Chroniques manga
45 vues 0 commentaires

Bye Bye Liberty – intégrale

par le 11 octobre 2021
 

Un titre accrocheur, des couvertures flashy aux couleurs néons et deux personnages qui ressortent autant l’un que l’autre : un brun ténébreux et une rousse sauvage. Le shôjo en 4 tomes Bye Bye Liberty de l’autrice Ayuko Hatta avait tout pour me plaire ! Donc j’ai foncé, et me suis procuré cette belle édition signée Kurokawa.

Rina Suzuki est une lycéenne ordinaire, entourée de ses deux meilleures amies Ringo et Kumi qui n’ont que d’yeux pour les garçons. Au grand damn de Rina qui a d’autres chats à fouetter ! Ainsi, lorsque ses comparses flashent sur le groupe de beaux gosses du lycée, c’est la cata. Mais alors lorsqu’elle se rend compte, à ses dépends, que le plus populaire d’entre eux est devenu son nouveau voisin, c’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

Beauté, ô que de beauté

Au démarrage de ce shôjo : une trame relativement classique à première vue. Les personnages nous sont présentés du point de vue des filles qui bavent – quasiment littéralement – sur leurs camarades masculins. Et il faut dire que les trois garçons, telle la sainte trinité, englobent l’ensemble des personnalités types qu’on affectionne.

Ruka Sento est l’homme mystérieux, qui parle peu mais bien, aux traits délicats et fragiles. Yûjiro Torajima est le trublion du groupe ; les cheveux teints et la langue bien pendue, cet extraverti ne laisse aucun répit à son entourage. Et enfin Hibiki Takumi, personnage important car élément central de l’histoire, est le plus populaire, l’essence même de la beauté adolescente.

Découverte des six personnages principaux dès la deuxième page du manga.

L’un des atouts de Bye Bye Liberty réside dans les dessins d’Ayuko Hatta. Ses personnages sont sublimés par un trait fin, aux contours et aux dimensions réalistes. Ce fut un vrai plaisir de me plonger dans ce shôjo et j’ai particulièrement apprécié son style graphique et l’atmosphère qui s’en dégage. De plus, loin d’être creux, chaque adolescent apporte son petit quelque chose à cette histoire courte. Exit les seconds rôles qui ne servent pas à grand chose ! D’ailleurs, les garçons sont notamment bien développés et bien amenés dans la narration.

Rina Suzuki : sauvage et indépendante

Rina Suzuki est le personnage principal créé et mis en scène par Ayuko Hatta, et qui porte à la perfection ce récit relativement classique. Rina n’a pas sa langue dans sa poche et ne supporte pas au plus haut point une chose : l’amour et tout ce qui s’y touche. Pourquoi ses copines passent-elles leur temps à lorgner sur les garçons ? Il y a autre chose à faire, non ?

L’amour n’est pas forcément un objectif de vie !

Rina est une belle représentation de l’indépendance féminine : pas besoin d’un mec ni de l’amour pour construire sa vie ! La lycéenne n’a pas froid aux yeux. Elle sait ce qu’elle veut et ce dans toutes les situations ! L’ensemble des tomes de Bye Bye Liberty met en exergue cette volonté de fer que l’autrice excelle à dessiner. Alors oui, comme tu peux te douter l’amour finit par sonner à la porte de Rina très rapidement mais surtout pas avec ce beau gosse infâme alias Takumi, sévèrement blacklisté par Rina !

Changement bienheureux dans ce shôjo. Prenant des chemins de traverse, Ayuko Hatta fait évoluer avec brio et réalisme son personnage de forte tête qui ne se laisse pas impressionner par le premier Adonis qui passe ! Et c’est pour cela que j’ai énormément apprécié ma lecture !

Takumi Hibiki : liste noire directe !

Bye Bye Liberty est la rencontre entre deux mondes que tout opposent : d’un côté l’effarouchée Rina qui ne supporte pas les minauderies ; et de l’autre le nonchalant Takumi, beau gosse qui se fait offrir un bentô tous les midis par – quasiment – une fille différente à chaque fois ! Rencontre explosive tu t’en doutes. Surtout quand ledit Takumi demande à Rina de se faire passer pour sa petite amie devant une stalkeuse un peu – beaucoup trop – collante. Et qu’il lui vole son premier baiser ce goujat !

Rina bien trop sympa. Takumi ne vois-tu pas le souci ?

Alors évidemment on la comprend notre Rina. Outre le fait que je pointe ici un très gros problème de consentement dans cette scène, comment peut-on tomber sous le charme d’un mec pareil, non mais ?! C’est ici que réside aussi l’originalité amenée par Ayuko Hatta : les deux personnages principaux sont amenés à être ensemble, on l’imagine bien et c’est censé couler de source, pourtant… et bien ça commence très mal pour nos protagonistes et c’est pas près de s’arranger !

