Obey Me! – L’académie des démons tome 1

Couverture de la chronique du tome 1 d'Obey Me!

Adaptation du célèbre jeu sur mobile, Obey Me! – L’académie des démons est disponible aux éditions Komikku, depuis quelques jours dans nos librairies. Loufoque, bien rythmé et riche en bishies, ce premier volume ravira sans doute les fans de la licence – et charmera sûrement quelques nouvelles têtes au passage !

Sous le scénario de NTT Solmare Corporation, l’entreprise qui édite le jeu, nous découvrons Subaru Nitô au dessin. L’auteur est également connu pour son adaptation en manga du light novel de Joker Game (œuvre inédite en France). De son côté, Obey Me! a été prépublié dans le Magkan, un magazine web qui accueille des créateur·ices de la région du Kansai. La série compte d’ailleurs 3 volumes.

Les démons d'Obey Me! se rendent au temple
Les démons d’Obey Me! se rendent au temple

Dans le cadre d’un projet d’entente cordiale entre démons, anges et humains, la RAD (Académie Royale du monde des Démons) accueille des étudiants humains et anges pendant une année scolaire. C’est ainsi qu’une jeune lycéenne se retrouve catapultée dans le monde des démons, et plus précisément dans la salle de l’assemblée de l’académie en question.

Elle y est accueillie par Diavolo, le futur roi et son bras droit Lucifer, aîné d’une fratrie de 7 démons et responsable de l’orgueil. Tous deux lui expliquent les détails de cet échange scolaire. Notre héroïne, transformée en mouton lors de son transfert et devenue amnésique, devra faire en sorte d’aiguiser son âme sans tomber sous le charme de ces créatures. Elle sera d’ailleurs sous la protection de Mammon, le deuxième frère et prince de l’avarice. Rien que ça ! La voilà alors entourée de démons tous plus beaux et plus dangereux les uns que les autres. Réussira-t-elle à les amadouer ?

Une fratrie de démons au caractère bien trempé

Ce premier tome d’Obey Me! offre une introduction simple mais efficace à l’univers dans lequel l’héroïne (et nous au passage) se retrouve plongée. En effet, nous atterrissons comme elle dans le monde des démons, dont nous ne connaissons rien. C’est un peu perturbant au début, alors toute remise en contexte est fort appréciable ! Bien sûr, si tu y as déjà joué, tu en sais davantage.

Lucifer l'aîné de la fratrie dans une illustration promotionnelle pour la sortie du premier tome d'Obey Me!
Illustration promotionnelle pour la sortie du premier tome d’Obey Me! – Le diabolique Lucifer

Chaque frère nous est présenté dès son apparition, dans une bulle spécifique, avec le péché capital auquel il est associé. Ainsi, outre Lucifer pour l’orgueil et Mammon pour l’avarice, nous avons dans l’ordre d’arrivée (donc pas nécessairement de naissance) :

  • Asmodeus (5e frère) : la luxure ;
  • Satan (4e frère) : la colère ;
  • Beelzebub (6e frère) : la gourmandise ;
  • Leviathan (3e frère) : la jalousie.

Et la présentation de la fratrie s’arrête là. Oui, il manque un 7e membre, que personne n’évoque, comme s’il s’agissait d’un tabou. On devine assez aisément qu’il est en charge de la paresse, puisque c’est le péché restant. Voilà donc un mystère à résoudre ; en tout cas, cette obsession ne me quitte pas.

Tu t’en doutes peut-être, chacun d’eux possède son propre caractère mais aussi sa propre couleur de cheveux, son style de coiffure, etc. Là encore, le procédé est évident, bien que nécessaire pour une meilleure mémorisation. Après tout, cela nous fait 8 nouveaux personnages à reconnaître (les 6 frères + Diavolo + l’héroïne)… Là au moins c’est plus facile !

On peut d’ailleurs dire qu’ils sont assez stéréotypés. Toutefois, leur personnalité est assez exagérée. Pour ma part, ça ne me dérange pas et j’en viens même à les apprécier pour leurs petits défauts. C’est également intéressant de voir leur dynamique : avec qui chacun s’entend le mieux, qui déteste qui… Je me suis beaucoup attachée à Mammon, qu’on voit très souvent ou encore Leviathan, assez mignon à sa façon et un peu tsundere sur les bords. Ces deux-là s’énervent pour pas grand-chose tellement ils ont le sang chaud.

De son côté, Lucifer semble plus posé, sûrement parce qu’il est l’aîné… Cela étant, sa colère paraît terrifiante, je n’aurais pas envie de m’y frotter. En tant que personnification de la luxure, Asmodeus est un véritable charmeur, très connecté aux réseaux sociaux et qui adore jouer les maîtres de cérémonie lors de divers « concours ».

En revanche, Satan est peut-être celui que j’ai le plus de mal à cerner : loin d’afficher sa colère, il se montre au contraire assez « jovial ». Bizarre…

Glouton dans l’âme, Beelzebub est un grand fan de nourriture : tu peux être sûr·e de le trouver avec quelque chose à manger. Toute les occasions sont bonnes pour se remplir la panse. Par contre, comment fait-il pour garder cette ligne ? Je suis jalouse !

Bien entendu, il y a fort à parier que les personnages laissés en retrait seront davantage exposés lors des deux autres tomes, pour nous chambouler davantage et rabattre les cartes, surtout avec l’apparition du 7e frère.

Une héroïne sans nom mais pas dénuée de personnalité

On connaissait déjà le coup de l’héroïne amnésique et dont on ne connaît pas le prénom, comme pour Amnesia.

