150 vues 5 commentaires

Le bilan 2020 de Naoko

par le 27 janvier 2021
 

Cette année 2020 s’est terminée et avec elle la décennie des années 2010. Au Club Shôjo on a profité de l’occasion pour faire chacune notre article de bilan. Voici le mien, plein de yaoi et de problématiques LGBTs.

2020 en chiffres

manga Let's pray the priest
Premier tome de Let’s pray with the priest !

Malgré la COVID-19, j’ai quand même pu me débrouiller pour acheter les nouvelles sorties mangas ainsi que certaines séries déjà sorties depuis un moment. Je pense notamment à Let’s pray with the priest dont j’ai pris les 7 tomes disponibles à ce jour, d’un coup.

En fait cette année j’ai finalement pris autant de shônen que de boy’s love, donc 48 pour chacune des deux catégories. La raison : il y a eu beaucoup de sorties shônen intéressantes, comme Iruma-kun à l’école des démons. D’un autre côté Boy’s love IDP a sorti moins de BL oneshot et plus de séries, que j’ai prises si ce n’était pas déjà celles que je suivais.
J’ai finalement pris 27 nouvelles séries dont 9 qui sont des boy’s love, 5 des girl’s love, 5 qui sont des seinen, 4 des shôjo et 4 des shônen.
Pour le reste j’ai acheté et lu en tout 17 seinen, 14 shôjo, et 13 girl’s love. J’ai également lu un peu plus de 36 séries non-licenciées ou avant qu’elles soient licenciées (Iruma-kun à l’école des démons par exemple, Mieruko-chan ou Stay away). Parmi celles-ci, 6 sont des séries GL que j’ai cherchées et aimées dans ma quête désespérée d’avoir plus de romances entre femmes juste après la découverte de ma pansexualité/bisexualité.

Ces séries qui m’ont marquée en 2020

Affiche de l'anime My Next Life As a Villainess: All Routes Lead to Doom
Affiche de l’anime My Next Life As a Villainess: All Routes Lead to Doom

Parmi ces séries que j’ai achetées et lues en 2020 certaines m’ont d’ailleurs particulièrement marquée. Je pense par exemple à Sayonara Miniskirt, dont je me rappelle occasionnellement des passages qui ne me font vraiment pas de bien. Pour cette raison j’ai fini par l’arrêter malgré sa qualité.

Mais la série qui m’a vraiment le plus marquée c’est un light novel adapté en manga (pas encore licencié, dommage) puis adapté en anime en 2020 : My next life as a villainess : all routes lead to doom/Otome game no hametsu Flag shika Nai Akuyaku Reijou ni Tensei shiteshimatta…/HameFura. Une série qu’on appelle également Bakarina (mot-valise avec le nom de l’héroïne, Katarina, et Baka qui veut dire idiot) parmi les fans.
J’ai rarement des coups de cœur : des séries dont je regarde le premier épisode/lis le premier tome pour finalement désespérer quand je dois attendre la suite. C’est ce qui est arrivé pour My next life as a villainess qui m’a poussée à lire le manga puis le light novel. J’attends d’ailleurs la sortie du tome 10 !

Mes meilleures découvertes en 2020

On peut même dire que My next life as a villainess fait partie de mes meilleures découvertes de 2020, dans mon top 3 avec Stay away et Plongée dans la nuit, un manga GL sur deux jeunes filles avec des personnalités opposées et qui mériterait plus d’attention.

Ma décennie 2011-2020

Skip Beat ! tome 39
Aperçu du manga Skip Beat ! tome 39

Quand je pense à ma décennie 2011-2020 je me rends compte que c’était la décennie du changement pour moi.
En effet, c’est une décennie déjà où j’ai moins souvent commencé de nouvelles séries qui avaient plus de 3 tomes déjà sortis, ayant un budget moins disponible en raison du nombre de mangas que je suivais.
C’était également la décennie où je me suis beaucoup mieux rendu compte de la diversité dans les shôjo avec Skip beat, dont j’ai finalement décidé d’acheter les tomes après quelques années à m’être contentée de l’anime. Je venais de sortir d’une relation qui m’a fait beaucoup de mal et cette histoire de vengeance m’avait fait énormément de bien.
Mais cette décennie est vraiment et surtout la décennie des BLs pour moi. Une découverte qui s’est faite en 2014 après la sortie de la vidéo sur le sujet par un célèbre vidéaste sur YouTube, puis après avoir trouvé une jeune femme qui a accepté de me conseiller.

anime Love stage!!
Aperçu de l’anime Love stage!!

