80 vues 1 commentaire

Article interblog : Quels shôjo te donnent le plus envie de voyager ?

par le 2 mai 2021
 

Dernier jour de la Semaine du Shôjo ! Aujourd’hui, on fait nos valises pour de nouvelles aventures. Prêt-e-s pour le voyage ?

Ah… le voyage, l’évasion… Certain-e-s imaginent le calme tranquille d’un gîte en pleine campagne. D’autres optent pour la paisible randonnée de montagne. D’autres encore surfent sur les vagues turquoises, ou profitent d’un bain de soleil Covid free indice +50. Les gestes barrière, tu connais. Heureusement, dans les shôjo mangas, point de restrictions autres que celles de ton imagination.

La Semaine du Shôjo 2021 se décline version voyage ! Pour cette édition, nous prenons le large et te proposons de découvrir l’événement interblogueur organisé cette année. Évènement annuel, la rencontre interblogueur est l’occasion de confronter l’avis de plusieurs blogueurs sur un thème commun. Retrouve l’opinion de tous nos participants en fin d’article et n’hésite pas à donner la tienne en la partageant en commentaire.

En attendant de te lire, Soko et Mikki te partagent leur vision très personnelle de l’évasion. Embarquement immédiat !

Le voyage selon Soko

Rêver de voyage, ça sonne si loin… Non ! Hors de question, je n’en parlerai pas ! On n’en peut plus, on veut voir du monde ! Voilà pourquoi j’ai accepté de sortir de l’open-world féerique de Genshin Impact quelques minutes pour te proposer de découvrir d’autres endroits où mon esprit vagabonde.

La licence Diabolik Lovers

Un lycée nocturne dans un endroit reculé, un manoir étrange sous les rayons de la lune, le sang qui goutte sur les pétales de roses… Le Dark Academia comme on l’aime ! Si je suis absolument obsédée par l’univers visuel de Diabolik Lovers, lotome game lui fait beaucoup plus justice que la version animée, crois-moi, cette palette pastel est incroyable ! Ça fait rêver, mais si tu as été plus loin que le visuel, tu seras sûrement d’accord avec moi pour le dire : “c’est pas pour autant qu’on irait y faire un tour !” Ou peut-être que si… Histoire de mettre en garde Yui ! Il ne faut jamais mettre les pieds dans ce nid à problèmes. Jamais !

Être hébergé-e dans son propre tombeau ? Non merci ! Spoiler Alert : tout ce qui l’attend n’est que morbidités et tragédies. Va-t-en ! Cours ! Là où tu seras un peu mieux traité-e qu’une poche de sang ou une expérimentation aussi perverse que ridicule !

Même si, dans un tel cadre, on se laisserait presque tenter. 

Psychic Princess (Tong ling Fei)

Le webtoon chinois a bénéficié d’une adaptation animé en 2018

La discorde silencieuse qui rôde dans les immenses palais de la Chine Impériale ! Au cœur des idylles, des tensions diplomatiques, des empoisonnements, il y a une princesse usurpatrice pour mettre du désordre à la cour ! Même si je serais plus d’avis de gérer la situation dans l’ombre, il faut reconnaitre que ce sont les actions franches de Yun Xi qui font réellement bouger les lignes. Et sa bienveillance est contagieuse ! On s’y plairait à lézarder dans ses appartements abandonnés, y épier des conversations à l’ombre d’une pagode, accompagnés des fantômes les plus mignons qu’on ait vu depuis longtemps ! Ou pourquoi pas sortir dans la ville en douce sous les traits d’un joli garçon. Et pourquoi pas tomber amoureuse ? Jouer – et déjouer – des vilains tours, ou tout simplement remonter le moral de quelqu’un ? Et si on y ajoute une touche de mysticisme… Ça ne rend le voyage que plus excitant. 

La colline aux coquelicots

Image tirée du film, adaptation de Goro Miyazaki

Au sommet de la colline, la nuit continue pour certains hôtes de la pension occidentale. Umi, elle, est bien réveillée. La bonne odeur dans la cuisine semble à mille lieux de la fumée noire qui s’échappe des bateaux du port de Yokohama. Le jour se lève, et il faut hisser le drapeau. Et si on est en retard, on aura peut-être la chance de croiser un camarade qui nous emmènera au lycée à l’arrière de sa bicyclette. Nous voici transporté-e-s dans une vision pittoresque, et banale à souhait. Une tranche de vie, d’une autre époque. 

Oui, je sais, pardon ! C’est que le monde extérieur et le train-train quotidien ont toujours semblé très romantiques à mes yeux. J’imagine que cette vision s’est étendue à beaucoup plus de monde dernièrement !

La colline aux coquelicots! est mon premier Ghibli coup de cœur, inspiré du shôjo de Chizuru Takahashi. On embarque à Yokohama, ville portuaire, ou les petits drames ne viennent que de nos liens avec les gens… Cette vie-là semble si paisible…

À la veille des JO de Tokyo de l’été 64, la rosée sur l’herbe se mêle à l’eau salée. Après les cours, on passera au Quartier Latin pour y faire un peu de rangement, et sur le chemin du retour, il faudra baisser la voile qui donne les signes aux marins. Il faudra la remonter demain. Car oui, c’est aussi ça, le voyage ! Avoir un bel endroit ou rentrer. C’est drôle, d’être nostalgique d’un lieu que l’on a pas connu. 

Le voyage selon Mikki Forever

Voyage ? Tu as dit “voyage” ? Le mot me fait ouvrir tous les orbites et m’arrache des cris d’effroi. Hélas, si l’évasion ambiance palmiers et eau turquoise enchantent bien des êtres, j’agonise sous le soleil des tropiques (ou plutôt : je me planque à l’ombre de mon palais de 8m², un livre d’histoire dans les mains).