Dans Obey Me!, ce qui change, c’est qu’elle nous apparaît sous les traits d’un petit mouton tout mignon aussi grand qu’un doudou en peluche. Sa taille semble être un frein pour pouvoir se faire respecter des autres démons. Pourtant, ce n’est finalement pas le cas. Notre personnage principal possède une personnalité également bien définie.

Elle est certes intimidée à quelques reprises, surtout quand la fratrie de démons se montre entreprenante mais elle n’hésite pas à faire savoir ce qu’elle pense. Elle exprime sa peur tout comme son mécontentement. Après tout, elle n’a rien demandé et elle se retrouve transportée dans un univers inconnu… Il y a de quoi être agacée.

extrait du tome 1 d'Obey Me! - Lucifer tient l'héroïne devenue un mouton en peluche dans sa main
Nice catch Lucifer ! Plus sérieusement, notre pauvre héroïne devenue un mouton en peluche se fait transbahuter entre les mains des différents démons…

Le jeu montre les scènes à travers les yeux de l’héroïne, si bien qu’on ne voit pas à quoi elle ressemble bien qu’on finisse par le deviner à travers un faisceau d’indices. Toutefois dans le manga, le point de bascule a lieu très tôt – dès le moment où nous découvrons son apparence. Le but est bien entendu de conserver un minimum de mystère autant pour nous que pour l’héroïne, qui ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive. Ce n’est qu’après une rapide introduction que nous changeons de point de vue visuel ; la narration demeure à la première personne.

De l’humour et des bishies

S’il y a deux aspects que je dois retenir de ce premier tome d’Obey Me! c’est bien d’une part le côté loufoque de certaines scènes et d’autre part la ribambelle de bishies au mètre carré que l’on peut croiser dans cette série. Elle tire les points forts du jeu à son avantage, ce qui est une bonne chose !

Les événements s’enchaînent parfois sans vraiment de transition. Ce n’est pas problématique en soi, même si j’avoue avoir eu un peu de mal à suivre au départ. J’ai tout de même réussi à raccrocher les wagons parce qu’entre-temps j’ai commencé le jeu. Malgré tout, il n’est pas indispensable selon moi d’y avoir joué au préalable pour comprendre le tome. Comme je l’ai évoqué auparavant, la présentation simple des personnages et les explications en guise d’introduction nous aident grandement.

Mammon vêtu en soubrette
Ça ne s’invente pas ! Mammon en soubrette ♥

En revanche, si tu as déjà joué à Obey Me! tu apprécieras sûrement de retrouver les différents personnages et redécouvrir certains traits de leur caractère. Car avoue-le, on finit tous·tes par mettre les dialogues en avance rapide ! Je conseille toutefois d’être suffisamment avancé·e dans l’histoire car au stade où j’en suis, j’ai découvert des éléments via le manga et d’autres dans le jeu. Je me suis auto-spoilée *rires*.

Cela participe tout de même à rendre le manga très vivant et drôle. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer ! Si le début se veut très sérieux, la suite après la présentation des différents frères devient totalement chaotique. Il y a peut-être un passage qui m’a gênée ; néanmoins, je me dis que comme ce sont des démons, leur conduite ne peut pas être irréprochable. Après ça va beaucoup mieux puisqu’on découvre davantage la personnalité de certains des frères.

Asmodeus
Comment résister à ce charme presque indécent ?

D’ailleurs, ce premier volume oscille agréablement entre moments drôles et tension plus palpable. Tout n’est pas aussi beau dans cette académie de démons… Ce qui n’empêche pas de s’amuser en attendant !

Question bishies, pour un titre comme celui-ci on est bien servi·es. Eh oui, il ne faut pas se le cacher, j’ai voulu commencer Obey Me! pour cette raison. Tous les personnages masculins sont beaux ; aucun n’a une apparence de PNJ au chara-design random. Même Diavolo, dont le rôle reste limité, possède son charme. Le vice va même plus loin puisque chaque tenue est considérée avec soin. En somme, c’est un peu le festival du fanservice ! Quelques scènes sont forcément plus suggestives mais rien de démesurément cochon non plus. On reste « sage », si je puis dire : des tablettes de chocolat par ci, quelques postérieurs par là, etc. Ce que j’aime surtout c’est de voir les regards intimidés et les rougissements de certains personnages supposément froids !

Je n’avais pas spécialement d’attentes concernant Obey me ! si ce n’est me rincer – un peu – les yeux. Et je n’ai pas été déçue. Qui plus est, je découvre une histoire sympathique qui m’a donné envie de me mettre au jeu. J’ai hâte de découvrir les prochains tomes, notamment pour en découvrir plus sur Lucifer et ce 7e frère dont personne ne parle !

Couverture de la chronique du tome 1 d'Obey Me!
Obey Me! – L’académie des démons tome 1
En bref
Garanti sans prise de tête, Obey Me! est un manga qui se lit tout seul. On en prend plein les yeux grâce à tous ces bishies et on s'attache même à certains d'entre eux !
Je remercie Komikku pour l'envoi de ce tome en épreuve numérique.
Crédits images : © 2019 NTT Solmare Corporation. All rights reserved./© Subaru Nitou/MAG Garden
Scénario
7
Personnages
7
Dessins
9
Ta note0 Note
0
Point(s) positif(s)
Un bon tome d'introduction
Des personnages assez attachants
De l'humour très déjanté
Des personnages masculins très séduisants : il y en a pour tous les goûts !
Point(s) négatif(s)
Des personnages plutôt stéréotypés
Des événements qui s'enchaînent un peu sans queue ni tête
7.5
Note globale

Nico

Véritable cœur d'artichaut, je suis friande de romances poignantes. Plus une série me fait pleurer, plus je l'aime !

Articles recommandés

Laisser un commentaire