131 vues 2 commentaires

Throwback Thursday – B comme…

par le 20 mai 2021
 

En ce jeudi spécial souvenirs, j’ai envie de me remémorer d’une autrice qui m’a fait passer un excellent moment devant son œuvre phare : Bisco Hatori avec Host club.

Qu’est-ce que le Throwback Thursday livresque ?

C’est un rendez-vous créé en 2016 par BettieRose Books, puis repris par Carole de Mybooks depuis avril 2019, pour permettre à chacun de partager une lecture ancienne ou plus récente, au choix, mais toujours sur un thème très vaste. Le Throwback comme son nom l’indique, invite à se replonger dans nos plus jolis souvenirs livresques. Ainsi chaque semaine, Carole fixe un thème et il faut partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème.

Sur Club Shôjo, nous ne parlerons évidemment que manga shôjo, yaoi ou josei !

Le thème de cette semaine est : B comme…

D’habitude, quand je pense à ce type de thème, je réfléchis tout de suite à un titre qui commencerait par la lettre en question. Mon problème, c’est que cette fois-ci, j’ai très peu de shôjo qui correspondent dans ma bibliothèque. Et je ne peux pas inclure Basara, puisque je suis en pleine acquisition des derniers tomes… C’est la raison pour laquelle, j’ai eu envie de parler d’une série à travers son autrice, dont le pseudonyme commence par la lettre B. Malin, n’est-ce pas ? 😛

Voilà comment je suis arrivée à Bisco Hatori, l’autrice du cultissime manga Host club. Enfin, je dis culte… à l’époque de sa sortie il était très populaire !

Host club est un titre que j’ai découvert en premier grâce à son adaptation en anime, puis désireuse de connaître la version originelle, je me suis tournée vers le manga. Ce shôjo est tellement drôle que j’ai plus d’une fois hurlé de rire, en particulier grâce à Tamaki et ses bouderies ! Quel acteur celui-là ! Les situations grotesques pleuvent à n’en plus finir.

C’est aussi un harem inversé avec plein de beaux gosses plus séduisants les uns que les autres. Il y en a pour tous les goûts et ça pimente un peu plus l’ensemble. Mori le taciturne, Hikaru et Kaoru les espiègles, Hani le mignon, Tamaki le prince ou encore Kyôya le cérébral… Bref, que de choix !

Enfin, soulignons Haruhi, l’héroïne atypique qui ne se soucie pas spécialement de son apparence ou de l’image qu’elle renvoie. Elle pense d’abord à son confort et son bien-être ! On est loin des diktats de la mode, même si la tentation du relooking est présente – chez les hôtes comme chez le lecteur ou la lectrice.

Host club manga

Les héros de Host club – Le lycée de la séduction

Host club, de quoi ça parle ?

Élève sans le sou, Haruhi a pu obtenir une bourse pour étudier au lycée pour riche "Cerisiers et Orchidées". Alors qu'elle cherchait un coin tranquille pour étudier, elle pénètre dans la salle de musique numéro trois. Elle vient de débarque au Cercle d'hôtes, un club de six beaux garçons qui offrent leur compagnie aux filles de l'établissement. En voulant rebrousser chemin, Haruhi fait tomber un vase qui se brise en milles morceaux. Sautant sur l'occasion, l'un des membres du club l'informe qu'elle vient de détruire un bibelot de 8 millions de yen. Puis il ajoute que si Haruhi n'est pas en mesure de rembourser son prix, elle doit intégrer le club pour payer sa dette.

Et toi, que t’évoque la lettre B ? N’hésite pas à partager les shôjo que tu as lus, en commentaires.

commentaires
 
Répondre »

 
  • 21 mai 2021 à 10:48

    je n’ai jamais lu le manga, mais je garde un bon souvenir de l’anime. C’était très drôle. Cliché mais vraiment sympa

    Répondre

    • 21 mai 2021 à 21:35

      L’anime a vraiment conservé l’esprit du manga ^^ J’avoue m’être bien fendu la poire devant les situations que vivent les personnages. XD
      En effet, l’histoire a quelques clichés mais comme tu dis, c’est très sympa et puis l’essentiel est de passer un bon moment.

      Répondre

Répondre