You’re my soulmate tome 1

Illustration chronique tome 1 de You're my soulmate

Nouveauté Pika du mois dernier, You’re my soulmate est un shôjo que j’attendais avec énormément d’impatience. Mon vœu étant exaucé, je ressors à nouveau conquise par ma lecture de ce premier tome, autant par le trait délicat d’Anashin que par l’histoire qu’elle nous raconte.

À l’instar de Ton visage au clair de Lune, Nos précieuses confidences ou encore A sign of affection, cette nouvelle série de l’autrice de Waiting for Spring est issue du magazine Dessert, aka mon mensuel fétiche de ces dernières années. L’annonce de l’éditeur américain Kodansha US avait piqué ma curiosité grâce à sa couverture. Comment résister à Iori en même temps ?

Couverture française du tome 1 de You're my soulmate
Couverture française du tome 1 de You’re my soulmate

Yûki Honda est une étudiante de 20 ans qui commence à se sentir un peu seule. Elle aimerait bien pouvoir partager de bons moments avec un amoureux.

Sous la proposition de son amie Sanae, toutes les deux se rendent en boîte pour faire des rencontres. Cette dernière s’était bien cachée de lui préciser où elles allaient. Intimidée, Yûki garde une certaine distance vis-à-vis des différents garçons qui tentent une approche auprès d’elle ; ce qu’ils remarquent assez facilement. C’est là qu’elle croise un jeune homme aux cheveux décolorés : Iori. Un peu éméché, ce dernier n’est pas vraiment de bonne compagnie…

Néanmoins, il se rend compte par la suite de son comportement et souhaite lui présenter ses excuses. Lorsqu’elle le contacte par message pour lui signifier que ce n’est rien, il l’appelle. S’en suit un long échange au petit matin au cours duquel la jeune femme clame son envie de trouver l’âme sœur…

La vie d’adulte

Le lycée est terminé. Vient alors l’âge adulte avec ses désillusions. Alors qu’on a hâte de quitter le foyer parental pour expérimenter la vie, la vraie, on prend conscience que cette liberté tant attendue n’est pas si réjouissante. Le personnage de Yûki exprime bien ce sentiment de mélancolie, surtout au début du tome.

On sent que la solitude lui pèse. Lire des mangas c’est bien, regarder des séries à la TV c’est cool, mais ça ne lui suffit plus. Elle, qui vient de la campagne, ne connaît pas grand monde dans la trépidante capitale. Et ce n’est pas son université uniquement féminine qui l’aidera à rencontrer des garçons…

Yûki Honda, l'héroïne de You're my soulmate
Yûki Honda, l’héroïne de You’re my soulmate

Néanmoins, elle est bien décidée à provoquer ce genre de rencontres – à son niveau – c’est-à-dire des soirées ou sorties de groupes. Par contre, se rendre en boîte de nuit, c’est l’étape d’après et elle ne se sent pas encore prête. Pourtant, même en étant mise devant le fait accompli, elle ne recule pas. On peut alors dire qu’elle a parfois besoin d’un petit coup de pouce pour agir.

Elle est donc bien consciente de ses défauts et montre qu’elle veut changer. Se remettre en question n’est pas une qualité donnée à tout le monde, mais Yûki la possède.

À la recherche de l’âme sœur

Au cours de leur conversation téléphonique, Yûki déclare haut et fort à Iori qu’elle veut trouver l’âme sœur. Est-ce qu’elle le souhaite vraiment ou s’est-elle laissée transporter par le moment ?

C’est sûrement une envie profonde même si elle n’a pas véritablement réfléchi aux critères qui lui conviendraient. Elle souhaite simplement un « mec gentil » et s’il est « canon » c’est loin d’être dérangeant. Plus vague tu meurs. Cela étant, est-ce que l’âme sœur se décide en fonction de cases à cocher ? Je n’en suis pas si sûre… Le concept en lui-même est d’ailleurs assez flou. S’agit-il d’une personne qui nous correspond ? Ou est-ce plutôt la recherche de sa moitié perdue comme le décrit le mythe d’Aristophane dans Le banquet de Platon ?

Illustration officielle d'Iori Sôma de You're my soulmate
Le bel Iori Sôma… perso, je craque

L’histoire de You’re my soulmate s’attachera très certainement à nous le montrer. En effet, plusieurs indices dans la narration suggèrent que cette âme sœur a été trouvée. J’ai une petite idée sur le qui, ce qui ne me dérange pas le moins du monde. Au contraire, je préfère davantage m’attarder sur le comment et les différentes étapes de la relation que de jouer aux détectives.

Nouvel amour en vue ?

Iori est beau, Iori est canon, Iori est une bombe (pas sûre de la gradation ascendante). Je crois que je n’ai jamais eu autant le béguin pour un personnage virtuel que lui. Ce d’autant plus qu’il a 23 ans, donc je peux… Bref.

Mon instant fangirl étant terminé, Anashin n’a pas son pareil pour représenter un être humain aussi sublime. Elle ne s’arrête pas là puisque tout le monde est visuellement plaisant dans son shôjo. Comment bouderais-je mon plaisir d’admirer autant de beauté ? Yûki est du même avis, puisqu’il lui fait quand même un peu tourner la tête, dans le bon sens du terme.

Car oui, notre bellâtre ne se résume pas à son apparence. Il est aussi direct et sait quand il a « merdé ». Il donne l’impression qu’on peut compter sur lui, en témoigne sa volonté d’aider notre héroïne à trouver sa moitié. Pour le moment, on ignore un peu ce qu’il pense d’elle mais ses actes nous donnent des signaux positifs. Loin d’être inconséquent, il fait montre d’une certaine maturité dans son approche.

Illustration couleur de You're my soulmate avec Iori et Yuki au premier plan. Jin et Sanae en arrière plan
Illustration couleur de You’re my soulmate

S’agissant de leur duo, j’apprécie beaucoup le naturel de leur rapprochement. Ils discutent lors d’une soirée en boîte puis se retrouvent à diverses occasions : rencontres organisées ou impromptues. Cela leur laisse le temps de se découvrir et d’en apprendre plus sur leur personnalité respective. C’est assez cohérent vis-à-vis de leur âge.

Nous verrons bien ce que la suite nous réserve, sachant que l’arrivée d’un autre personnage pourrait – ou non – rebattre les cartes…

Au final, je suis à nouveau tombée sous le charme de You’re my soulmate, qui nous présente une héroïne sympathique que l’on a envie de voir réussir dans sa quête de l’âme sœur. La romance peut sembler déjà tracée mais j’ai envie de voir comment elle verra le jour ! Ah, et est-ce que j’ai déjà dit que Iori était beau ?

Illustration chronique tome 1 de You're my soulmate
You’re my soulmate tome 1
En bref
Doté d'un trait sublime, ce premier tome de You're my soulmate nous offre une histoire agréable à lire, avec une héroïne sympathique et un beau gosse fort charmant.
Je remercie Pika pour l'envoi de ce tome en service presse.
Crédit images : Unmei no Hito ni Deau Hanashi, vol. 1 © 2022 Anashin
Scénario
7.5
Personnages
8
Dessins
9.5
Ta note0 Note
0
Point(s) positif(s)
Le trait sublime d'Anashin
Le rapprochement très naturel entre Yûki et Iori
Des personnages qui savent se remettre en question
Point(s) négatif(s)
L'issue quasiment tracée de cette romance
8.3
Note globale

Nico

Véritable cœur d'artichaut, je suis friande de romances poignantes. Plus une série me fait pleurer, plus je l'aime !

Articles recommandés

Laisser un commentaire