21 vues 0 commentaires

L’anniversaire du blog – Interview de Miknass

par le 4 octobre 2021
 

Joyeux anniversaire, Club Shôjo ! À événement exceptionnel, articles exceptionnels ! Toute cette semaine, les rédactrices du Club se livrent en toute simplicité. Aujourd’hui, c’est Miknass qui ouvre le bal !

Salutations !

Miknass, chroniqueuse, à votre service. Le manga et moi, ça a commencé dès les premiers rots. Le temps passe, la passion grandit. Je dévore les mangas comme on craque des biscottes. Pourquoi un tel parallèle ? Je ne mange pas de biscottes. Je suis plutôt home bread. Bref. J’eus, dans ma vie mikkiste, de hauts pics mangestes (tout ce vocable apparaîtra un jour dans un dico, believe). Le premier pic : La rose de Versailles, Hokuto no Ken, Lady Georgie, Saint Seiya, Aishite knight. Tout en même temps, oui. Deuxième pic : Cowboy bebop, Kenshin Tsuiokuhen, Vision d’Escaflowne. Troisième pic : Gundam Seed. Je m’étais pourtant auto-avertie : « le jour où tu tomberas dans les Gundam »… je suis tombée ! Et maintenant, je me suis rangée. Vive les tranches de vie, les belles histoires, les rires, et quelques larmes pour la digestion.

Mangas animes et drama : quel est ton format favori ?

Ce n’est pas tant le format que je regarde, mais le titre (et le nombre de piécettes dans mon porte-monnaie). Si le manga, anime, drama me tape dans l’œil , je fonce ! Chronologiquement, j’ai commencé par les animes. Les mangas sont venus en même temps que mes premières pistoles. Les drama ont suivi quelques années plus tard. Aujourd’hui, grâce aux plateformes de streaming, c’est l’océan des dramanime ! Je vivote entre les 3 formats. Chacun a ses particularités à exploiter. Par exemple, j’aime bien quand l’adaptation d’un manga en anime prend des libertés par rapport à l’œuvre originale. Ne pas faire du copier/coller de planches, mais laisser parler la sensibilité artistique du studio pour que l’œuvre vive différemment, sur son nouveau support. En ce sens, la v1 de FMA était cool !

Plutôt team papier, team numérique, ou les deux ?

Là, je vais choisir le papier. Je commence à peine à lire des e-book, ayez pitié ! Point positif : l’offre légale des mangas en ligne s’est bien enrichie. Après des années de réticence, les éditeurs japonais s’y sont mis avec succès (Manga mee, Hana ai, Flo comic… plateformes 100% shôjo/josei). Il y a aussi le boom des webtoon ! Mais je suis passée à côté de la vague… ^^’

A sign of affection tome 1

A sign of affection tome 1

A sign of affection, mon dernier coup de cœur manga n_n. Comment ne pas fondre devant Yuki !!

La révolution webtoon, ça te parle ? T’es-tu mise aux webtoon ?

Ah, justement ! Oui, ça me parle. J’ai testé vite fait, mais ne suis pas rodée à l’art de lire sur un smartphone ou une tablette. J’ai une utilisation très basique de ces outils : envoyer des SMS (oui !), appeler (rarement), consulter 2-3 mails… et c’est tout. Mais je me dis parfois que je devrais y plonger quelques yeux. Affaire à suivre…

De quoi parlerait le shôjo / josei que tu rêverais de lire ?

Hum… Je voudrais une histoire positive, qui véhicule de bonnes valeurs. Une histoire de vie quotidienne, avec des héroïnes et héros attachants et drôles, qui font de leur mieux. Une histoire simple, sans clichés ou raccourcis sordides. Une histoire qui parlerait à toutes et tous. Une histoire qui dépasserait les classifications actuelles de genre (manga pour fille, pour garçon). Une histoire qui dirait aux jeunes filles : tu es puissante, sage, courageuse, drôle, brillante. Va de l’avant. Ose. Tu es libre. Respecte-toi, et respecte les autres. Une histoire qui dirait aux jeunes garçons : pleurer, c’est juste humain. Pleure, ris, danse, parle. Respecte-toi, et respecte les autres.

Quel(s) personnage(s) de shôjo te ressemble(nt) le plus ?

J’ai un très gros côté Makio (Entre les lignes). Respirer le même dioxyde que les êtres humains, en voilà une affaire ! J’ai un gros côté Haruhi aussi (Host club). Vive les blasées et les introverties ahah.

Ce que dit Makio, là… je l’ai vraiment pensé x_x.

Cite 3 personnes qui sont pour toi des héroïnes / héros et pourquoi ?

Qu’est-ce qu’une héroïne, un héros ? … Pour moi, c’est quelqu’un qui va de l’avant, qui a le sens du service, l’empathie, qui apprend de ses erreurs, qui reconnaît ses forces et ses faiblesses… Je pense à Kaoru no Kimi (Très cher frère), Oscar François de Jarjayes (La rose de Versailles) et ma petite Mito Meguro (Ugly Princess).

Cite 3 personnages auxquels tu t’identifies le plus et pourquoi

Je ne m’identifie pas aux personnages. Ils ont leur vie dans le récit. J’ai la mienne dans la vraie vie. Bien sûr, certains personnages peuvent nous instruire par leurs questionnements, leurs échecs, leurs réussites… sans pour autant que je m’identifie à eux.

Un auteur ou une autrice de shôjo que tu voudrais nous recommander 

Kaoru Mori ! OK, ses titres (Emma, Brides stories) ne sont pas publiés dans des revues shôjo, mais ne faut-il pas saluer avant tout son talent incroyable ? Les femmes, elle en parle avec brio et fougue. Ses héroïnes sont inspirantes et révolutionnaires à leur manière.

Pour finir, présente-nous ton top 5 (shôjo, josei, yaoi)

Ou la, dur… ça va être mon top 5 du moment alors : Entre les lignes, A sign of affection, Host club, Princess jellyfish, Trait pour trait… et le K drama Sa vie privée !

C’était très chouette de parler de shôjo de cette façon. Prendre un peu de hauteur, regarder en arrière, se projeter quelques instants… Joyeux anniversaire, cher Club Shôjo ! Merci, Capitaine Carolus. Tu as hissé la grand-voile et grâce à toi, le navire Club Shôjo vogue toujours sur les mers. Merci, Commandante Nico, toujours à la barre, menant le navire dans de nouvelles aventures. Merci, Caporales Naoko, Soko Saturne et Kitsu, dont la plume virevolte sur les flots, toujours prête à faire mouche. Merci, fidèles camarades lectrices et lecteurs. Ce navire, c’est aussi le vôtre. Quant à moi, humble moussaillon, je vous dis à bientôt. Et bon vent, Club shôjo !

Sois le (la) premier(ère) à commenter !
 
Répondre »

 

Répondre