Chroniques manga
690 vues 2 commentaires

La Princesse et la bête – tomes 1 à 4

par le 21 janvier 2019
 

La Princesse et la Bête est le premier shôjo paru dans la collection Purple Shine de Pika. C’est une romance fantastique comme je les aime !

Pour mémoire, depuis le printemps, Pika a choisi de mettre le shôjo au cœur de sa politique éditoriale. Cette nouvelle stratégie se manifeste notamment par le lancement de trois sous-collections :

  • Cherry Blush : votre dose de romance quotidienne : attention, premier amour en vue !
  • Purple Shine : quand magie et fantastique sont sur le devant de la scène !
  • Red Light : à la recherche de contenus plus épicés ? Vous êtes au bon endroit !

 

La Princesse et la Bête est la première longue série de Yu Tomofumi : elle n’avait jusqu’alors publié que des oneshots. Ce shôjo était d’ailleurs publié sous forme d’histoires courtes, à l’origine. L’auteure nous révèle dans le 2e tome que ce n’est qu’à partir du 8e chapitre qu’elle a reçu pour la première fois l’aide d’une assistante : preuve que cette histoire rencontre du succès et est vouée à perdurer.

 

Salifie est destinée à être la 99e humaine sacrifiée au roi des démons. Elle a depuis longtemps accepté ce sort funeste. Alors qu’elle devrait plutôt ressentir de la haine envers les humains qui l’ont livrée en pâture aux monstres, elle développe une grande tolérance à l’égard d’autrui. La nuit, qui aurait dû être sa dernière, ne se déroule pas comme elle l’avait prévu. Elle découvre le secret du roi. La personnalité atypique et l’ouverture d’esprit de la jeune fille séduisent le roi qui décide de la garder à ses cotés.

Lorsque j’ai commencé la lecture des premiers chapitres de ce manga, j’avais des étoiles plein les yeux, toute à mon admiration de son héroïne hors normes. À la fin du tome 1, mon enthousiasme a été un peu réfréné à cause des maladresses narratives de la mangaka débutante. En effet, la mise en place des sentiments de ses personnages (a fortiori ceux du roi) sont peu crédibles. J’ai malgré tout continué ma lecture et les nombreuses surprises que ce manga recèle a rapidement fait remonter mon engouement !

Tu l’auras sans doute déjà compris, Salifie est LE gros point fort de ce shôjo fantastique. La tolérance et la bienveillance dont elle fait preuve en font un titre original, engagé, et par conséquent passionnant. C’est un vent de fraicheur et d’optimisme [surtout dans le contexte politique français actuel où les tensions sociales sont omniprésentes]. Salifie fait fi de la nature des personnes qu’elle rencontre : monstres ou humains sont égaux à ses yeux. Tous sont traités avec la même gentillesse.

Attention ! Salifie est gentille mais pas cruche pour autant. Elle sait reconnaître la valeur des gens mais n’est pas dupe quand on essaie de la tromper. Elle fait preuve d’intelligence, de témérité et de beaucoup de persévérance pour lever les obstacles qui se dressent (ou que les autres dressent) sur son passage. En bref, je l’adore !

Derrière les apparences peu amènes des monstres se cachent souvent des êtres profondément “humains” dans leurs sentiments. Ils font preuve de contradictions, aiment, détestent, sont fidèles ou traitres, calculateurs, naïfs ou spontanés, etc. Ces personnalités sont le terreau propice aux intrigues de palais. La pauvre Salifie va en faire les frais, devoir se défendre et prouver ses sentiments pour ce roi d’une autre espèce que la sienne.

La personnalité du roi est elle aussi intéressante. Il essaie de réconcilier les monstres et les humains subtilement, sans le laisser paraître. Il est bien seul et Salifie est un rayon de soleil dans sa vie triste et morne. L’auteure a centré son récit sur son héroïne. Le roi est donc perçu par les yeux de Salifie et ses traits de caractère sont décrits par les mots de la jeune fille. Par ce procédé, l’auteure a bien du mal à développer les sentiments de ce personnage. Ils paraissent artificiels et j’avoue avoir vraiment du mal à le comprendre. Alors, adhérer à ses démonstrations amoureuses, c’est encore plus ardu. Dommage !

L’auteure fait preuve de petites maladresses narratives car ce manga est sa première série. La mise en place des sentiments de son héros en est le principal défaut. Heureusement, il est davantage présent dans le premier tome et s’atténue dans les suivants. Il est de plus très largement compensé par la forte personnalité de son héroïne. L’univers fantastique, bien que classique, est intéressant et les derniers développements promettent de nombreux rebondissements !

Plus

Peut-on aimer en faisant fi des apparences ? Un manga qui fait l'éloge de la tolérance ?
Des intrigues de palais
Un univers intéressant où la cohabitation entre humains et monstres semble impossible
Une héroïne à la personnalité intéressante : un rien tête brulée avec une juste dose de sentimentalité et de gentillesse

Moins

Le premier manga de l'auteure : quelques petites maladresses narratives
Un roi qui a du mal à être attachant sous sa forme de monstre

Note de l'auteur(e)
 
Scénario
8.0

 
Personnages
7.0

 
Dessins
9.0

Note du rédacteur
7.8

Passer la souris pour noter
Note des visiteurs
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

Tu as déjà donné une note

A savoir...
 

Merci à Pika pour l'envoi de ces mangas en service presse.

commentaires
 
Répondre »

 
  • Onnaku
    24 juin 2019 à 09:04

    Le manga est une réel source de découverte, l’histoire et le scénario sont très intéressant la suite promet d’avantage.

    Répondre

  • 24 janvier 2019 à 19:57

    Je n’ai pas encore lu ce shôjo mais j’avoue que ton avis m’encourage fortement à me pencher dessus. C’est un peu le genre d’histoire que j’apprécie : de la romance avec du fantastique.

    Je risque peut-être de me laisser tenter le mois prochain 😀

    Répondre

Répondre 

Scénario

Personnages

Dessins