Le voyage version Mikki – je me vouvoie pour ajouter quelque grandiloquence – c’est la lutte et sa survie. Point de repos sous le parasol, pas même un bout de chaise où poser le derrière. Me voici plongée aux temps de la France révolutionnaire, jetée dans le faste tourmenté de l’Angleterre aristocratique, propulsée dans un vaisseau spatial où la mort empoisonne l’oxygène. Alors, prêt-e pour le voyage ?

L’avenir marche sur le ciel rouge

Mon premier voyage me transporte dans le tumulte de La Rose de Versailles. La révolution crie son agonie et sa rage. Oscar est déjà là-bas, avec sa bravoure et sa verve.

Pourquoi migrer à ce moment-là ? J’aurais préféré les joies des parterres aristocratiques. Je n’aime pas la foule, mais j’aime le luxe tranquille et le confort de mon château. Mais non, le temps presse et la foule marche sur Paris, la faim et la hargne dans le gosier, les têtes aristocratiques plantées sur des pics. Je serai brève. Je n’ai guère le temps de décrire ce que je vois. En ai-je seulement l’envie ? L’urgence me commande. Je fonce rejoindre Oscar pour les protéger tous. Y a-t-il encore un moyen de stopper l’hémorragie ? Il faut parler à la reine, exhorter le roi, convaincre le peuple. La suite de l’histoire n’est pas celle que l’on croit. La terreur souffle dans les vapeurs de la révolution. J’ai rejoint Oscar. L’heure n’est plus aux comptes-rendus. Il faut marcher. En avant, pour demain !

Oscar François de Jarjayes, la Rose de Versailles révolutionnaire

Rendez-vous dans le carrosse à trois mille sous

Nouveau bond dans le temps : nous sommes au XIXe siècle, dans le monde de Lady Georgie. Plus le temps de s’émouvoir devant les pâquerettes : il faut fuir !

J’ai la tenue chic et l’air grave. La Cour me prête quelque charme romantique de la nuit. L’heure n’est pourtant pas à la bagatelle. Georgie et Lowell vont faire le casse du siècle : la liberté d’aimer, ou rien ! Les charmants brigands virevoltent entre les gens de la Cour et les gardes armés comme pour faire la guerre. Je fais partie de la masse armée ! Vais-je défendre les valeurs romantiques de Lady Georgie, ou combattre pour le respect de l’ordre établi ?

Je grimpe à bord mon carrosse. Lowell et Georgie m’emboitent le pas et plongent sur la banquette arrière. Ils ont les yeux brûlant d’amour et les poches vides. Ce n’est pourtant pas le moment de flirter. Les gardes accourent. Je démarre. Les cheveux foncent à vive allure. Direction la frontière de la ville.

Fin du voyage. Enveloppés dans les vapeurs de la nuit, nous sommes à bonne distance des gardes rétrogrades. C’est ici que nos chemins se séparent. Les amoureux tremblent soudain. Comment puis-je les laisser seuls, et désargentés ? Dans leur empressement, ils n’ont rien pris, pas même un petit morceau d’argenterie. Les inconscients ! Je devrais les sermonner. Je souris. Avec mon carrosse à trois mille sous, ils ne risquent pas de manquer d’argent.

Georgie et Lowell en pleine détente… il serait temps de remonter à bord du carrosse !

Cap sur la navette de la liberté… ou de la mort

Mauvaise nouvelle pour moi, et toutes celles et ceux en froid avec les examens. Même dans le futur, il y a des partiels ! Dernier saut dans le temps et cap sur le vaisseau de tous les dangers, avec Flore. Nous sommes onze ! – ou plutôt douze, avec moi !

Je vous ai dit n’être pas fan de voyages, et pourtant, je ne cesse de faire des sauts intergalactiques. Je n’aime pas les partiels, et pourtant, me voici en première ligne pour passer l’examen d’entrée à l’Université spatiale. La faute à Flore, qui m’a traînée dans une autre de ses aventures. Le garçon est entêté, et je le suis pour lui prêter main forte. Nous ne serons pas trop de deux pour faire plier les consciences sclérosées. Je m’alarme : depuis la Révolution française, rien n’a donc changé ! 51 planètes prétendument découvertes par les terriens puis colonisées, amenant d’autres guerres, plus terribles que celles qui ruinèrent la Terre. Je compte bien réussir l’examen pour réformer l’Union Spatiale. Vite ! Distribuez les copies, qu’on en finisse !

Panique à bord. Le vaisseau, pris de secousses, manque de s’écraser. Flore et moi fonçons à la salle des machines. Les autres étudiants nous suivent. Une voix robotique nous glace : l’examen commence ici. Un périple de vie et de mort qui fait s’évanouir les compétiteurs les plus aguerris. Flore me fixe, le regard luisant de détermination. Pour arracher la paix, il nous faudra gagner cette guerre.

Nous sommes onze ! l’épopée d’anticipation signé Moto Hagio, la mère du manga moderne

Les articles des autres blogs

Envie d’encore plus de voyage ? Découvre vite les articles des autres participant-e-s à l’édition en cliquant sur les liens suivants. Cette année, nous battons un record, avec 23 participants ! Un grand merci à vous toutes et tous, camarades blogueuses et blogueurs, pour vous être prêté-e-s au jeu !

Voyages oniriques, voyages tumultueux, voyages épiques, voyages amoureux, voyages introspectifs… dans les shôjo, josei et boy’s love, l’évasion ne connaît aucune frontière. Et toi, quels mangas te donnent envie de voyager ?

commentaires
 
Répondre »

 

Répondre