petite amie rivale. Aimée par le héros, le couple qu’ils forment tous les deux est stable puisqu’ils se connaissent depuis quelques années. Le shôjo Seed of love le montre très bien. Miku lie connaissance avec Sôhei venu habiter chez elle. Elle ne tarde pas à découvrir que ce dernier est déjà pris.

Trio d'Akuma to love song

Le jovial vs. Le taciturne : deux caractères pour un choix

De plus, dans le cadre d’un triangle amoureux présentant au moins deux prétendants, ceux-ci possèdent un caractère diamétralement opposé.

Tandis que l’un est plutôt jovial, l’autre se révèle taciturne. Si le premier n’hésitera pas à déclarer sa flamme au risque de ne pas être pris au sérieux, le second ne le fera jamais à moins de n’avoir pas le choix.

Le cas d’Akuma to love song en est la démonstration idéale. Shin et Yusuke sont tous les deux séduits par la belle Maria. Shin n’est pas du genre très bavard ni démonstratif. Il fait tout ce qu’il peut pour cacher son amour. À l’opposé, Yusuke adore faire le boute-en-train et divertir son amie.

Le triangle amoureux, un ressort scénaristique largement utilisé

Si le triangle amoureux est si classique, nous pouvons nous demander pourquoi les mangaka y ont aussi volontiers recours. Dans une romance, l’auteur a parfois besoin d’un élément extérieur pour faire avancer son histoire. Quoi de mieux qu’une tierce personne pour servir de déclencheur ?!

Dans le cas où l’héroïne n’est pas encore consciente des tendres sentiments qu’elle nourrit à l’égard du beau gosse de la classe, l’intrusion d’une rivale fournit au mangaka l’occasion de développer certaines attitudes. La jalousie va donc s’insinuer dans son cœur avec en prime une flopée de questions et de doutes.

Kurumizawa Ume et Kuronuma Sawako

Sawako prend conscience de ce qu’est l’amour grâce à Kurumi

L’auteur peut ainsi faire prendre conscience à son héroïne de ce qu’est l’amour. C’est un procédé largement utilisé dans les romances lycéennes mettant en scène un personnage timide ou ignorant de l’amour, à l’image de Sawako, par exemple.

Parfois, le rival est utilisé comme le miroir du personnage principal. Le héros constate tous les atouts que son concurrent possède et qu’il n’a pas. Il se remet alors en question. « Suis-je assez bien pour lui (ou elle) ? »

L’auteur peut alors mettre en avant les doutes de son personnage, l’obliger à faire son introspection et dépasser ainsi ses limites. En général, après une période de découragement les sentiments triomphent, notre protagoniste sort de cette période plus fort et plus confiant et décide de se battre.

L’antagoniste c’est aussi l’obstacle qui empêche le couple d’être ensemble. À travers cette épreuve, l’auteur peut renforcer les sentiments de ses personnages et ainsi leur construire une relation solide. Leur histoire d’amour paraît alors plus profonde voire même idéale. C’est un moyen de la sublimer et de faire rêver les lectrices un peu fleur bleue.

La rivalité qui se crée entre les protagonistes et le challengeur (ou la challengeuse) permet de créer du suspense, voire même des cliffhangers. Qui le héros (ou l’héroïne) finira-t-il par choisir ?

Le rôle du lecteur dans le triangle amoureux

Loin d’accorder un rôle passif à son lecteur, l’auteur fait en sorte de l’impliquer le plus possible dans sa narration. Il n’est plus question pour lui de remplir la seule fonction de spectateur neutre qui attend patiemment le dénouement mais de vivre l’histoire comme s’il y était.

D’une part, il va entrer dans la peau de l’héroïne en tant qu’être à part entière, tout en conservant sa personnalité à lui. L’univers qu’il va alors se créer ne sera ni tout à fait celui du mangaka ni la réalité, mais un récit parallèle.

De ce fait, en fonction de ses goûts et désirs, il choisira un chouchou à encourager au détriment des autres personnages masculins. Cela peut s’expliquer par le fait qu’ils disposent tous d’un comportement et un physique bien marqués pour plaire à différents publics.

Lovely devil tome 1

Couverture du tome 1 de Lovely devil

Ainsi, ce petit préféré peut correspondre à un idéal d’homme que la lectrice va voir en lui ou au contraire exprimer un fantasme moins avoué. Qui a dit que toutes les filles aimaient les gentils garçons ? C’est bien pour cela que le bad boy de shôjo atteint une cote de popularité assez importante.

Le manga Lovely devil en est l’archétype, dépeignant un Takeru aux allures de mauvais bougre en face d’un Kamijo plus sympathique et affable.

Une fois que le petit préféré a été déterminé, le lecteur apprécie de repérer les éventuelles scènes attendrissantes qui lient le couple potentiel. Il peut s’agir de légers détails, de moments complices qui font espérer que tous les deux auront un avenir ensemble.

