Image à la une de la chronique du tome 1 de Stand Up

Disponible depuis fin août en librairie, ce nouveau shôjo d’Aiji Yamakawa vient enrichir la collection « Shôjo Feel Good » d’Akata. Terminée en 4 tomes, Stand Up ! nous promet une romance douce et agréable à lire.

L’autrice s’est fait connaître chez nous grâce au one-shot Le secret de l’amitié, sorti chez le même éditeur, dans lequel elle s’occupe des dessins, aux côtés de Kazune Kawahara (Aozora Yell, Koko Debut). Ayant bien aimé cette première œuvre, je suis partie avec un a priori globalement positif. Qui plus est, j’apprécie énormément les shôjo sortis dans le magazine Betsuma comme Cat Street ou encore les Io Sakisaka.

Couverture française du tome 1 de Stand Up!
Couverture française du tome 1 de Stand Up!

Du haut de son mètre soixante-douze, Utako Furuya ne passe pas inaperçue. Assise au fond de la classe, elle commence à sympathiser avec son voisin de table, Naoyuki Harada. Populaire et direct, il paraît tout l’opposé d’elle, qui est moins à l’aise avec l’expression de ses émotions.

Au gré des cours et des pauses déjeuners qui s’enchaînent et rythment leurs journées, tous deux apprennent à mieux se connaître. Une curiosité réciproque naît entre eux, de la même façon que leurs bureaux se rapprochent…

Un shôjo feel good

Qu’on se le dise, Stand Up ! ne va pas révolutionner la romance dans le shôjo. Et, ce n’est pas grave ! Quoi qu’il en soit, de mon côté, cela ne me pose pas de souci puisque j’adore alterner titres « classiques » et séries qui offrent diverses originalités – bien que je manifeste assez souvent qu’on ne peut pas réinventer la roue tous les jours. L’essentiel est d’y trouver son compte, ce qui est le cas après ma lecture du tome 1.

Stand Up ! s’inscrit dans une lignée de shôjo feel good, c’est-à-dire dont l’histoire donne du baume au cœur et provoque un sentiment de bien-être en nous. L’idée est de s’échapper du quotidien. Au risque de spoiler mais c’est inscrit dans ce type de registre, on sait donc d’emblée que la série aura une fin heureuse. Les protagonistes vivront forcément diverses péripéties ; il n’est pas non plus exclu qu’on pleure. Néanmoins, la finalité de tout ça est d’en ressortir avec un sentiment positif. Et parfois, ça me plaît de retrouver ce genre de lectures, sans nécessairement passer par des univers fictifs (qui sont géniaux aussi pour ça).

Utako, Maika son amie et Naoyuki

Cette sensation de feel good est accentuée grâce au trait délicat de l’autrice. Les visages sont joliment dessinés, bien expressifs sans non plus trop de fioritures. On devine aisément leurs émotions, ce qui permet de mieux se connecter aux différents personnages.

Il y a peut-être juste un passage qui m’a laissée confuse à un moment donné, même si cela n’est en rien rédhibitoire à mes yeux. En parcourant à nouveau ces quelques pages pour les besoins de cette chronique, j’ai mieux compris la scène.

Les prémisses d’une belle romance

Ce premier volume nous montre les étapes de la naissance d’une romance entre deux lycéens, a priori assez différents l’un de l’autre. Cela commence par la rencontre. Souvent le hasard fait bien les choses. Ici il se trouve que Utako et Naoyuki sont voisins de table, au fond de la classe. Leur premier échange a lieu parce que ce dernier a oublié son manuel : ils rapprochent leurs tables et se retrouvent alors à suivre le cours à deux.

Illustration du chapitre 0 de Stand Up! - Utako et Naoyuki avec leur sourire communicatif
Illustration du chapitre 0 de Stand Up! – Utako et Naoyuki avec leur sourire communicatif

Une fois le déclencheur trouvé, vient la deuxième étape ou l’accroissement de la curiosité pour l’autre. Nos deux lycéens se découvrent petit à petit au gré de leurs interactions. C’est là qu’on voit une sorte d’intérêt réciproque est en train de se former. Le héros annonce très franchement à Utako qu’il souhaite apprendre à mieux la connaître. Ses actions nous mettent également la puce à l’oreille. Quant à notre héroïne, nous avons accès à ses pensées et leur cheminement. C’est par ce biais que nous pouvons constater à quel point Naoyuki occupe de plus en plus son esprit.

Malheureusement, cette découverte de l’autre s’accompagne souvent de doutes accueillant la troisième phase des balbutiements de la romance : la manifestation des sentiments et leur conscientisation. Lorsque l’on commence à découvrir ses sentiments, il est assez normal de se poser des questions. On se fait des films et s’imagine que l’autre n’a peut-être pas d’intérêt pour nous, etc. D’autant plus que nos jeunes lycéens se retrouvent dans une situation un peu ambiguë : ils ne sont pas véritablement amis mais plus que des camarades. En cela, je trouve que c’est une représentation assez fidèle de la réalité.

