Chroniques manga
132 vues 2 commentaires

Tant que nous serons ensemble tome 1

par le 16 février 2021
Details
 
Type Manga
 

Et si l’on pouvait tout recommencer autrement ? C’est peut-être le vœu secret d’Aki et Kei, les héros de Tant que nous serons ensemble, ou quand l’impossible se pare d’un voile poétique.

Ça commence comme une jolie tranche de vie. Aki et Kei emménagent dans leur nouvelle maison. Nouvelle demeure, nouveau quartier, nouvelle vie. Elle travaille comme puéricultrice dans un jardin d’enfants. Il est employé d’une maison d’édition. Les voisins souhaitent la bienvenue aux jeunes mariés. Aki et Kei espèrent vivre ainsi, avec leur bonheur simple.

Conter la souffrance avec justesse

Elle se fait d’abord connaître avec Hidamari ga kikoeru, histoire touchante et poétique, véritable ode à la tolérance. L’autrice se faisait alors appeler Yuki Fumino – nom de plume utilisé pour ses œuvres Boy’s love – et nous parlait de handicap avec réalisme et justesse. La mangaka revient sous le nom de Yuki Akaneda, et signe Tant que nous serons ensemble. Une œuvre délicate, pour un sujet tabou. Car si Aki et Kei partagent le même nom, ce n’est pas pour les raisons que l’on croit.

Le tabou et l’impossible

Très vite, Yuki Akaneda nous révèle que non, Aki et Kei ne sont pas jeunes mariés. L’on se rappelle alors des premières pages, et le malaise nous gagne. Yuki Akaneda parvient cependant à repeindre la toile, à retisser les fils de cette relation impossible. Dès le chapitre suivant, l’on plonge dans le passé des deux âmes tourmentées. Un passé tout aussi bancal. Ces deux-là s’aimaient trop, c’est sûr. Que pense l’entourage de cette relation ?

L’autrice brosse le portrait de gens ordinaires, qui grandissent, vont à l’école, au collège, au lycée, découvrent les premières amours… Elle s’éloigne parfois d’Aki et Kei pour évoquer l’histoire des autres. Les amis, leurs soucis. Des allers-retours entre passé et présent, entre les héros et les autres, qui ajoutent une épaisseur supplémentaire à l’œuvre. La relation d’Aki et Kei n’en devient que plus poignante, sans pour autant nous apparaitre salutaire.

Aveu implicite ? Le frère et la sœur ne montrent aucun signe extérieur trahissant leurs sentiments. Tout est sous-entendu, et le dessin de Yuki Akaneda saisit parfaitement ces instants, fugaces, de tendresse. Une tendresse limitée à un sourire ou un mot, lorsqu’ils ne sont que tous les deux. Une tendresse aussitôt réfrénée. Aki et Kei ne s’autorisent rien. Leur relation reste purement platonique. Comme pour montrer qu’ils sont bien conscients que leur amour est interdit.

Tant que nous serons ensemble tome 1

Tant que nous serons ensemble tome 1

Une autrice pas comme les autres

L’actualité terrible de ces dernières semaines nous ramène à une réalité injustement passée sous silence. L’inceste détruit des vies. Hélas, on a trop vu de titres parler d’inceste avec une légèreté alarmante : manga, anime, light novel, tous les supports exploitent cette thématique comme si elle ne posait pas question. Pire : au nom de l’amour, nombre d’œuvres, parmi lesquels des shôjo, légitiment l’inceste. Tout serait possible au nom de l’amour. Qu’importe le lien de parenté, l’amour briserait les barrières. L’on peut s’interroger sur le message délétère envoyé au lectorat, surtout aux jeunes (les héros de ces œuvres étant souvent des adolescents).

Yuki Akaneda prend le contre-pied de ce mouvement. À chaque page, elle nous montre que non, la relation d’Aki et Kei n’a rien d’ordinaire. Loin de glorifier l’inceste, elle fouille les âmes, révèle les blessures, met les cœurs à nu. Au fond, Kei et Aki n’entretiennent-ils pas une relation toxique ? Au fil des années, l’affection innocente a cédé la place à un amour impossible à concevoir. Aki est particulièrement présente pour son frère, au point de prendre une place centrale dans sa vie. C’est bien elle qui choisit cette place. Mais est-ce la bonne ? Kei peut agacer, tant il semble dépassé par les évènements. Il a peut-être simplement compris, lui, que quelque chose n’allait pas, sans parvenir à trouver le bon équilibre.

 

Tant que nous serons ensemble est de ces œuvres qui marquent les esprits. Avec délicatesse, Yuki Akaneda nous conte les sentiments complexes de jeunes gens qui, au fond, n’ont pas choisi. Cela n’excuse ni ne cautionne rien. Aki et Kei semblent s’accrocher à leur quotidien fragile. Ou alors, ils se laissent emporter par le flot des évènements. Impossible de prédire ce qui leur arrivera. Alors, on lit, en espérant que chacun trouve enfin sa place.

Plus

Un traitement juste du tabou, sans jamais légitimer ce qui est illégal.
La psychologie des personnages

Moins

L'attitude de Kei peut agacer.
Le rôle "cliché" dans lequel semble s'être mise Aki.

Note de l'auteur(e)
 
Scénario
8.5

 
Personnages
8.0

 
Dessins
8.0

Note du rédacteur
8.2

Passer la souris pour noter
Note des visiteurs
 
Scénario

 
Personnages

 
Dessins

Notes des shôjo addict

Tu as déjà donné une note

commentaires
 
Répondre »

 
  • 25 février 2021 à 22:19

    Merci Nico n_n !

    Moi aussi, c’est la couverture, très douce, qui l’a marquée. Je ne connaissais pas du tout l’autrice, et ignorais de quoi parlait le manga, Quelle suprise, quand j’ai découvert sa thématique ! Malaise, gêne profonde. J’ai cependant continué en me demandant comment l’autrice allait parler d’inceste, sujet dramatiquent d’actualité.
    Finalement, même si le malaise demeure, je salue la finesse et la prise de recul de l’autrice 🙂

    Répondre

  • 17 février 2021 à 19:14

    Merci Mikki pour ta très jolie chronique ! Ce titre m’attirait, surtout pour sa couverture aux tons très doux. J’ignorais que c’était la même auteure que Hidamari ga kikoeru mais j’avais noté quelques similitudes ! Je comprends pourquoi maintenant 😀

    Après le thème de l’inceste est un thème avec lequel j’ai un peu de mal, je t’avoue. Mais ta chronique me donne envie de tenter le coup !

    Répondre

Répondre 

Scénario

Personnages

Dessins