Une découverte qui a commencé avec Love Stage, un de mes coups de cœur dans la même veine que My next life as a villainess. Puis j’ai cherché de nouveaux animes comme l’OAV de Fake ou de The tyrant who fall in love avant de me tourner vers les mangas, où il y avait beaucoup plus de choix. J’ai eu une vraie soif de découverte qui a duré un long moment avant d’être beaucoup plus modérée. Une modération que j’ai vraiment sentie en 2020 où j’ai beaucoup moins cherché de BLs non licenciés. Bien sûr, cela ne m’empêche pas d’en acheter encore et d’être excitée par des sorties comme le tome 2 de Mother’s spirit dont j’ai demandé un envoi en service presse à Taifu et dont je vous ferais une critique fin janvier/début février.

Il est à noter que je suis également arrivée sur Club Shôjo en 2016 et je peux remercier Caro pour m’avoir donné cette chance de m’exprimer en écrivant des critiques et m’avoir soutenue depuis.

commentaires
 
Répondre »

 
  • 9 février 2021 à 18:11

    Helle hello n_n !
    Merci pour ton article, qui m’a fait découvrir plein de nouveaux titres ^^!
    Aaaah, Skip Beat! : j’ai d’abord connu le manga avant d’apprendre qu’un anime était sorti. Vu la logistique que cela demande pour moi (une télé, des DVD), je suis restée sur les manga ahah. L’un de mes coups de coeur de l’époque. Et même si la flamme brûle un peu moins qu’au début, j’attends toujours la suite avec patience 🙂

    Je viens à peine de découvrir l’univers des light novel ! Très riche et varié; il aura peut-être bientôt autant d’impact que les mangas, qui sait n_n ?

    Répondre

    • Naoko
      20 avril 2021 à 18:41

      Tu as bien fait pour Skip beat ! L’anime se finit trop brutalement

      Et oui j’espère qu’on aura plus de Light Novels en France

      Répondre

  • 27 janvier 2021 à 21:56

    Coucou ^^ Du coup ça te fait une belle année très variée en lectures !

    Pour Sayonara miniskirt, je te comprends. Le sujet n’est pas du tout des plus joyeux et si c’est traité avec beaucoup de réalisme, ça doit être difficile à lire. J’ai vécu la même chose avec Life de Keiko Suenobu, un shôjo qui parle de harcèlement scolaire. C’est là aussi très dur au point que je n’ai pas supporté d’en lire plus, tellement j’ai été trigger.

    Je retiens My next life as a villainess. Il m’attirait déjà à sa sortie mais ton enthousiasme me donne envie de découvrir l’anime. 😀

    Je t’avoue que je ne lis pas beaucoup de BL, mais je commence à m’y mettre. Enfin, en tout cas, j’ai le projet de m’y mettre ^^

    Répondre

    • Naoko
      27 janvier 2021 à 22:32

      Super ! Merci pour ton retour ^^

      Et puis Sayoranara Miniskirt était vraiment difficile à lire moralement.

      Oh l’anime de My next life as a villainess est vraiment cool et j’ai hâte à la saison 2

      Pour les BLs si tu veux tu peux te baser sur mes critiques ou je peux te donner une liste selon ce que tu aimes lire ^^

      Répondre

      • 27 janvier 2021 à 23:21

        Pour les BL ça m’intéresse bien ! ^^ On m’avait déjà conseillé quelques titres (notamment les Kanna Kii) et d’autres one-shot assez soft. Je t’avoue que pour les BL des séries douces et tendres ne me déplairaient pas ♥

        Oui, je regarderai plus en détail tes critiques ! 😀 *se le note dans un coin de sa tête*

        Répondre

Répondre