La salle de classe comme point de repère

Stand Up ! que l’on peut traduire par « Debout ! » ou « Levez-vous ! » est une réplique que l’on entend fréquemment au cours de ce volume. Cet ordre donné par le délégué de classe à ses camarades rythme chaque période de cours. Il accueille le professeur au début et lui donne congé en fin de leçon. C’est d’ailleurs de cette façon que débute ce premier tome (en anglais pour correspondre à la matière enseignée).

Case intérieure du tome 1 de Stand Up! On voit Utako assise à gauche et Naoyuki debout à droite
Utako et Naoyuki : deux voisins de classe qui apprennent à se connaître

S’agissant d’une tranche de vie scolaire, la salle de classe constitue l’élément central de l’intrigue. C’est l’endroit où Utako et Naoyuki finissent par se retrouver, un peu comme un point de rendez-vous. Théâtre des confidences entre camarades, servant aussi pour le déjeuner ou enfiler sa tenue d’EPS, elle est polyvalente. Bien sûr, d’autres espaces du lycée sont occupés par nos personnages : le parking à vélos, le toit terrasse ou encore les couloirs. Néanmoins, leur statut d’élève les amène à retourner dans cette salle et s’installer côte à côte pour suivre les cours…

Un duo qui se complète

Cette jolie romance repose sur un duo de personnages plutôt différents, mais qui se complètent bien.

Aucun des deux n’est décrit comme parfait, en particulier Naoyuki. Certes, il s’agit d’un lycéen populaire et solaire (il a beaucoup d’amis). Toutefois, lorsque nous le découvrons à travers Utako, ce sont ses « défauts » qui nous sautent aux yeux : son étourderie et son franc-parler. Il oublie souvent ses manuels, arrive en retard et se blesse ; bref une petite tête de linotte. Et dans le même temps, il dit ce qu’il pense avec beaucoup d’assurance, ce qui a tendance à décontenancer la jeune fille. Donc, pour cette approche, je trouve ce premier tome intéressant !

De son côté, Utako n’est peut-être pas aussi volubile que son voisin, mais elle réussit progressivement à s’ouvrir et exprimer sa pensée. Je la trouve adorable !

Sa taille la complexe car elle se sent en décalage avec les autres et cela lui a valu quelques mauvais souvenirs. Elle doute beaucoup et a parfois peu confiance en elle. Toutefois, lorsqu’elle interagit avec Naoyuki, elle nous dévoile une autre facette d’elle : quelqu’un de fiable sur qui on peut compter.

Sa situation est d’ailleurs particulière : elle réside dans la ville d’à côté et côtoie un lycée dans lequel une grande partie des élèves se connaissent du collège. Elle n’a toutefois pas le temps de se sentir seule puisque Maika, une camarade de classe, et elle ont déjà bien sympathisé. Toutes deux passent le plus clair de leur temps ensemble ; l’occasion pour nous de voir notre héroïne se confier. Dévoiler ses vulnérabilités et incertitudes, c’est faire preuve d’un certain courage. Et en cela, Maika est une véritable amie : elle l’encourage et la défend.

Illustration montrant Utako et Maika de Stand Up!
Utako et Maika : une très belle amitié féminine

Dans une romance lycéenne, j’apprécie particulièrement lorsque les mangakas parlent d’amitié, parce que c’est tout autant (voire plus) important à cette période de la vie où l’on cherche à s’intégrer et vivre les bouleversements de l’adolescence le moins mal possible. La figure de la meilleure amie et confidente y apparaît comme essentielle.

Pour conclure, ce premier volume de Stand Up! m’a beaucoup plu. Il colle avec le style de romance que j’apprécie lire de temps en temps, entre deux drames bien larmoyants ou titres plus sombres. Il ravira assurément les amateur·ices de feel good.

Image à la une de la chronique du tome 1 de Stand Up
Stand Up ! tome 1
En bref
Une petite romance feel good agréable à lire, avec des personnages fort sympathiques. Après les prémisses, il me tarde de découvrir comment la relation va se développer.
Un grand merci à Akata pour l'envoi de ce tome en service presse.
Crédits images : STAND UP! © 2012 by Aiji Yamakawa
Scénario
7
Personnages
8
Dessins
8.8
Ta note0 Note
0
Point(s) positif(s)
Un récit feel good qui remplit son rôle
La promesse d'une histoire chaleureuse
Le trait délicat d'Aiji Yamakawa
Un duo qui se complète bien avec un héros loin d'être parfait
Point(s) négatif(s)
Un récit qui pourra paraître trop classique
Un petit moment de confusion - rien de rédhibitoire cela dit
7.9
Note globale

Nico

Véritable cœur d'artichaut, je suis friande de romances poignantes. Plus une série me fait pleurer, plus je l'aime !

Articles recommandés

Laisser un commentaire