Rina & Takumi : zone de danger

Véritable no man’s land, les quatre tomes de Bye Bye Liberty sont rythmés par la relation haute en couleurs qu’entretiennent Rina et Takumi. C’est simple : ces deux-là se détestent ! Chien et chat, l’objectif est de tacler l’autre lorsqu’ils se croisent ! Ce qui arrive relativement souvent puisque leurs ami·es respectifs·ives ont la bonne idée de bien s’entendre et de se côtoyer au lycée. Arg !

Échantillon de la relation très privilégiée que tissent Rina et Takumi.

On se délecte de ces interactions fleuries qui ponctuent l’ensemble de la série : comme dit plus haut, Rina n’a pas sa langue dans sa poche et le prouve à chaque fois que son regard croise celui de Takumi. Pourtant, Ayuko Hatta réussit un pari fou : celui de rapprocher deux personnes qui se haïssent, parties du mauvais pied. Et non sentimentalement parlant !

Bye Bye Liberty dépeint cet apprivoisement lent et latent qui permet autant à Rina qu’à Takumi d’évoluer. Véritable miroir de nos propres mécanismes, l’introspection des deux adolescents est intéressante à lire et à suivre sur cette série assez courte qui vaut complètement le coup ! Ils prennent chacun en compte leurs faiblesses, leurs failles pour les combler progressivement.

Bye Bye Independence ?

Bye Bye Liberty m’a fait réfléchir à certaines questions et je me suis demandée : sommes-nous privé·es de liberté lorsque nous aimons ? Nous retrouvons-nous enchaîné·es à quelque chose qui nous dépasse ? Car, évidemment, Rina tombe amoureuse. Elle qui n’avait jamais connu ce sentiment connaît ses premiers émois tout au long de cette série. Elle qui se définissait comme fière, forte sans le concours d’un garçon perd-t-elle son indépendance en vivant son amour ? On pourrait peut-être acquiescer cette hypothèse rien qu’en nous basant sur le titre choisi pour l’œuvre.

Pourtant, la construction du personnage tout au long des quatre tomes de Bye Bye Liberty met en exergue sa volonté d’être elle, sa détermination de conserver son unicité. Rina est une fille forte et en a sa propre définition – comme toutes à chacune. Elle va toujours au bout de ce qu’elle entreprend et met tout ne place pour ne trahir son intégrité. De fait, son indépendance ne s’envole pas au moment où elle s’ouvre à l’amour, puisque Rina ne s’est jamais définie par cela.

Quant à Takumi, on assiste également à une très belle évolution du personnage, qui, derrière sa prétendue nonchalance, cache un cœur tendre et une envie de choyer. J’ai réellement apprécié cette œuvre qui véhicule de belles valeurs, qui m’ont fait passer de très bons moments et qui m’ont fait rire à gorge déployée. Mention également à certains personnages secondaires comme le très mystérieux Ruka Sentô qui se révèle bien plus travaillé que l’esthétique ne le laisserait paraître. L’habit ne fait pas le moine et Ayuko Hatta applique cette devise en développant avec soin les personnalités présentées dans Bye Bye Liberty.

Pour conclure, Bye Bye Liberty est un shôjo très chouette aux dessins réalistes et délicats. Ses personnages hauts en couleurs donnent un vrai coup de pep’s à une histoire qui s’avère relativement assez classique dans le genre. L’évolution de Rina et Takumi en tant qu’individus est prenante et montre avec douceur les affres de l’amour. Par ailleurs, leur relation si particulière donne une atmosphère délicieuse et taquine qu’on se plaît à lire ! Bye Bye Liberty est un shôjo dynamique et plein de bonheur.

Plus

Le tempérament de Rina et ses punchlines !
La nonchalance délicieuse de Takumi et ses remarques acerbes.
La relation entre nos deux personnages : un vrai bonheur à lire et à suivre !
La découverte de l'amour par Rina : des émois et des interrogations réalistes pour le lectorat.
Les personnages masculins sont très bien exploités et travaillés.
Une série courte mais dense : on ne s'ennuie absolument pas avec ces 4 tomes !

Moins

Une histoire relativement classique dans le genre, mais pimentée par un duo explosif.
Certains personnages secondaires sont peut-être un chouïa peu exploités : je pense notamment aux copines de Rina qui sont assez clichés.

Note de l'auteur(e)
 
Scénario
8.0

 
Personnages
9.0

 
Dessins
9.0

Note du rédacteur
8.6

Passer la souris pour noter
Note des visiteurs
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

Tu as déjà donné une note

Sois le (la) premier(ère) à commenter !
 
Répondre »

 

Répondre 

Scénario

Personnages

Dessins