D’autre part, le lecteur peut choisir de s’investir dans le récit en s’identifiant à l’héroïne ou l’un des protagonistes masculins. Il imagine alors quelles décisions il pourrait prendre s’il était à sa place et comment il réagirait face aux obstacles freinant la formation de son couple.

Les triangles amoureux, ça peut être original

Malgré des personnalités stéréotypées ou des ficelles scénaristiques redondantes, le triangle amoureux peut présenter un brin d’originalité.

Lui ou rien triangle amoureux

Un triangle amoureux original composé d’un androïde et d’un être humain

Pour cela, certains mangaka font le choix d’utiliser des personnages qui ne sont pas humains.

Par exemple, dans Lui ou Rien de Yuu Watase, Night est un robot qui se trouve en concurrence avec son ami d’enfance.

Bien que le traitement du triangle amoureux soit assez classique, la nature de Night permet de développer des idées originales qui donnent un nouveau souffle à l’histoire, notamment lors de dénouement.

Dans un genre totalement différent, Les fleurs du passé mettent en scène un garçon beaucoup plus jeune que la femme qu’il courtise et le fantôme du mari de cette dernière.

Le triangle amoureux donne l’occasion à l’auteur de traiter de thèmes annexes à la romance. Elle peut ainsi évoquer le deuil et la difficulté de tourner la page après la mort de l’être aimé.

Parfois, la surprise peut aussi survenir à la toute fin du manga. Alors que nous nous attendions à voir l’héroïne tomber dans les bras d’un des beaux gosses elle finit par céder aux avances d’un autre. L’exemple qui m’a le plus marquée est Hikari no densetsu mais c’est aussi le cas des deux mangas cités précédemment.

Le triangle amoureux peut aussi se montrer plus subtil, comme dans Heartbroken Chocolatier. Il s’agit pour être exacte d’un polygone amoureux puisque les relations entre les différents personnages sont étroitement entremêlées. Les sentiments non réciproques et le sexe sans amour viennent aussi complexifier la donne. Les réactions et les choix des personnages sont inattendus et étonnamment réalistes.

Host club manga

Host club parodie les clichés de shôjo, dont le harem

Les amours entre plusieurs protagonistes peuvent aussi prêter à rire, lorsque la parodie s’invite parmi eux. C’est le cas dans Host Club où Haruhi se trouve entourée d’un club d’hôtes tous plus beaux et clichés les uns que les autres. Dans ce manga, l’objectif n’est pas de tirer une petite larme d’émotion mais plutôt de te faire pleurer de rire en singeant les shôjo romantiques de type harem.

Pour ne pas paraître classique, un triangle amoureux ne doit pas exister juste pour créer un rebondissement ponctuel, parmi tant d’autres. Nous voyons parfois se succéder les rivaux sans réelle plus-value à leur intervention, donnant à l’histoire une impression de creux. L’intrusion d’une tierce personne dans un couple doit servir à développer la psychologie des personnages principaux. Si en plus, le concurrent a lui-même une personnalité fournie le scénario se révélera encore plus intéressant.

Maintenant c’est à toi de t’exprimer. Qu’apprécies-tu dans les triangles amoureux ? Ou au contraire que n’aimes-tu pas ? Quels sont les recettes qui font un bon triangle amoureux ?

 

Pour aller plus loin…

comments
 
Leave a reply »

 
  • iness
    21 décembre 2016 at 23:35

    Je déteste les triangles amoureux j’ai peur que la fille choisisse le garçon que je ne veux pas qu’elle choisisse dès que je vois un triangle amoureux j’arrête de lire/regarder.

    Répondre

  • korr
    18 octobre 2013 at 23:26

    Prem’s !
    Moi je déteste les triangles amoureux, les carrés, les polygones, les figures géométriques et tout et tout ! Ça m’horripile, ça me file le bourdon, ça me met dans des états…
    Cela dit, ça ne m’empêche pas de lire le shôjo quand même (esprit de contradiction, espoir fou, folie passagère… faites votre choix).
    N’empêche… je ne supporte pas ! Car je n’arrive pas à choisir – sauf cas extrême où l’héroïne ne m’intéresse point et là, le choix est vite fait (virez la fille ! virez la fille !).
    Mais en général, le triangle amoureux, je n’en veux pas. Aussi la plupart du temps, pour poursuivre avec convivialité ma lecture, je fais comme s’il existait pas. Un triangle ? Où ça ? Un carré ? Pas vu ! Un polygone ? Même pas remarqué ! [invocation du pouvoir de l’autruche]
    Par contre, l’abondance de bishies, je n’arrive pas à regretter… bizarre. ^^

    Répondre

Leave a Response